INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Burkina Faso : quand le mouvement « Gilet jaune » s’invite à Ouaga

INB1

INB1

La marche annoncée par la coalition nationale de lutte contre la vie chère (CCVC) pour dénoncer l’augmentation du prix du carburant (à hauteur de 75 FCFA) a réuni jeudi, plus de 3.000 personnes à Ouagadougou, ont constaté des journalistes du site d’information Afriquesur7.

De nombreux syndicats et associations dont ceux des étudiants (ANEB), travailleurs (CGTB), artistes musiciens (SYNAMUB), agents des impôts (SNAID), enseignants, professeurs et chercheurs (SYNATEB, F-SYNTER), rejoints par des membres de l’opposition, ont entamé la marche aux environs de 09h15 (GMT et heure locale) depuis la bourse du travail jusqu’au ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat, rapporte le média. Le 1er Vice-président de la CCVC, Chrysogone Zougmoré, a remis la « plateforme revendicative » de la coalition au ministre Harouna Kaboré, espérant qu’elle soit remise au Premier ministre et fasse l’objet d’un « examen diligent et sérieux ». « Nous nous battons tous pour l’amélioration des conditions de vie des travailleurs et de toute la population », a réagi M. Kaboré, assurant que ces revendications « légitimes » seront transmises aux autorités compétentes le même jour.

« Notre première exigence, la principale, c’est le retour aux prix d’avant la décision d’augmentation »
C’est dans une ambiance bonne enfant que les marcheurs, après avoir exécuté l’hymne national devant le ministre, ont rebroussé chemin pour assister au meeting prévu par la CCVC à la bourse du travail. « Notre première exigence, la principale, c’est le retour aux prix d’avant la décision d’augmentation », soit 602 FCFA pour le litre du super et 526 FCFA pour celui du gasoil, a dit M. Zougmoré, précisant que des manifestations du même genre ont eu lieu sur « tout le territoire » national, face à la presse. Il a prévenu que ce mouvement « ne sera qu’un début si le gouvernement n’entend pas raison, ne donne pas satisfaction à la plateforme », tout en se réjouissant de la présence de membres de l’opposition, bien que la coalition ne soit « alignée derrière personne ».

Comme solution pour pallier cette augmentation « cruelle » du carburant, Chrysogone Zougmoré, par ailleurs président du Mouvement burkinabé des droits de l’Homme et des Peuples (MBDHP), a demandé un « effort de guerre du gouvernement » à travers la « réduction des salaires des ministres et l’annulation des privilèges ». Le 8 novembre, le gouvernement burkinabé a annoncé à l’issue d’un conseil des ministres, une hausse de 75 francs CFA sur le litre du carburant, une mesure entrée en vigueur le lendemain.

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

 

 

The march announced by the national coalition against the high cost (CCVC) to denounce the increase in the price of fuel (up to 75 FCFA) gathered Thursday, more than 3,000 people in Ouagadougou, found journalists from the site of information Afriquesur7.

Many unions and associations including students (ANEB), workers (CGTB), musical artists (SYNAMUB), tax officers (SNAID), teachers, professors and researchers (SYNATEB, F-SYNTER), joined by members of the opposition, started walking around 09:15 (GMT and local time) from the labor exchange to the Ministry of Commerce, Industry and Handicrafts, reports the media. HSCC 1st Vice-President Chrysogone Zougmore handed over the Coalition's "advocacy platform" to Minister Harouna Kaboré, hoping that it be handed over to the Prime Minister and be "diligent and serious" . "We are all fighting for the improvement of the living conditions of the workers and the entire population," Kaboré reacted, assuring that these "legitimate" claims will be transmitted to the competent authorities the same day.

"Our first requirement, the main one, is the return to prices before the decision to increase"
It was in a good-natured atmosphere that the marchers, after having performed the national anthem in front of the minister, turned back to attend the meeting planned by the CCVC on the Labor Exchange. "Our first requirement, the main one, is the return to prices before the decision to increase", ie 602 FCFA for the liter of super and 526 FCFA for that of diesel, said Zougmoré, adding that Events of the same kind took place on the "whole country", in front of the press. He warned that this movement "will only be a beginning if the government does not hear reason, does not give satisfaction to the platform", while welcoming the presence of members of the opposition, although the coalition does not be "aligned behind person".

As a solution to this "cruel" increase in fuel, Chrysogone Zougmoré, who is also president of the Burkinabé Movement for Human and Peoples' Rights (MBDHP), called for a "government war effort" through the "reduction of salaries of ministers and the cancellation of privileges ". On November 8, the Burkinabe government announced at the end of a council of ministers, an increase of 75 CFA francs per liter of fuel, a measure that came into force the next day.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article