INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos 📡Evénements 📣Divertissement 🤼‍♂ Mode de vie💡Mode👗Beauté💄Inspiration ⚖ Entretien 📻Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Le Kenya lève l'interdiction sur les services d'avortement Marie Stopes après avoir mis en garde des vies

INB1

INB1

Le gouvernement kenyan a levé une interdiction empêchant la fondation caritative internationale Marie Stopes de fournir des services d'avortement, à la suite des avertissements que la décision a mis en danger la vie de milliers de femmes.

Le ministère kenyan de la santé a annoncé jeudi qu'un audit des cliniques de Marie Stopes avait été mené à bien et que l'organisme de bienfaisance pourrait reprendre les services de soins post-avortement sous «supervision régulière».

En novembre, Marie Stopes Kenya a été accusée de diffuser des annonces à la radio encourageant les licenciements. L'organisation a déclaré que l'audit avait confirmé qu'il était conforme à toutes les lois et réglementations.

Les avortements sont illégaux au Kenya, à moins que la vie ou la santé d’une femme ne soit en danger.

Selon Marie Stopes, 320 femmes kényanes sont hospitalisées chaque jour et sept meurent des suites d'avortements dans les coulisses. L'organisme de bienfaisance gère 23 centres à travers le pays fournissant des soins aux personnes qui ont eu des complications après un avortement raté ou qui ont fait une fausse couche.

L'organisme de bienfaisance a déclaré qu'il était heureux de confirmer qu'il allait reprendre ses travaux pour réduire le nombre de décès maternels au Kenya.

La levée de l’interdiction a suivi la campagne des groupes de défense de la santé et des droits des femmes, qui ont mis en garde que cela était inconstitutionnel, irrationnel et risquait de conduire les femmes et les filles dans des cliniques clandestines. En novembre, le Center for Reproductive Rights a porté plainte devant la Haute Cour pour contester la décision.

«Chaque fille est forcée par notre culture à pratiquer des MGF»: lutter pour un changement au Kenya - podcast
 Lire la suite
Au cours des premiers jours de l'interdiction, une clinique Marie Stopes a renvoyé 35 femmes nécessitant des soins post-avortement, a déclaré Jade Maina, directrice exécutive du Trust pour la culture et la santé des peuples autochtones, qui avait milité pour que l'interdiction soit levée. "Ce n'est qu'une installation", a-t-elle ajouté.

Maina a déclaré que la suspension des services de Marie Stopes avait eu un effet dissuasif sur les services de santé destinés aux femmes: «De nombreux prestataires individuels cherchaient assurément à dire: si Marie Stopes peut être fermée ou sanctionnée de cette manière, qu'est-ce que cela signifie pour les individus? les fournisseurs de soins de santé?"

Sur Twitter, des femmes et des militantes favorables au choix ont utilisé le hashtag #DearCSSicilyKariuki pour exhorter Sicile Kariuki, secrétaire du cabinet du ministère de la Santé, à agir. Les militants anti-avortement, qui, selon les associations de défense des droits des femmes, sont de plus en plus vocaux, ont également envoyé des messages en faveur de l’interdiction. Un utilisateur de Twitter a déclaré que M. Kariuki ne «devrait pas tenir compte de la pression exercée par les étrangers vendant la mort camouflés sous forme de services de santé dans ce pays».

La Coalition internationale des femmes pour la santé s’est félicitée de la décision de Kariuki, qui, selon elle, était le fruit d’une campagne infatigable menée par des militantes. «En se mobilisant contre l'interdiction de l'avortement sur les réseaux sociaux, les femmes ont clairement fait savoir qu'elles ne resteraient pas les bras croisés alors que le gouvernement tentait de faire valoir leurs droits et leur accès aux soins de santé», a déclaré Erin Williams, responsable de programme à l'IWHC.

Les défenseurs pro-choix ont dû faire face à un climat de plus en plus hostile, a ajouté Maina. "Chaque fois que nous obtenons un succès comme celui-ci [la fin de l'interdiction], le facteur qui en a résulté a été la stratégie des groupes anti-avortement, leur regroupement et leur retour encore plus fort."

Selon la dernière enquête sur la santé menée par le gouvernement kenyan en 2014, 18% des femmes âgées de 15 à 19 ans étaient mères ou enceintes de leur premier enfant.

Un porte-parole de Marie Stopes Kenya a déclaré: «À la suite d’un audit de nos cliniques par le Conseil des praticiens et dentistes du Kenya, ils ont été assurés que nos services étaient conformes à la législation et à la réglementation du Kenya.

«Nous sommes reconnaissants au conseil d’avoir reconnu que [les soins post-abortifs] constituaient un problème grave et qu’ils étaient déterminés à faire en sorte que les femmes bénéficient des soins de santé sûrs dont elles ont désespérément besoin. Nous continuerons à collaborer étroitement avec le conseil pour atteindre notre objectif commun de réduction du nombre de décès maternels au Kenya. »

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

The Kenyan government has lifted a ban preventing the international charity Marie Stopes from providing any abortion services, following warnings the ruling endangered the lives of thousands of women.

The Kenyan ministry of health said on Thursday that an audit of Marie Stopes’ clinics had been completed and that the charity could resume post-abortion care services under “regular supervision”.

In November, Marie Stopes Kenya was accused of running radio adverts promoting terminations. The organisation said the audit confirmed it complied with all laws and regulations.

Abortions are illegal in Kenya, unless a woman’s life or health is in danger.

Every day, 320 Kenyan women are hospitalised and seven die as a result of dangerous backstreet abortions, according to Marie Stopes. The charity runs 23 centres across the country providing care for those who have had complications after a botched abortion or who have miscarried.

The charity said it was pleased to confirm that it would resume its work to reduce maternal deaths in Kenya.

The lifting of the ban followed campaigning from health and women’s rights groups, who warned it was unconstitutional, irrational and risked driving women and girls to backstreet clinics. In November, the Center for Reproductive Rights filed a case at the the high court challenging the ruling.

'Every girl is forced by our culture into FGM': battling for change in Kenya – podcast
 Read more
In the first few days of the ban, one Marie Stopes clinic turned away 35 women needing post-abortion care, said Jade Maina, executive director of the Trust for Indigenous Culture and Health, which campaigned for the ban to be lifted. “That’s just one facility,” she added.

Maina said that the suspension of Marie Stopes services has had a chilling effect on women’s health services: “A lot of individual providers were definitely looking and saying – if Marie Stopes can be shut down or sanctioned in this way, what does that mean for individual healthcare providers?”

On Twitter, women and pro-choice activists used the hashtag #DearCSSicilyKariuki to urge Sicily Kariuki, cabinet secretary of the ministry of health, to take action. Anti-abortion campaigners, who women’s rights groups say are increasingly vocal, also sent messages supporting the ban. One Twitter user said Kariuki should “not heed to pressure from foreigners selling death camouflaged as health services in this country”.

The International Women’s Health Coalition welcomed Kariuki’s decision, which it said was down to tireless campaigning by activists. “By mobilising against the ban on abortion on social media, women made it clear that they will not sit idly by as the government attempts to roll back their rights and access to health care,” said Erin Williams, programme officer for IWHC.

Pro-choice advocates faced an increasingly hostile climate, added Maina. “Every time we get a success like this [the end of the ban], the resulting factor has been anti-abortion groups strategise and regroup and come back at us even stronger.”

According to the latest Kenyan government health survey conducted in 2014, 18% of women aged between 15 and 19 were mothers or pregnant with their first child.

A spokesperson for Marie Stopes Kenya said: “Following an audit of our clinics by the Kenya Medical Practitioners and Dentists’ Board, they have been assured that our services comply with Kenyan laws and regulations.

“We are grateful to the board for recognising [post-abortion care] as a serious issue and for their commitment to ensuring that women have the safe healthcare they so desperately need. We will continue to work closely with the board towards our shared goal of reducing maternal deaths in Kenya.”

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article