INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Les millénaires laissent les soutiens-gorge comme ils sont et nous les avons testés

INB1

INB1

Du #freethenipplemovement au #nobraclub: féministes, célébrités et millennials montrent toutes leur soutien-gorge à la porte. Mais est-ce que vivre sans soutien-gorge est bon pour vos seins? Et vous sentez-vous réellement mieux? L'équipe éditoriale de NINA l'a testé.
Dernières nouvelles: les seins sont des seins, chères personnes, qu'il s'agisse de seins masculins ou de seins féminins. Pourquoi, à part le phénomène de l'égalité des droits, les hommes sont-ils fiers de se promener avec leur écorce nue, alors qu'un sein de femme marque soudain la fin du monde? Que le soutien-gorge soit bon ou non pour votre décolleté. Les jeunes femmes laissent de plus en plus souvent le morceau de tissu. Le mouvement # nobra est branché. Instagram fonctionne également à partir de publications incluant #nobra et #nobraclub.

Le compteur des hashtags est maintenant d’environ 150 000 messages. Les femmes publient massivement des photos de leur sein naturel sur l'application, pour montrer que la liberté des femmes qui font leurs propres choix est essentielle. Cela rappelle le mouvement # freethenipple qui a commencé il y a quelques années avec la dénonciation de la censure sur les mamelons des femmes.

Les jeunes femmes, également appelées millénaires, ne ressemblent plus à des soutiens-gorge préformés rembourrés. Au contraire, s’ils achètent déjà un soutien-gorge, c’est un soutien-gorge lisse ou un soutien-gorge de sport. La marque de lingerie française Princesse Tam-Tam a vu la vente de soutiens-gorge à armatures chuter de 30%, rapporte le journal Le Monde. Les ventes de soutiens-gorge flexibles ont en revanche doublé.

Soutenir ou ne pas soutenir, telle est la question
De Rihanna à Kendall Jenner, Olivia Palermo et Rosie Hungtington-Whiteley: selon plusieurs stars, il n'y a pas de mal à paraître dans la rue sans soutien-gorge. Mais devrions-nous aussi jeter le joyau sur le pieu pour des raisons de santé? Ce n’est pas tout à fait clair, car très peu de recherches ont été effectuées sur l’effet de la pièce de lingerie sur votre poitrine.

Le Français Jean-Denis Rouillon est l'un des rares à avoir étudié ce sujet. Il a regardé plus de 300 femmes pendant 15 ans. Rétrospectivement, il a noté que les seins des femmes sans bh avaient chuté d'environ 7 millimètres de moins chaque année par rapport aux seins qui recevaient chaque jour le soutien d'un soutien-gorge. Comme seules 300 femmes ont été examinées, il est difficile de faire de grandes déclarations. Rouillon soupçonne que les sous-vêtements contrecarrent la croissance du tissu mammaire naturel, ce qui provoque la pendaison de notre façade.

D'autres scientifiques ne sont pas entièrement d'accord avec cela. Selon Robert Murphy, président de l'American Society of Plastic Surgeons, le tissu dans vos seins ne peut pas être entraîné du tout. Seule la gravité peut provoquer l’effondrement de vos deux meilleurs amis et un soutien-gorge peut y mettre un terme.

Avez-vous un sentiment de liberté? NINA a fait le test
La rédactrice en chef Liesbeth: "Se promener sans soutien-gorge, c’est une chose. Mais est-ce que ça se passe dans l'atelier? C'est différent, si vous me demandez. La nuit précédant le jour J, il me semblait presque avoir été transformé en un poulet stressé et paniqué, avec un bonnet B qui n'avait jamais paru aussi grand. (Quelque chose dont vous ne m'entendrez pas autrement me plaindre, au fait.) Et les manèges dans ma tête ont également commencé à courir à toute vitesse. Quels vêtements de camouflage puis-je porter? Existe-t-il des réunions que je peux utiliser par le bas? Dois-je quitter la maison du tout?

Malheureusement si. Avec un pull surdimensionné - Dieu merci, c'est presque l'hiver - je suis sorti le matin, prêt pour la première réunion de la journée. Avec 6 hommes. Je m'attendais à des regards tordus ou à des expressions effrayées, mais rien de tout cela. Cela vaut également pour le reste de la journée. Il n'y avait même pas un sourcil froncé à repérer.

Pourtant, je ne me suis pas senti à l'aise à 100% pendant une seconde. Attention: j'ai traversé la vie sans souci. Dans les festivals étrangers, par exemple, où le soleil brille toujours et où il n'y a aucune chance que vous rencontriez quelqu'un de connu. Cela donnait un sentiment merveilleux, libre, confiant et même sexy. Mais dans l'atelier, cela a eu personnellement l'effet inverse pour moi. Ensuite, donnez-moi un soutien-gorge que mes deux meilleurs amis maquillent. "

La rédactrice en chef Margo: "Mon père disait:" L’élégance est un cadeau, il suffit de le posséder ". Pour les personnes qui ne me connaissent pas: je ne possède évidemment pas le cadeau. Il y a neuf mois, je me suis cassé le coude et après deux opérations, il était à nouveau temps d'aller à l'hôpital et de me faire scanner. Pour être honnête, j'ai vécu comme une fière millénaire dans la vie de barmaid. Lors de fêtes, en vacances, en bref: des endroits où les gens ne se soucient pas nécessairement de savoir si vous portez une copie ou non.

À l'hôpital, avec quelques médecins de sexe masculin assis devant vous ou suspendus au-dessus de vous, tout en vous expliquant que vous devez rester immobile dans cet étrange tube, l'histoire est encore différente.

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

From the #freethenipplemovement to the #nobraclub: feminists, celebrities and millennials all show their bra the door. But is going through life without bra good for your breasts? And do you actually feel better? The NINA editorial team tested it out.
Breaking news: breasts are breasts, dear people, whether they are male breasts or female breasts. Why, passing the equal rights-phenomenon, are men proud to roam around with their bare bark, while a woman's breast suddenly means the end of the world? Whether wearing a bra is good for your décolleté or not. Young women leave the piece of cloth more and more often. The # nobra movement is hip. Instagram then also runs from posts including #nobra and #nobraclub.

The counter for the hashtags is now about 150,000 posts. Women post massively photos of their natural bosom on the app, to show that the freedom of women who make their own choices is central. It is reminiscent of the # freethenipple movement that started a few years ago with the denunciation of censorship on women's nipples.

Young women, who are also called millennials, no longer like padded, pre-formed bras. On the contrary, if they already buy a brassiere, then it is a smooth bralette or sports bra. The French lingerie brand Princesse Tam-Tam saw the sale of underwire bras drop by 30 percent, reports the newspaper Le Monde. Sales of flexible bras, on the other hand, doubled.

To bra or not to bra, that's the question
From Rihanna to Kendall Jenner, Olivia Palermo and Rosie Hungtington-Whiteley: according to several stars, it is okay to appear on the street without a bra. But should we also throw the gem on the stake for health reasons? That is not entirely clear, because there is very little research done on the effect of the piece of lingerie on your bosom.

One of the few who has studied this topic is the Frenchman Jean-Denis Rouillon. He watched more than 300 women for 15 years. In retrospect, he noted that the breasts of bh-free women had dropped about 7 millimeters less each year compared to the breasts that each day received the support of a bra. Because only 300 ladies were examined, it is difficult to make big statements. Rouillon suspects that the underwear counteracts the growth of natural breast tissue, causing our façade to hang.


Other scientists do not entirely agree with this. According to Robert Murphy, president of the American Society of Plastic Surgeons, the tissue in your breasts can not be trained at all. Only gravity can cause your two best friends to collapse, and a bra can put a stop to it.

Do you get a free feeling? NINA took the test
Editor Liesbeth: "Walking around without a bra, that's one thing. But do that on the shop floor? That is different, if you ask me. The night before D-day, I almost seemed to have been transformed into a panicked stress chicken, with a B-cup that had never looked so big. (Something you would not otherwise hear me complain about, by the way.) And the merry-go-rounds in my head also started to run at full speed. Which camouflage clothing can I wear? Are there meetings that I can use from below? Do I have to leave the house at all?

Unfortunately yes. With an oversized sweater - thank God it's almost winter - I went out in the morning, ready for the first meeting of the day. With 6 men. I had expected crooked glances or startled expressions, but nothing of that. That also applies to the rest of the day. There was not even a frown eyebrow to spot.

Yet I have not felt 100% at ease for a second. Beware: I've been through life without a care. At foreign festivals for example, where the sun always shines and the chance is zero that you bump into someone familiar. That gave a wonderful, free, confident and even sexy feeling. But on the shop floor, that personally had the opposite effect for me. Then just give me a bra that my two best friends make up. "

Editor Margo: "My dad used to say: 'elegance is a gift, you just have to possess it'. For the people who do not know me: I obviously do not possess the gift. Nine months ago I broke my elbow and after two operations it was again time to go to the hospital and have a scan made. To be honest, I went barmaid through life as a proud millennial. At parties, on vacation, in short: places where people do not necessarily care about whether you are wearing a copy or not.

In the hospital with a few male doctors sitting in front of you or hanging above you while explaining that you have to lie very still in that strange tube, it is still a different story.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article