INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos 📡Evénements 📣Divertissement 🤼‍♂ Mode de vie💡Mode👗Beauté💄Inspiration ⚖ Entretien 📻Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Afrique – Mission de maintien de la paix: réduction du financement comme indice d’inefficacité !

INB1

INB1

En juillet 2018, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la résolution de réduction du financement alloué aux opérations de maintien de paix en Afrique. Cette mesure diversement appréciée par les experts en sécurité, a relancé depuis quelques jours les débats sur l’efficacité des missions onusiennes en Afrique.

Pour la période 2018-2019, le budget des quatre principales missions de maintien de paix en Afrique (Monusco, Minusca, Minusma et Minuss) a connu une réduction de près de 1 milliards de dollars US. Pour certains diplomates Onusiens, les missions de maintien de paix en Afrique disposent de plus de moyens qu’elles en ont besoin. Mais pour certains spécialistes des questions de sécurité, la réduction du budget de maintien de paix en Afrique cache l’inefficacité des opérations Onusiennes sur le contient toujours en proie aux menaces terroristes et aux factions armées.

S’il est vrai qu’en Afrique, l’aide au développement a montré ses limites comme l’a constaté le chef de l’Etat béninois, Patrice Talon, le 04 décembre 2018, il n’en demeure pas moins vrai que les missions Onusiennes de maintien de paix ont prouvé leur inefficacité sur le continent noir. L’ONU aurait-t-il donc reconnu l’inefficacité de ses missions de maintien de la paix dans les pays africains et réduit leurs financements ? Pour les experts africains, la question reste posée d’autant plus que certains diplomates onusiens admettent que l’option militaire devrait être la dernière solution à l’insécurité en Afrique.

A lire aussi : Afrique – Restitution d’œuvres d’art : Emmanuel Macron en attente de remerciements
En Afrique, le faible niveau d’instruction des populations, notamment des jeunes ; la mal gouvernance avec pour corollaire la corruption et les détournements de deniers publics destinés à l’investissement ; l’exploitation incontrôlée des ressources minières par les puissances économiques sont autant de facteurs qui favorisent l’insécurité et la montée en puissance des mouvements de criminalité provenant des terroristes et des forces antigouvernementales. Le maintien de la paix sur le continent apparaît alors comme une prise réelle de conscience des africains, notamment des élites politiques, des acteurs de la société civile et des chefs rebelles, trop souvent à la solde de forces étrangères.

« Le monde a besoin d’une ONU disciplinée, efficace, qui puisse rendre des comptes et qui soit axée sur les résultats », avait déclaré la Représentante spéciale des États-Unis auprès de l’ONU, Nikki Haley. Sauf si les opérations de maintien de paix en Afrique servent à d’autres intérêts inavoués, il serait donc plus intelligent que l’ONU porte plus d’attention aux germes de l’insécurité en Afrique que de s’attaquer au problème à la façade.

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

 

In July 2018, the United Nations General Assembly adopted the resolution to reduce the funding allocated to peacekeeping operations in Africa. This measure, variously appreciated by security experts, has revived for a few days debates on the effectiveness of UN missions in Africa.

For the period 2018-2019, the budget of the four largest peacekeeping missions in Africa (Monusco, Minusca, Minusma and Minuss) saw a reduction of nearly US $ 1 billion. For some UN diplomats, peacekeeping missions in Africa have more resources than they need. But for some security experts, the reduction of the peacekeeping budget in Africa hides the inefficiency of UN operations on the continent still in the throes of terrorist threats and armed factions.

While it is true that in Africa, development aid has shown its limits as found the Head of State of Benin, Patrice Talon, December 4, 2018, it is nonetheless true that the UN peacekeeping missions have proved their inefficiency on the black continent. Would the UN recognize the ineffectiveness of its peacekeeping missions in African countries and reduce their funding? For African experts, the question remains unresolved as some UN diplomats admit that the military option should be the last solution to insecurity in Africa.

Read also: Africa - Restitution of works of art: Emmanuel Macron awaiting thanks
In Africa, the low level of education of the population, especially young people; poor governance with corollary corruption and misappropriation of public funds for investment; the uncontrolled exploitation of mineral resources by the economic powers are all factors that promote insecurity and the rise of crime movements by terrorists and anti-government forces. The maintenance of peace on the continent then appears as a real awareness of Africans, including political elites, civil society actors and rebel leaders, too often in the pay of foreign forces.

"The world needs a disciplined, effective, accountable and results-oriented UN," said US Special Representative to the UN Nikki Haley. Unless peacekeeping operations in Africa serve other unacknowledged interests, it would be smarter for the UN to pay more attention to the seeds of insecurity in Africa than to tackle the problem at the front. .

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article