INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos 📡Evénements 📣Divertissement 🤼‍♂ Mode de vie💡Mode👗Beauté💄Inspiration ⚖ Entretien 📻Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Régimes de famine, entraînement obsessionnel et pas de mannequin: Victoria’s Secret vend un fantasme dangereux

INB1
INB1

INB1

Une femme se met sur scène et pleure. Dans l’auditorium, la partenaire d’une autre femme fait une ovation debout, la main sur le cœur. Une mère se dit «tellement fière» de sa fille. Un autre va plus loin: «Tant d’admiration pour tout votre dur travail et votre détermination à être la meilleure version de vous-même et à réaliser vos rêves."

On nous dit que ces femmes sont des «athlètes», qu’elles sont «en pleine forme», qu’elles sont «en bonne forme physique». Mais ce ne sont ni les Jeux olympiques ni les Jeux paralympiques. Il n'y a pas de médailles à gagner. Ceci est un spectacle de lingerie.

Inscrivez-vous à l'email Fashion Statement
 Lire la suite
Lancé en 1995, le défilé Victoria’s Secret est diffusé sur la télévision américaine chaque mois de décembre depuis 2001, ce qui constitue un exploit extraordinaire pour une marque de sous-vêtements de grande rue. Presque depuis le début, il a été pris pour cible. En 2002, l’organisation nationale américaine des femmes (NOW) a protesté contre cet événement, le qualifiant d’infomercial «porno softcore». Une rédactrice de mode m'a dit que l'année où elle a couvert le spectacle a été le «pire travail que j'ai jamais fait. Tous les modèles se ressemblent. Le sous-vêtement est tellement maigre que vous pouvez littéralement tout voir. L'un d'eux s'est penché dans un string et j'ai tout vu.

Les mannequins uniformément grands et minces de la série semblent un anachronisme dans un monde qui célèbre de plus en plus la diversité corporelle. Pourtant, son étoile a continué à augmenter. L'année dernière, plus d'un milliard de personnes l'ont regardé dans le monde, soit une augmentation de 45% par rapport à l'année précédente. Et, malgré la chute récente des ventes et la démission de son PDG, Victoria’s Secret détient toujours une part de marché mondiale plus importante que toute autre marque de lingerie. Ses trois modèles les plus en vue - Kendall Jenner, Gigi Hadid et sa soeur Bella - comptent plus de 163 millions d'abonnés Instagram et quelques-uns des plus grands noms du divertissement - de Taylor Swift à Harry Styles et Ariana Grande, en passant par Sting et Lady Gaga. - ont joué le podium du Victoria's Secret. Lorsque l’émission sera diffusée le 2 décembre, si vous êtes une jeune femme ayant accès à Internet, Victoria’s Secret sera impossible à éviter.

C'est pourquoi c'est si pernicieux. Plus tôt ce mois-ci, Ed Razek, directeur du marketing de la société mère de Victoria’s Secret, L Brands, a été forcé de s'excuser après avoir déclaré à Vogue qu’il ne voulait pas de modèles transgenres dans la série, car cela gâcherait le «fantasme». Dans la même interview, il a déclaré qu'il n'y avait aucun intérêt à décrire un plus large éventail de tailles et de formes.

"Je me demande toujours: si nous faisons cela, quelle est la raison pour laquelle nous l'avons fait?", A-t-il déclaré. «Les avons-nous inclus parce que c'était la bonne chose à faire ou parce que c'était la bonne chose à faire sur le plan politique? Est-ce qu'ils prennent la place de quelqu'un qui a travaillé pendant un an pour l'occasion et qui a pleuré quand ils ont découvert qu'ils l'avaient eu? "

«Travail acharné» est un terme que vous entendez beaucoup parler des modèles de Victoria’s Secret, ou «Angels», comme on appelle ceux qui ont signé un accord exclusif avec la marque. Cela signifie faire de l'exercice: s'entraîner, virer, boxer, sauter, utiliser le hashtag «#trainlikeanangel» et s'entraîner dans des cours sur invitation uniquement portant des noms tels que Skinny Bitch Collective.

Il n’est pas étonnant que beaucoup de modèles exercent leur activité de manière obsessionnelle. Les exigences strictes de l’émission en matière de poids et de masse grasse, spécifiées sans cesse dans les médias, seraient bien au-delà de la portée de la plupart des femmes adultes. En fait, ils sont bien au-delà de la portée de la plupart des modèles. C’est pourquoi les quelque 50 personnes sélectionnées chaque année pour faire partie de la «famille» du SV doivent endurer des mois de régime et d’exercice.

 Gizele Oliveira victorias secret
Facebook Twitter Pinterest
 Des ailes de désir… Gizele Oliveira défile au défilé de Victoria’s Secret de cette année. Photo: Stéphane Cardinale / Corbis via Getty Images
La mannequin Robyn Lawley est apparue dans Sports Illustrated et sur les couvertures de Vogue Italia et d'Australie, ainsi que pour la lingerie Ralph Lauren, H & M et Chantelle. Elle est allée au casting de Victoria’s Secret il y a six ans - mais n'a pas été embauchée. «C’est une blague courante qu’elles voient des filles plus courbées chaque année et ne les jettent jamais», dit-elle. «Toute cette situation de camp de famine avant de devoir marcher sur ce podium est ridicule. Certains d'entre eux sont mes amis sur cette scène; Je ne les sépare pas. Mais ils doivent mettre leur corps à ces extrêmes une fois qu’ils ont fait leur show, ils ne pourraient pas maintenir ce genre de vie ou ils mourraient. "

Pourtant, ce mode de vie est scrute par les médias du monde entier. The Independent, Grazia, Vogue, Elle et le Daily Mail, entre autres, ont tous publié des lignes directrices pour ressembler à un modèle de Victoria’s Secret. Parfois, ils demandent à des journalistes de les essayer eux-mêmes et finissent épuisés et affamés, incapables de manger avec des amis ou de se concentrer. Un régime, suggéré par l’entraîneur Stephen Pasterino, est tellement restrictif qu’à la fin, même le chou-fleur et le brocoli sont épuisés. Le petit ami de la mannequin Barbara Palvin lui a acheté un sac de cheeseburgers à manger après le spectacle de cette année, comme pour prouver à quel point elle avait peu mangé auparavant. Adriana Lima, le modèle le plus ancien de la marque ,,,

 

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

A woman stands on stage and cries. In the auditorium, another woman’s partner gives a standing ovation, his hand on his heart. One mother gushes that she is “so proud” of her daughter. Another goes further: “So much admiration for all your hard work and dedication to being the best version of yourself and making your dreams come true.”

We are told that these women are “athletes”, that they are in “peak condition”, that they are “aggressively fit”. But this is not the Olympics or the Paralympics. There are no medals to be won. This is a lingerie show.

Sign up for the Fashion Statement email
 Read more
Launched in 1995, the Victoria’s Secret runway show has been broadcast on US network television every December since 2001, an extraordinary feat for a high-street underwear brand. Almost from the beginning, it has been under fire. In 2002, the US’s National Organization of Women (NOW) protested at the event, calling it a “softcore porn infomercial”. One fashion editor told me that the year she covered the show was the “worst job I’d ever done. All the models look the same. The underwear is so skimpy, you can literally see everything. One of them bent over in a thong and I saw it all.”

The show’s uniformly tall and thin models seem an anachronism in a world that increasingly celebrates body diversity. Yet its star has continued to rise. Last year, it was watched by more than 1 billion people worldwide, claimed to be a 45% increase on the year before. And, despite a recent fall in sales and the resignation of its CEO, Victoria’s Secret still has a bigger global market share than any other lingerie brand. Its three highest-profile models – Kendall Jenner, Gigi Hadid and her sister Bella – have more than 163 million Instagram followers between them, and some of the biggest names in entertainment – from Taylor Swift, Harry Styles and Ariana Grande to Sting and Lady Gaga – have played the Victoria’s Secret catwalk. When the show airs on 2 December, if you are a young woman with access to the internet, Victoria’s Secret will be impossible to avoid.

That is why it is so pernicious. Earlier this month, Ed Razek, chief marketing officer of Victoria’s Secret’s parent company, L Brands, was forced to apologise after telling Vogue that he didn’t want transgender models in the show because it would spoil the “fantasy”. In the same interview, he said there was no interest in portraying a wider range of sizes and shapes.

“I’m always asking myself: if we do that, what is the reason we did it?” he said. “Did we include them because it was the right thing to do or because it was the politically correct thing to do? Do they take the place of somebody who worked for a year for the opportunity and cried when they found that they got it?”

“Hard work” is a term you hear a lot around Victoria’s Secret models, or “Angels”, as those who have signed an exclusive deal with the brand are called. It means exercise: training, toning, boxing, skipping, using the hashtag “#trainlikeanangel” and working out in invite-only classes with names such as the Skinny Bitch Collective.

It is no wonder that many of the models exercise obsessively. The show’s strict weight and body fat requirements, endlessly speculated on in the media, would be far beyond the reach of most adult women. Indeed, they are far beyond the reach of most models, which is why the 50 or so who are picked for the VS “family” each year must endure months of dieting and exercise.

 Gizele Oliveira victorias secret
Facebook Twitter Pinterest
 Wings of desire … Gizele Oliveira walks the runway at this year’s Victoria’s Secret show. Photograph: Stephane Cardinale/Corbis via Getty Images
Model Robyn Lawley has appeared in Sports Illustrated and on the covers of Vogue Italia and Australia, as well as modelling Ralph Lauren, H&M and Chantelle lingerie. She went to a Victoria’s Secret casting six years ago – but was not hired. “It’s a running joke that they see curvier girls every year and never cast them,” she says. “This whole starvation-camp situation before you have to walk that catwalk is ridiculous. Some of them are my friends on that stage; I’m not pulling them apart. But they have to put their bodies to such extremes once they cast the show, they couldn’t maintain that kind of lifestyle or they’d die.”

Yet this lifestyle is pored over by the world’s media. The Independent, Grazia, Vogue, Elle and the Daily Mail, among others, have all published guidance to looking like a Victoria’s Secret model. Occasionally, they get journalists to try it themselves, and they end up exhausted and hungry, unable to eat out with friends or concentrate. One diet, suggested by trainer Stephen Pasterino, is so restrictive that, by the end, even cauliflower and broccoli are out. Model Barbara Palvin’s boyfriend bought her a bag of cheeseburgers to eat after this year’s show, as if to prove how little she had eaten beforehand. Adriana Lima, the brand’s longest-serving model,,,

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article