INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos 📡Evénements 📣Divertissement 🤼‍♂ Mode de vie💡Mode👗Beauté💄Inspiration ⚖ Entretien 📻Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Comment survivre à Noël… une étape à la fois

INB1
INB1

INB1

Il est utile d’avoir un bouc émissaire à Noël alors la mienne est la révolution industrielle. Oui, les victoriens étaient responsables du rêve festif de la joie dickensienne que nous avons tous intériorisée, mais ce sont ces fichus barons de la vapeur et de l’acier qui nous ont permis d’échapper à nos familles presque toute l’année. Depuis que nous avons cessé de passer notre vie, confinés dans une seule pièce avec plusieurs générations de personnes apparemment mises sur terre dans le seul but de nous agacer, nous avons perdu le talent de tolérer nos proches, je pense. En conséquence, lorsque Noël approche, notre manque de pratique, notre conviction insensée qu'il est temps de forger des souvenirs réconfortants et les exhortations hystériques du capitalisme en phase finale de Yuletide se combinent pour assurer le carnage.

Parce que le Noël familial parfait est un mensonge, bien sûr, la magie que nous nous efforçons de recréer est un amalgame nostalgique trempé de œufs de poule, composé de plusieurs Noëls, chacun horrible à sa manière (Le chien mort, Le norovirus, La démence désinhibée Un). La réalité ne peut pas être comparée, alors nous avons du mal à nous en sortir. Je connais un couple dont le conseiller en orientation matrimoniale a en fait conseillé d'acheter du cannabis pour faire face au stress de la saison ("beaucoup plus de Quality Street ont été consommés", note mon correspondant, "mais c'était un très joyeux Noël").

Cette année sera probablement aussi terrible, mais il y a de l'espoir. J'ai interrogé toutes les personnes que je connaissais sur leur façon de faire et - après avoir éliminé «émigrer», «mettre ma mère dans un Bed and Breakfast», «être juif» et «je déteste littéralement tout ce qui concerne Noël» (mon fils, mes dames et mes messieurs) - présent mes découvertes ici. À l’instar de ces planificateurs qui expliquent heure par heure comment servir de la dinde et des parures en parfait état au bon moment, je vais appliquer une approche étape par étape à l’instauration de la paix et de la bonne volonté sur terre pour votre oncle Ukip.

La nuit avant noel
La vision Les voix élancées des garçons triples et des chandelles dansantes éclairant les ténèbres: un temps de magie.

La réalité La dernière goutte de chocolat au goût de chocolat a été arrachée à son sarcophage en carton, mais personne n’a rêvé de prunes sucrées. Qu'est-ce que c'est qu'un sucre-prune de toute façon? Heston Blumenthal les a probablement réinventés sous forme de mini drones comestibles dorés pour Waitrose, au prix de £ 31.99. Les enfants, affolés par les reflets de clinquant et les mois de publicité agressive, se tournent vers certaines déceptions. Les disputes sifflées ont lieu dans les couloirs, qui accueillent également des membres d'une famille monoparentale, dormant sur un matelas pneumatique moisi coincé entre le Hoover et un jambon en sueur à demi décongelé. Quelque part, quelqu'un passe un doigt de jugement sur votre corniche.

Point de mire de la lutte familiale C'est généralement le moment où Parsimonious Parent découvre le tas de ruines scintillantes ruineuses que Feckless Parent considère comme le strict minimum pour un Noël décent. C'est toujours un doozy.

Le plan
19h Comptez vos bénédictions. En Europe continentale, vous vous dirigiez déjà vers un ensemble de smörgåsbord à la manière de Festen sans perspective d’évasion. La famille française de mon mari entre dans un espace confiné le soir du 24 avec tous les crustacés, viande en gelée et alcool du monde et ils n’émergent pas avant que tout, ou tout le monde, n’ait été mangé. Je suis presque sûr que Sartre a écrit à Huis Clos à propos d’un Noël familial français.

20h Préparez-vous pour la matinée: négociez des règles d'heure de réveil avec des enfants suffisamment âgés pour réagir à des menaces spécifiques et convaincantes. Des bandes de cette feuille de dinde géante sur des rideaux inadéquats aident à en bambouer de plus petites.

21h Prenez du temps seul. La publicité de John Lewis a raison: Elton John - pas étranger à une crise - sait qu'il a besoin d'une solitude guérissante. Je reçois le mien en emballant à l'avance puis en me retirant le soir de Noël avec une flasque pour hip et une ferme Cold Comfort «pour faire l'emballage». Servez-vous de ce temps pour définir vos intentions, comme le disent les hippies: vous ne serez pas dérangé par un humble fanfaron ou par la sous-alimentation ostentatoire de votre belle-fille. Vous voudrez bien avoir une sonnette de nouveauté ou un ventilateur extracteur. Vous ne mangerez pas tout un brie à minuit.

23h Reste le plus longtemps possible.

Matin de noël
La vision Une explosion de joie!

La réalité Une explosion de plastique, d’enfants et d’émotions réelles, si le stockage du chocolat n’est pas rapidement éliminé.

Combat de famille point de mouche Ingratitude, problèmes de timing, mon mari chargeant allègrement une assiette de cher saumon de Noël que je conservais pour le déjeuner.

Le plan
4h59: Les règles de votre heure de réveil ont été ignorées, mais restez forts. Appliquer un masque pour les yeux; insérez des bouchons d'oreilles.

5h59: Les enfants sont cuits: concédez la défaite à ce stade. Essayez de faire des bas le plus longtemps possible: tout le monde le prend à tour de rôle; les cadeaux doivent être examinés et non jetés de côté. Feckless Parent, hère, le père Noël, a sélectionné chacun d'eux avec soin et il aimerait avoir un crédit pour cet acte d'amour sans merci, s'il vous plaît.

6h45 Laisser tout refroidir. C’est trop tôt pour des cadeaux appropriés; il est trop tôt pour quoi que ce soit. Retournez au lit, mangez un mètre de gâteaux Jaffa ou prenez le chien pour une promenade réparatrice avant l'aube.

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

 

It’s useful to have a scapegoat at Christmas so mine is the industrial revolution. Yes, the Victorians were responsible for the festive fever dream of Dickensian jollity we have all internalised, but it’s those damn steam and steel barons who allowed us to escape our families most of the year. Since we stopped spending our lives confined to one room with several generations of people seemingly put on earth for the sole purpose of annoying us, we’ve lost the knack of just tolerating our nearest and dearest, I think. As a result, when Christmas rolls around, our lack of practice, deluded belief that this is the time to forge heartwarming memories and the hysterical exhortations of Yuletide end-stage capitalism combine to ensure carnage.

Because the perfect family Christmas is a lie, of course, the magic we strive to recreate is a nostalgic, eggnog-sodden amalgam of multiple Christmases, each awful in its own way (The Dead Dog One, The Norovirus One, The Disinhibited Dementia Granny One). Reality cannot compare, so we struggle to cope. I know a couple whose marriage guidance counsellor actually advised they acquire some cannabis to deal with the stress of the season (“a lot more Quality Street were consumed,” notes my correspondent, “but it was a Very Happy Christmas”).

This year will probably be awful, too, but there is hope. I quizzed everyone I know on how they cope and – having weeded out “emigrate”, “put my mother in a B&B”, “be Jewish” and “I hate literally everything about Christmas” (my son, ladies and gents) – present my findings here. Like those hour-by-hour planners that explain how to serve turkey and trimmings in perfect condition at the right moment, I’ll be applying a step-by-step approach to engineering peace on earth and goodwill to your Ukip uncle.

The night before Christmas
The vision The soaring voices of boy trebles and dancing candlelight illuminating the darkness: a time of magic.

The reality The last grainy chocolate-flavoured blob has been wrenched from its cardboard sarcophagus, but no one is tucked up dreaming of sugar-plums. What the hell is a sugar-plum anyway? Heston Blumenthal has probably reimagined them as gilded edible mini drones for Waitrose, RRP £31.99. Children, maddened by tinsel glare and months of aggressive advertising, are whirring themselves towards certain disappointment. Hissed arguments take place in corridors, which are also home to single family members, sleeping on a mildewed airbed wedged between the Hoover and a sweating, half-defrosted ham. Somewhere, someone is running a judgemental finger along your cornicing.

Family fight flashpoint This is usually the point at which Parsimonious Parent discovers the pile of ruinous glittery rubble that Feckless Parent considers the bare minimum for a decent Christmas. That’s always a doozy.

The plan
7pm Count your blessings. In continental Europe, you’d already be heading into a smörgåsbord of Festen-style togetherness with no prospect of escape. My husband’s French family enters a confined space on the evening of the 24th with all the crustaceans, meat in jelly and alcohol in the world and they do not emerge until everything, or everyone, has been eaten. I’m pretty sure Sartre wrote Huis Clos about a French family Christmas.

8pm Prepare for the morning: negotiate waking time rules with children old enough to respond to specific, convincing threats. Strips of that giant turkey foil over inadequate curtains helps bamboozle smaller ones.

9pm Carve out some time alone. The John Lewis ad has it right: Elton John – no stranger to a meltdown – knows he needs healing solitude. I get mine by wrapping in advance then retiring on Christmas Eve with a hipflask and Cold Comfort Farm “to do the wrapping”. Use this time to set your intentions, as the hippies say: you won’t get wound up by sibling humble braggadocio or your daughter-in-law’s ostentatious undereating. You’ll be gracious about getting a novelty doorbell or an extractor fan. You won’t rage-eat a whole Brie at midnight.

11pm Rest, for as long as possible.

Christmas morning
The vision An explosion of joy!

The reality An explosion of plastic, actual children and emotion, if stocking chocolate is not swiftly removed.

Family fight flashpoint Ingratitude, timing squabbles, my husband blithely loading a plate with the expensive Christmas salmon I was saving for lunch.

The plan
4.59am Your waking time rules have been disregarded but stay strong. Apply eye mask; insert earplugs.

5.59am The children are cooked: concede defeat at this point. Try to eke out stockings as long as possible: everyone takes it in turns; presents must be examined, not tossed aside. Feckless Parent, er, Santa, selected each one with care and he would like some credit for this thankless act of love, please.

6.45am Allow everything to chill. It’s too early for proper presents; it’s too early for anything. Go back to bed, eat a metre of Jaffa Cakes or take the dog for a bracing pre-dawn walk.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article