INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos 📡Evénements 📣Divertissement 🤼‍♂ Mode de vie💡Mode👗Beauté💄Inspiration ⚖ Entretien 📻Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Une maison remarquable à Bruton

INB1
INB1
INB1

INB1

À leur premier aperçu de Ferrum House, la plupart des gens se posent la même question: «Comment avez-vous obtenu l'autorisation de le construire?» Les propriétaires, Andrew Pennock et Dana Anderson, ont été interrogés à maintes reprises - souvent avec admiration, parfois avec horreur. «C’est définitivement une maison marmite», déclare Anderson. "Nous avons même entendu un petit garçon demander à sa mère si nous construisions un poste de police."

Somerset, leur demeure contemporaine située à Bruton, se trouve entre un bel immeuble géorgien et un ancien moulin à soie du XIXe siècle, transformé en une fabrique de bacon dans les années 1900 et maintenant divisé en appartements. Puis, en retrait de la route, se trouve Ferrum House: un cube brutaliste tacheté, revêtu d’acier Corten brut, qui semble presque planer au-dessus de sa base plus sobre recouverte de bois.

En tant que ville, Bruton n’est pas étrangère à l’architecture innovante. La galerie Hauser & Wirth est à sa porte et une chapelle du XVIIe siècle située dans le centre-ville a été transformée en restaurant et hôtel. À la chapelle en 2009. Mais quand Pennock et Anderson ont déménagé ici il y a 18 ans, «c'était avant Blancs pré-plats », sourit Anderson.

 La cuisine lumineuse avec des meubles blancs et une table blanche, des œuvres d'art sur les murs et une grande sculpture sur le côté
Facebook Twitter Pinterest
 White stuff: la cuisine allemande de la société allemande Wellmann comprend des œuvres de Richard Hay Reagan, Lucy Glendinning et Joe Rush. Photographie: Iain Kemp
Le couple est venu de Seattle, où Pennock travaillait dans la typographie logicielle et où Anderson (né aux États-Unis) était photographe. En fait, une des raisons pour lesquelles ils ont aimé la ville était parce que c'était un choix moins évident. "Il y avait un air d'excentricité délabré qui faisait appel", se souvient Pennock.

 Nous n’avons pas proposé quelque chose qui prétendait être en accord avec la langue vernaculaire locale. Il a été vu sur ses propres mérites
C'est leur troisième maison dans la ville et ils l'ont construite sur le site d'un ancien garage. «C'était une station-service et un atelier de réparation jusque dans les années 1960, mais plus récemment, il s'agissait simplement d'un endroit où les gens garaient leurs voitures», explique Pennock.

Le garage faisait partie d'un terrain appartenant à la maison géorgienne voisine - que le couple possédait et habitait jusqu'à la fin de leur nouvelle maison. C’est, bien sûr, l’une des raisons pour lesquelles l’application de planification s’est déroulée sans heurts. «D'un côté, il y avait une ancienne usine, sans fenêtre latérale. Et de l’autre, c’était nous », déclare Pennock.

Le site était une tranche triangulaire délicate, de sorte que la maison s’élargit du côté sud-ouest qui fait face à la route, où elle donne sur un espace extérieur couvert. Il y a un autre pont au premier étage et un autre fermé au dernier étage, avec de grandes ouvertures offrant une vue sur la ville et la cime des arbres.

 Le salon décloisonné avec un sol en béton poli et des baies vitrées menant à une terrasse.
Facebook Twitter Pinterest
 Block Party: le sol du salon est en béton poli et les fenêtres du sol au plafond donnent sur une terrasse. Photographie: Iain Kemp
La conception de la maison a été réalisée par Mark Merer. Bien qu’il s’agisse d’une zone protégée, la maison a obtenu le feu vert «précisément parce qu’elle n’a pas essayé de copier les bâtiments voisins», explique Pennock. Ici, pas de fausses fenêtres, pas de chaume neuve ou de portiques à la Poundbury. «Nous n’avons pas proposé quelque chose qui prétendait être« conforme »à la langue vernaculaire locale. Au lieu de cela, il a été perçu en tant que tel, en tant que bâtiment résolument contemporain et bien conçu. ”

La proposition initiale spécifiait que l'extérieur serait de couleur terre cuite, mais l'idée de panneaux en acier Corten est venue plus tard. «Nous étions revenus à Seattle et avons vu comment Olson Kundig avait utilisé le matériau pour la conversion d’entrepôts», déclare Anderson. La couleur orange vif des panneaux vissés s'est déjà adoucie et continuera à s'assombrir avec le temps.

 Un lit double avec une couverture violette et, au pied du lit, un banc de George Nelson.
Facebook Twitter Pinterest
 Discussion d'oreillers: la chambre d'amis avec un banc de George Nelson. Photographie: Iain Kemp
Pour les espaces intérieurs, la liste de souhaits du couple était courte et pertinente: maximiser l’espace et le rendre le plus éconergétique possible. Les fenêtres du côté sud-ouest sont donc grandes pour tirer le meilleur parti de la lumière (et de la chaleur), tandis que le côté rue a des ouvertures beaucoup plus petites. Une pompe à chaleur à air et des panneaux d'isolation structurels permettent à la maison d'atteindre «presque mais pas tout à fait» la classification d'efficacité énergétique Passivhaus. Malgré cela, les factures de services publics du couple ne dépassent jamais 100 £ par mois.

En harmonie avec l'architecture, les surfaces sont nettes et résistantes, avec du béton poli et des sols en liège scellé. Le mobilier est un mélange de grands classiques, de trouvailles vintage et de classiques du design moderne, tels que la chaise pour ventre de Eero Saarinen et la chaise shell de Arne Jacobsen. L'art et la sculpture sont omniprésents, principalement chez des amis et des artistes. "Nous avons accumulé plutôt que collecté délibérément", déclare Pennock.

Bien qu’il s’agisse d’une maison qui bafoue la tradition, elle a remporté le prix de la meilleure nouvelle construction dans une zone de conservation,

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

At their first glimpse of Ferrum House, most people have the same question: “How did you get permission to build it?” Owners Andrew Pennock and Dana Anderson have been asked it countless times – often in admiration, sometimes in horror. “It’s definitely a Marmite house,” says Anderson. “We even overheard one little boy asking his mum if we were building a police station.”

Their contemporary home in Bruton, Somerset, is sandwiched between a handsome Georgian building and a former 19th-century silk mill, turned into a bacon factory in the 1900s and now divided into flats. Then, set back from the road, is Ferrum House: a mottled brutalist cube panelled in raw Corten steel that almost seems to hover above its more restrained timber-clad base.

As a town, Bruton is no stranger to innovative architecture. The Hauser & Wirth gallery is on its doorstep and a 17th-century chapel in the town centre was converted into the restaurant and hotel At the Chapel in 2009. But when Pennock and Anderson moved here 18 years ago, “it was pre-Hauser and pre-flat whites”, smiles Anderson.

 The light-filled kitchen with white units and a white table, artworks on the walls and a large sculpture on the side
Facebook Twitter Pinterest
 White stuff: the light-filled kitchen is by German company Wellmann, with artworks by Richard Hay Reagan, Lucy Glendinning and Joe Rush. Photograph: Iain Kemp
The couple came here from Seattle, where Pennock worked in software typography and (US-born) Anderson was a photographer. In fact, one of the reasons they liked the town was because it was a less obvious choice. “It had an air of run-down eccentricity that appealed,” remembers Pennock.

 We didn’t offer something that pretended to be in keeping with the local vernacular. It was seen on its own merits
This is their third home in the town and they built it on the site of an old garage. “It had been a petrol station and repair shop until the 1960s, but more recently it was just a place where people parked cars,” says Pennock.

The garage had been part of a plot belonging to the Georgian house next door – which the couple owned and lived in until their new home was finished. This, of course, was one reason why the planning application had a smooth passage. “On the one side was an old factory building, with no side windows. And on the other was us,” says Pennock.

The site was a tricky triangular slice, so the house widens out on the southwest side that faces away from the road, where it opens on to a decked outdoor area. There is a further deck on the first floor and an enclosed one on the top floor, with large openings that frame views of the town and treetops.

 The open-plan living room with polished concrete floor and floor-to-ceiling windows leading out on to a deck.
Facebook Twitter Pinterest
 Block party: the open-plan living room floor is polished concrete and the floor-to-ceiling windows lead out on to a deck. Photograph: Iain Kemp
The design of the house was by Mark Merer. Although it is in a conservation area, the house got the go-ahead “precisely because it didn’t try to copy neighbouring buildings,” explains Pennock. There are no faux cottagey windows, no new-build thatch or Poundbury-style porticos here. “We didn’t offer something that pretended to be ‘in keeping’ with the local vernacular. Instead, it was seen on its own merits, as a convincingly contemporary, well-designed building.”

The initial proposal specified that the exterior would be terracotta in colour, but the idea for Corten steel panels came later. “We’d been back to Seattle and saw how Olson Kundig had used the material on a warehouse conversion,” says Anderson. The reddy-orange colour of the bolted-on panels has already mellowed and will continue to darken over time.

 A double bed with a purple cover and, at the foot of the bed, a George Nelson bench.
Facebook Twitter Pinterest
 Pillow talk: the guest bedroom with a George Nelson bench. Photograph: Iain Kemp
For the inside spaces, the couple’s wish list was short and to the point: maximise the space and make it as energy efficient as possible. So windows on the southwest side are large to make the most of the light (and heat), while the street side has far smaller openings. An air-source heat pump and structural insulation panels make the house “almost but not quite” up to the Passivhaus energy efficiency rating. Even so, the couple’s utility bills are never more than £100 a month.

In keeping with the architecture, surfaces are clean-cut and hardwearing, with polished concrete and sealed cork flooring. Furniture is a mix of high street, vintage finds and modern design classics, such as Eero Saarinen’s womb chair and the shell chair by Arne Jacobsen. Art and sculpture is everywhere, mostly by friends and artists. “We’ve accumulated rather than deliberately collected,” says Pennock.

While this is a house that flouts tradition, it has won an award for the best new build in a conservation area,

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article