INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Trump aux abois: l'échec est imminent alors que les démocrates chargent une «assignation de canon»

INB1

INB1

INB1

Il y avait du soleil, des palmiers et l'étendue infinie de l'océan. Il y avait le golf avec Jack Nicklaus, le joueur le plus titré de tous les temps. Il y avait un dîner qui comprenait du crabe en pierre, des huîtres, des crevettes géantes et des palourdes; dinde, filet de bœuf, agneau et saumon; Loup de mer du Chili, vivaneau rouge et côtes braisées.

«Flèche la plus droite des États-Unis»: Robert Mueller silencieux alors que l'urgence monte
 Lire la suite
Mais alors que Donald Trump passait Thanksgiving dans son somptueux domaine de Mar-a-Lago - ou "la Maison Blanche du Sud", comme il l'appelait lors d'une téléconférence avec l'armée, il y avait quelque chose de différent au menu: auto-félicitation, grief et paranoïa . Le jeune homme de 72 ans était confronté à un aperçu de ce à quoi la vie pourrait ressembler si l'électorat le forçait à prendre une retraite anticipée. Un long jeu de golf sous le soleil de Floride.

Trump approche de la moitié de sa présidence et, selon certains, un point de non-retour. Les récentes élections de mi-mandat l'ont laissé blessé, les démocrates de la Chambre visaient un «canon d'assignation à comparaître» dans tous les aspects de sa vie et l'enquête de l'avocat spécial Robert Mueller sur la Russie semble toucher à sa fin.

«Il ne fait aucun doute que nous entrons dans un nouveau territoire et Donald Trump est en grande difficulté», a déclaré Larry Jacobs, directeur du Centre pour l’étude de la politique et de la gouvernance à l’Université du Minnesota. «Les résultats des élections, peu importe ce qu'il a dit, lui ont été dévastateurs. La coalition qu'il a mise en place est clairement tendue et il semble incapable de créer un consensus. "

 Fermez-vous et montez dans l'hélicoptère. Donnez-nous un peu de repos de votre fou
Michael Steele, ancien président du CRN
Il y a un peu plus d'un mois, le paysage était très différent. Trump a célébré la confirmation de sa deuxième justice à la Cour suprême, un accord commercial avec le Canada et le Mexique, la libération d'un pasteur américain de prison en Turquie et le taux de chômage le plus bas depuis près d'un demi-siècle. Il bavardait régulièrement avec les médias et avait invité le rappeur Kanye West à se joindre à la fête. Newt Gingrich, l’ancien président de la Chambre, a prédit au Guardian: «À moins que quelque chose de terrible ne se produise dans l’économie, il sera réélu.»

Mais le 6 novembre, le peuple américain a lancé un test de réalité. Les républicains siégeaient au Sénat, mais à mesure que les résultats finaux de la Chambre se répercutent, les démocrates arrivent en tête avec plus de 8,6 millions de voix: 53,1% à 45,2%. Le parti a un gain net de près de 40 sièges, son plus grand nombre depuis le Watergate. Etonnamment, ils ont gagné dans les États rouillés qui ont été déterminants pour la victoire de Trump en 2016.

En réponse, le président a agi comme un homme coincé. Le catalogue est trop long pour être énuméré dans son intégralité, mais voici quelques points saillants:

Trump a renvoyé Jeff Sessions et a engagé Matthew Whitaker comme procureur général par intérim, ce que beaucoup considèrent comme une menace pour l'avocat spécial.
Il a tenté d'interdire un correspondant de CNN à la Maison-Blanche, mais a perdu devant un tribunal.
Il a sauté une visite dans un cimetière militaire en France.
Il a critiqué l'amiral qui a supervisé le raid qui a tué Oussama Ben Laden.
Il a présenté des théories bizarres sur les incendies de forêt en Californie, a qualifié à deux reprises la ville détruite de Paradise de "Plaisir" et se réjouissait de son ignorance du changement climatique.

Il a qualifié le démocrate Adam Schiff d '«Adam Schitt».
Il a publié une déclaration déconcertante (633 mots avec huit points d’exclamation) remettant en cause la conclusion rapportée par la CIA selon laquelle le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman serait responsable de la mort du chroniqueur du Washington Post, Jamal Khashoggi.
Sa fille Ivanka a été surprise en train d'utiliser un compte de messagerie personnel pour les affaires du gouvernement.

Il a réprimandé la cour d'appel du neuvième circuit, ce qui lui a valu une rare réprimande du juge en chef de la Cour suprême.
Il a été rapporté qu'il souhaitait que le ministère de la Justice poursuive Hillary Clinton et l'ancien directeur du FBI, James Comey.
Il a autorisé les troupes à la frontière américano-mexicaine à utiliser la "force meurtrière", malgré les inquiétudes que leur présence est un coup politique.
Et une autre chose: le marché boursier a connu des hauts et des bas, faisant craindre un ralentissement économique.

C’est devenu tellement important que Michael Steele, l’ancien président du Comité national républicain, a tweeté mercredi que Trump devrait «se taire et monter dans l’hélicoptère. Donnez-nous un peu de repos de votre fou. Vous ne connaissez pas le 9ème circuit à partir d’un disjoncteur. C'est Thanksgiving pour avoir pleuré à haute voix. Soyons reconnaissants pour votre silence. Vous en avez assez dit cette semaine. "

«Il n’ya pas de courbe d’apprentissage»
L’incapacité de Trump à garder le silence laisse penser qu’il n’a rien appris de sa campagne électorale. D'autres présidents ont connu le même sort à mi-parcours, mais ils ont dû rebondir et être réélus. Mais ils l'ont fait en apportant des changements et en faisant preuve d'humilité. Lorsque Fox News a demandé à Trump de se classer dans le panthéon des grands présidents, il s'est attribué un A +; lorsqu'un journaliste lui a demandé pourquoi il était reconnaissant pour Thanksgiving, il a parlé de lui-même.

 Donald Trump dit qu'il est reconnaissant à Thanksgiving - vidéo
Jacobs a dit:

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

There was sunshine, palm trees and the endless expanse of ocean. There was golf with Jack Nicklaus, the most successful player of all time. There was a dinner that included stone crab, oysters, jumbo shrimp and clams; turkey, beef tenderloin, lamb and salmon; Chilean Sea bass, red snapper and braised short ribs.

'America's straightest arrow': Robert Mueller silent as urgency mounts
 Read more
But as Donald Trump spent Thanksgiving at his opulent Mar-a-Lago estate – or “the southern White House”, as he called it in a teleconference with the military – there was something else on the menu: self-congratulation, grievance and paranoia. The 72-year-old was being confronted by a glimpse of what life might look if the electorate forces him into early retirement. One long game of golf in the Florida sun.

Trump is approaching the midway point in his presidency and, some argue, a point of no return. The recent midterm elections left him wounded, House Democrats are said to be aiming a “subpoena cannon” at every aspect of his life and special counsel Robert Mueller’s Russia investigation appears to be nearing its endgame.

“There’s no doubt we’re entering new territory and Donald Trump is in big trouble,” said Larry Jacobs, the director of the Center for the Study of Politics and Governance at the University of Minnesota. “The election results, no matter what he says, were devastating to him. The coalition he put together is clearly strained and he seems incapable of creating consensus.”

 Just shut the hell up and get on the helicopter. Give us a rest from your crazy
Michael Steele, former RNC chair
Just over a month ago, the landscape looked very different. Trump celebrated the confirmation of his second supreme court justice, a trade deal with Canada and Mexico, the release of an American pastor from prison in Turkey and the lowest unemployment rate for nearly half a century. He was chatting regularly to the media and had rapper Kanye West over to join in the fun. Newt Gingrich, the former House speaker, confidently predicted to the Guardian: “Unless something terrible happens to the economy, he’ll be re-elected.”

But on 6 November, the American people delivered a reality check. Republicans held the Senate but as the final House results trickle in, Democrats lead by more than 8.6m votes: 53.1% to 45.2%. The party has a net gain of nearly 40 seats, its biggest sweep since Watergate. Ominously, they won in rust belt states that were pivotal to Trump’s victory in 2016.

In response, the president has been acting like a man cornered. The catalogue is too long to list in full but here are some of the lowlights:

Trump fired Jeff Sessions and hired Matthew Whitaker as acting attorney general, in what many see as a threat to the special counsel.
He tried to ban a CNN correspondent from the White House but lost in court.
He skipped a visit to a military cemetery in France.
He criticised the admiral who oversaw the raid that killed Osama bin Laden.
He floated bizarre theories for the wildfires in California, twice referred to the destroyed city of Paradise as “Pleasure” and revelled in ignorance of climate change.

He referred to the Democrat Adam Schiff as “Adam Schitt”.
He issued a bewildering statement (633 words with eight exclamation marks) questioning the CIA’s reported conclusion that Saudi crown prince Mohammed bin Salman was responsible for the death of Washington Post columnist Jamal Khashoggi.
His daughter Ivanka was caught using a personal email account for government business.

He scolded the ninth circuit court of appeals, earning a rare rebuke from the chief justice of the supreme court.
It was reported that he wanted the justice department to prosecute Hillary Clinton and former FBI director James Comey.
He authorised troops on the US-Mexico border to use “lethal force”, despite concerns their presence is a political stunt.
And another thing: the stock market tanked, raising fears of economic slowdown.

It all became so much that on Wednesday, Michael Steele, the former chairman of the Republican National Committee, tweeted that Trump should “just shut the hell up and get on the helicopter. Give us a rest from your crazy. You don’t know the 9th circuit from a circuit breaker. It’s Thanksgiving for crying out loud. Let us be thankful for your silence. You’ve said enough this week.”

‘There is no learning curve’
Trump’s inability to stay silent suggests he has learned nothing from his election drubbing. Other presidents have suffered similar fates in the midterms, only to bounce back and win re-election. But they have done so by making changes and showing humility; when Trump was asked by Fox News to rank himself in the pantheon of great presidents, he awarded himself an A+; when he was asked by a reporter what he was grateful for on Thanksgiving, he talked about himself.

 Donald Trump says he's thankful for himself at Thanksgiving – video
Jacobs said: 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article