INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Les droits civils «gravement attaqués» dans le monde entier

INB1
INB1

INB1

Près de six pays sur dix restreignent sérieusement les libertés des personnes, selon un nouveau rapport qui met en garde contre une répression croissante dans le monde.

Selon l'étude, il y a peu ou pas de place pour le militantisme dans des pays comme l'Érythrée et la Syrie et des signes inquiétants dans les pays où la démocratie est considérée comme bien établie, comme la France, les États-Unis, la Hongrie et l'Inde.

Le rapport de Civicus Monitor, une alliance de groupes de la société civile, a révélé que des droits fondamentaux, tels que la liberté d'expression et de réunion pacifique, étaient attaqués dans 111 des 196 pays.

On a également constaté que les pays adoptaient des lois répressives et utilisaient les nouvelles technologies pour contrôler le débat public. En Chine, la censure utilisant les nouvelles technologies avait atteint un niveau sans précédent depuis l'arrivée au pouvoir du président Xi Jinping, a averti le rapport.

Cathal Gilbert, responsable de la recherche sur l'espace civique chez Civicus, a déclaré que de telles mesures n'étaient que la partie visible de l'iceberg, les États recourant plus fréquemment au harcèlement et à la violence.

"Les mesures extra-légales, telles qu'attaquer des journalistes ou frapper des manifestants, sont beaucoup plus courantes", a-t-il déclaré. "Ces tactiques sont conçues avec cynisme pour créer un effet dissuasif et dissuader les autres de prendre la parole ou de devenir des citoyens actifs."

La République démocratique du Congo (RDC), où les autorités ont réprimé la crise politique déclenchée en 2015, ainsi que le Guatemala, où au moins 21 défenseurs des droits de l'homme ont été tués en 2018, figuraient parmi les pays jugés préoccupants.

Le rapport a également soulevé des préoccupations concernant les lois répressives au Bangladesh et en France. En France, certains pouvoirs d'urgence temporaires instaurés à la suite des attaques terroristes de 2015 sont devenus permanents, ce qui accroît les pouvoirs d'arrestation, de détention et de surveillance de la police. Le rapport a averti que de tels pouvoirs ont été utilisés pour cibler des activistes de l'environnement et des groupes de la société civile musulmane.

 Les photographes bangladais forment une chaîne humaine réclamant la libération de Shahidul Alam à Dhaka.
Facebook Twitter Pinterest
 Des photographes bangladais demandent la libération du photographe et activiste Shahidul Alam à Dhaka. Il a ensuite été libéré. Photographie: Monirul Alam / EPA
Au Moyen-Orient, l’Arabie saoudite a été identifiée comme un pays préoccupant en raison des arrestations de personnalités religieuses et de défenseurs des droits de l’homme au cours de l’année écoulée, y compris des femmes qui ont fait campagne pour le droit de conduire.

À l'échelle mondiale, les militantes sont les plus susceptibles d'être ciblées, selon Civicus.

Dans l'ensemble, la situation des groupes de la société civile s'est détériorée dans neuf pays depuis mars 2018. Mais l'espace de la société civile s'est accru dans sept autres pays, y compris en Éthiopie, ce qui, selon M. Gilbert, est un signe de «ce qui est possible lorsque la volonté politique est présente».

"Cela devrait encourager ceux qui cherchent un changement dans les pays répressifs du monde entier", a-t-il ajouté. "En supprimant les restrictions et en protégeant l'espace civique, les pays peuvent exploiter le potentiel réel de la société civile et accélérer les progrès sur de nombreux fronts."

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

Nearly six in 10 countries are seriously restricting people’s freedoms, according to a new report that warns of a growing repression around the world.

According to the study, there is little or no space for activism in countries such as Eritrea and Syria, and also worrying signs in countries where democracy is considered well established, such as France, the US, Hungary and India.

The report by Civicus Monitor, an alliance of civil society groups, found that fundamental rights – such as freedom of expression and peaceful assembly – were under attack in 111 of 196 countries.

Countries were also found to be passing repressive laws and using new technologies to control public debate. In China, censorship using new technologies had reached unprecedented levels since President Xi Jinping took power, the report warned.

Cathal Gilbert, civic space research lead at Civicus, said such measures were only the tip of the iceberg, with states more frequently resorting to harassment and violence.

“Extra-legal measures, such as attacking journalists or beating up protestors, are much more common,” he said. “These tactics are cynically designed to create a chilling effect and deter others from speaking out or becoming active citizens.”

Among the countries listed as a concern were the Democratic Republic of the Congo, where authorities have clamped down on dissenting voices following the political crisis that began in 2015, and Guatemala, where at least 21 human rights defenders were killed during 2018.

The report also raised concerns about repressive laws in Bangladesh and France. In France, some of the temporary emergency powers introduced in the wake of the 2015 terrorist attacks have been made permanent, increasing police powers of arrest, detention and surveillance. Such powers, the report warned, have been used to target environmental activists and Muslim civil society groups.

 Bangladeshi photographers form a human chain calling for the release of Shahidul Alam in Dhaka.
Facebook Twitter Pinterest
 Bangladeshi photographers call for the release of photographer and activist Shahidul Alam in Dhaka. He was later released. Photograph: Monirul Alam/EPA
In the Middle East, Saudi Arabia was identified as a country of concern, due to the arrests of religious figures and human rights activists over the past year, including women who campaigned for the right to drive.

Globally, women activists are the most likely to be targeted, according to Civicus.

Overall, conditions for civil society groups had worsened in nine countries since March 2018. But civil society space had increased in seven countries elsewhere, including in Ethiopia, which Gilbert said was a sign of “what is possible when political will is present”.

“This should encourage those seeking change in repressive countries everywhere,” he added. “By removing restrictions and protecting civic space, countries can tap into civil society’s true potential and accelerate progress on a wide range of fronts.”

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article