INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos 📡Evénements 📣Divertissement 🤼‍♂ Mode de vie💡Mode👗Beauté💄Inspiration ⚖ Entretien 📻Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Lutte contre Boko Haram : un chef mercenaire critique les "mauvaises décisions" de Buhari

INB1

INB1

Le patron d’une société militaire privée qui avait fortement contribué à reprendre aux jihadistes de Boko Haram des pans entiers de territoire au Nigeria, a attribué dimanche l’explosion des violences aux “mauvaises décisions politiques” du président Muhammadu Buhari.

L’armée nigériane subit des pertes de plus en plus importantes face aux jihadistes, qui multiplient ces derniers mois les attaques de bases militaires dans le nord du Nigeria.

“N’accusez pas les forces armées quand ce sont des mauvaises décisions politiques qui aboutissent à ce que des gens meurent”, a écrit l’ancien officier sud-africain Eeben Barlow dans un post publié sur Facebook.

Son entreprise de mercenaires, STTEP, avait été engagée pour aider l’armée nigériane à reconquérir plusieurs régions tombées aux mains des insurgées islamistes, en 2015.

“Nous n’avons pu mettre en œuvre qu’une petite partie de la campagne que nous avions planifiée avant de recevoir l’ordre de quitter le pays”, a dénoncé Eeben Barlow, qui assure que “beaucoup des hommes que nous avons entraînés sont restés en contact avec nous et ils militent pour notre retour au Nigeria”.

Au moins 17 attaques contre l’armée depuis juillet
“Ils nous disent qu’ils ont été tellement utilisés qu’ils sont au bord de l’effondrement”, a-t-il ajouté, soulignant que les attaques des jihadistes “ont causé de très fortes pertes et la capture de quantités massives d‘équipement”. 

Le lancement, début 2015, d’une opération militaire régionale dans laquelle le Tchad était en première ligne et le recours à des mercenaires étrangers avaient permis de chasser Boko Haram des zones sous son contrôle.

Arrivé au pouvoir en mars 2015, notamment sur la promesse qu’il allait mettre un terme à l’insurrection islamiste, Muhammadu Buhari, un ancien général, avait rapidement assuré que les combattants de Boko Haram étaient “techniquement vaincus”.

Mais les attaques ont repris avec de plus en plus d’ampleur, notamment sous la direction de la branche de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP), la fraction de Boko Haram affiliée au groupe Etat islamique.

Depuis juillet, l’AFP a recensé au moins 17 attaques contre des bases militaires, quasiment toutes situées dans la région du pourtour du lac Tchad, une zone contrôlée par l’ISWAP.

Des soldats nigérians ont publié samedi une vidéo confirmant que des dizaines de militaires avaient été tués lors d’une attaque récente des insurgés et déplorant la médiocrité de leur équipement.

Mohamed Buhari avait fait part dans la foulée du “choc profond” qu’il avait ressenti après cette attaque.

Son bilan sécuritaire est aujourd’hui très critiqué, alors que le chef de l’Etat est candidat à sa propre succession à la présidentielle de février 2019.

Plus de 27.000 personnes ont perdu la vie depuis le début de l’insurrection jihadiste en 2009 et 1,8 million de personnes ne peuvent toujours pas regagner leurs foyers. 

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

 

The boss of a private military company that had been heavily involved in taking over entire Boko Haram jihadists from territory in Nigeria, Sunday attributed the explosion of violence to "bad political decisions" of President Muhammadu Buhari.

The Nigerian army is suffering increasing losses against jihadists, who in recent months are increasing attacks on military bases in northern Nigeria.

"Do not accuse the armed forces when it's bad political decisions that lead to people dying," former South African officer Eeben Barlow wrote in a post posted on Facebook.

Its mercenary company, STTEP, was hired to help the Nigerian army recapture several areas that fell to Islamist insurgents in 2015.

"We were able to implement only a small part of the campaign we had planned before being ordered to leave the country," said Eeben Barlow, who says "many of the men we trained were stayed in touch with us and they campaign for our return to Nigeria. "

At least 17 attacks against the army since July
"They tell us that they have been so used that they are on the brink of collapse," he added, pointing out that jihadist attacks "have caused huge losses and the capture of massive amounts of money. 'equipment".

The launch in early 2015 of a regional military operation in which Chad was in the front line and the use of foreign mercenaries had helped to drive Boko Haram areas under his control.

He came to power in March 2015, notably on the promise that he was going to put an end to the Islamist insurgency. Muhammadu Buhari, a former general, quickly assured that the Boko Haram fighters were "technically defeated".

But the attacks have resumed with increasing scale, especially under the leadership of the branch of the Islamic State in West Africa (ISWAP), the Boko Haram faction affiliated with the Islamic State group.

Since July, AFP has recorded at least 17 attacks against military bases, almost all located in the region around Lake Chad, an area controlled by ISWAP.

Nigerian soldiers on Saturday released a video confirming that dozens of soldiers had been killed in a recent insurgency attack and deplored the poor equipment.

Mohamed Buhari had reported in the wake of the "deep shock" he had felt after this attack.

His security record is now highly criticized, while the head of state is a candidate for his own succession to the presidential election of February 2019.

More than 27,000 people have lost their lives since the start of the jihadist uprising in 2009 and 1.8 million people still can not return to their homes.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article