INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Hommes invisibles victimes d'abus

INB1

INB1

J'écris beaucoup sur les hommes qui se conduisent mal. En fait, je suis régulièrement accusé avec une certaine exactitude d’être beaucoup plus dur envers les hommes que contre les femmes. C’est parce que, franchement, je veux que les hommes soient meilleurs. Je veux que la masculinité soit quelque chose de positif, pas quelque chose de toxique qui prenne la violence pour le pouvoir, la colère pour la force, le sexe pour la valeur. Parfois, cela signifie parler des choses que les hommes font mal pour qu’elles puissent le reconnaître et faire mieux. Parfois, cela signifie apprendre aux hommes comment s’aider eux-mêmes… même lorsque le monde leur dit qu’ils ne le peuvent pas.

C’est la raison pour laquelle je veux parler d’un sujet dont on n’entend pas beaucoup parler: lorsque des hommes se retrouvent pris au piège de relations abusives.

À bien des égards, les hommes sont souvent des victimes invisibles d'abus sexuels. Lorsque nous pensons à des relations abusives, nous ne prenons souvent pas l’idée d’une femme victime d’un homme et d’un homme comme auteur. Nous imaginons rarement les hommes comme des victimes. Le faire est littéralement presque comique.

L'image de la femme au foyer en colère, généralement grasse et peu attrayante, attendant chez elle son mari milquetoast avec des bigoudis dans les cheveux et un rouleau à pâtisserie, prête à se dispenser de la violence punitive pour quelque légère, existe depuis des générations.

Après tout, on enseigne aux hommes qu’on ne leur permet pas d’être victimes… surtout de la part d’une personne perçue comme étant «plus faible» qu’elle ne l’est. Être un «homme», c'est être fort. En fin de compte, permettre à une femme ou à un homme homosexuel de vous faire du mal est automatiquement considéré comme faible et «féminin» dans la masculinité traditionnelle, ce qui signifie clairement que vous n'êtes pas un homme.

Et si l'abus est émotionnel… quoi, laissez-vous des noms vous déranger? Laisser une femme vous intimider? Dire des choses méchantes? Blessé vos sentiments? Qu'est-ce que tu es, une sorte de chatte?

Victimes masculines dans des relations abusives: peu étudiées, gravement sous-déclarées.
À bien des égards, les hommes sont souvent des victimes invisibles d'abus sexuels. Lorsque nous pensons à des relations abusives, nous passons souvent de l’idée d’une femme à la victime; On imagine rarement des hommes. Mais les hommes victimes de violence conjugale et de relations abusives sont plus courants que beaucoup ne le pensent. En fait, selon les Centers for Disease Control, jusqu'à 26% des hommes homosexuels, 29% des hommes hétérosexuels et 39% des hommes bisexuels ont été victimes de violence domestique. Encore plus d'hommes jusqu'à 48% ont subi des abus psychologiques et émotionnels de la part de leurs partenaires.

Tout cela signifie que les autorités sont moins susceptibles de prendre au sérieux les informations faisant état de violences domestiques avec une victime de sexe masculin. Comme c’est souvent le cas chez les hommes victimes de viol, on dit souvent aux hommes victimes de violence conjugale que ce n’est «pas si grave» ou qu’ils «doivent accepter»; après tout, ils pourraient toujours se défendre contre la «petite dame», non?

"Pourquoi ne vient-il pas simplement de partir?"
Dans toute relation abusive, il y aura toujours des gens qui veulent savoir: pourquoi ne partent-ils pas?
Pour les hommes, la réponse à la question est souvent pour les mêmes raisons que les femmes.

Pour commencer, il peut être assez difficile d’admettre que vous êtes dans une relation abusive en premier lieu. De nombreux hommes intériorisent la culpabilité de se laisser abuser; ils peuvent croire qu'ils le «méritent» ou qu'ils devraient pouvoir supporter la douleur parce que les hommes sont censés pouvoir la supporter. Ils peuvent penser que la maltraitance est due au fait qu’ils ont échoué en tant qu’homme, en tant que fournisseur, en tant que père. Ils peuvent croire que c'est tout ce qu'ils peuvent obtenir ou que c'est ce que sont les relations. Il y a beaucoup, beaucoup de raisons pour lesquelles les hommes restent. La violence psychologique est la forme de violence la plus courante dans une relation. Elle est souvent difficile à détecter car elle est très rarement observée et ne laisse aucune trace visible.

En moyenne, les hommes sont plus grands et plus forts que les femmes. Par conséquent, les agresseurs de sexe féminin sont moins susceptibles de maltraiter physiquement un partenaire masculin. Cela ne veut pas dire qu'elle ne le fera pas. En raison de la différence de taille et de force, les femmes maltraitantes sont plus susceptibles de menacer avec une arme comme un couteau ou un objet domestique. D'autres fois, ils peuvent frapper leurs victimes pendant leur sommeil ou être frappés d'incapacité ou les surprendre. Ils peuvent jeter des objets, en particulier des objets cassants comme la vaisselle et la verrerie.

Que vous partiez ou restiez, appelez une ligne directe de lutte contre la violence domestique pour obtenir des conseils et de l'aide. Ils peuvent vous aider à trouver des ressources pour classer des ordonnances restrictives, obtenir des conseils et bien d'autres problèmes liés à la fuite et au rétablissement de relations abusives. Le plus important souviens-toi que ce n'est pas ta faute

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

I write a lot about men behaving badly. In fact, I’m regularly accused with some accuracy of being much harder on men than I am on women. This is because, frankly, I want men to be better. I want masculinity to be something positive, not something toxic that mistakes violence for power, anger for strength, sex for value. Sometimes that means talking about things men are doing wrong, so they can recognize it and do better. Sometimes it means teaching men how to help themselves… even when the world tells them that they can’t.

Which is why I want to talk about a subject we don’t hear much about: when men find themselves trapped in abusive relationships.

In a lot of ways, men are frequently invisible victims of relationship abuse. When we think of abusive relationships, we often default to the idea of a woman as the victim with a man as the perpetrator. Rarely do we imagine men as the victims. To do so is almost comical literally.

The image of the angry housewife usually fat and unattractive waiting for at home for her milquetoast husband with curlers in her hair and a rolling pin, ready to dispense retributory violence for some slight, has been around for generations.

Men, after all, are taught that they’re not allowed to be victims… especially by someone perceived as being “weaker” than they are. To be a “man” is to be strong; allowing a woman or a gay men, after all, are automatically seen as weak and “feminine” in traditional masculinity to hurt you means that you clearly aren’t a man.

And if the abuse is emotional… what, are you letting some names bother you? Letting some woman bully you? Say mean things? Hurt your feelings? What are you, some kind of pussy?

Male Victims In Abusive Relationships: Understudied, Severely Under-Reported.
In a lot of ways, men are frequently invisible victims of relationship abuse. When we think of abusive relationships, we often default to the idea of a woman as the victim; rarely do we imagine men. But male victims of domestic abuse and abusive relationships are more common than many people think. In fact, according to the Centers for Disease Control, up to 26% of homosexual men, 29% of straight men and 39% of bisexual men have reported being the victims of domestic violence. Even more men up to 48% experienced psychological and emotional abuse at the hands of their partners.

All of this means that authorities are less likely to take reports of domestic violence with a male victim seriously. As is frequently the case with male victims of rape, male victims of domestic abuse are often told it’s “not that bad” or that they “must be ok with it”; after all, they could always defend themselves against the “little lady”, right?

“Why Doesn’t He Just Leave?”
In any abusive relationship, there will always be people who want to know: why don’t they just leave?
For men the answer to the question is often for the same reasons why women don’t.

To start with, it can be hard enough to admit you’re in an abusive relationship in the first place. Many men internalize the guilt of “letting” themselves be abused; they may believe that they “deserve it” or that they should be able to endure the pain because men are supposed to be able to take it. They may feel that the abuse is because they’ve failed as a man, as a provider, as a father. They may believe that this is all they can get or that this is what relationships are like. There are many, many reasons why men stay. Emotional abuse is the most common form of abuse in a relationships and it’s often hard to detect because it is so rarely observed and leaves no visible marks behind.

On average, men are larger and stronger than women so as a result, female abusers are less likely to physically abuse a male partner. This doesn’t mean that she won’t. Because of the size and strength difference, women who are physically abusive are more likely to threaten with a weapon like a knife or a household object. Other times they may strike their victims while they sleep or are incapacitated or catch them by surprise. They may throw things, especially breakables like dishes and glassware.

Whether you leave or stay, call a domestic abuse hotline for advice and help. They can help you find resources for filing restraining orders, obtaining counseling and many other issues involved in escaping and recovering from abusive relationships. Most important remember It's Not Your Fault.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article