INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos 📡Evénements 📣Divertissement 🤼‍♂ Mode de vie💡Mode👗Beauté💄Inspiration ⚖ Entretien 📻Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Martin Solveig se dit «particulièrement» respectueux envers les femmes. Quel twerk

INB1

INB1

INB1

De grandes félicitations au DJ français Martin Martin Solveig, la dernière personne filmée en train de faire quelque chose en public qui ne reflète apparemment pas qui il est. La défense "ce n'est pas ce que je suis" fait l'objet de nombreuses échappées ces jours-ci, alors que les cameraphones attrapent les racistes pris pour racistes dans les bus, les non homophobes hurlant des injures à l'encontre des homosexuels à l'extérieur d'une discothèque. des autres variantes qui ornent de plus en plus l'âge. Le fait est que ce n’est pas ce qu’ils sont.

Très rarement, la personne qui dit la chose le dit sur une scène, devant un large public et devant plusieurs caméras de télévision, et déploie des remarques qu’elle a élaborées à l’avance. Mais ce n’est pas non plus qui sont ces personnes.

Les 100 meilleures footballeuses du monde 2018
 Lire la suite
Pour récapituler, allons à la cérémonie de remise des prix du Ballon d’Or, qui se tiendra lundi soir à Paris. En tant que présentatrice, Solveig était sur scène lorsque les villes lyonnaise et norvégienne Ada Hegerberg ont remporté le premier Ballon d’or féminin. (Luka Modric a remporté le trophée masculin, tandis que Kylian Mbappé a reçu un nouveau trophée des moins de 21 ans, le trophée Kopa.) Hélas, à peine Hegerberg at-il ramassé le trophée que Solveig lui a demandé si elle pouvait twerk. Lorsqu'elle a répondu «non» et s'est détournée du podium, on a montré à Solveig en train de rire.

Je dirais qu’il a participé à ce sketch pour les raisons les plus connues de lui-même - sauf qu’il semble que Martin ne connaisse pas vraiment les raisons pour lesquelles il a fait cela. En effet, ils ne sont même pas vaguement saisis par lui.

Les raisons susmentionnées semblent avoir été connues de Mbappé, à qui on a montré un tir en coupe portant une expression que nous appellerons directement au format GIF. Et ils étaient certainement connus d'Andy Murray, qui a immédiatement déclaré aux médias sociaux: «Un autre exemple du sexisme ridicule qui existe toujours dans le sport. Pourquoi les femmes doivent-elles encore supporter cette merde? ... Et à tous ceux qui pensent que les gens réagissent de manière excessive et que ce n’était qu’une blague… ce n’était pas le cas. J'ai été impliqué dans le sport toute ma vie et le niveau de sexisme est irréel. "

 Solveig a présenté ses excuses «à quiconque aurait pu être offensé», ce qui, comme tout le monde le sait, est la règle générale.
Hegerberg, pour sa part, s'en sortit gracieusement, tout en arborant l'expression indubitable d'une femme qui se rendait compte que ce serait à elle de gérer la situation de manière à causer le moins de vagues possible. Cela n’a pas été agréable de faire cela même à l’un des moments les plus hauts de sa carrière professionnelle jusqu’à présent, mais ce ne sera certainement pas inconnu. Ne pas faire en sorte que les crétins aient l’impression que c’est l’une des premières leçons enracinées.

Quant à Solveig, il a présenté ses excuses «à quiconque aurait pu être offensé», ce qui, comme tout le monde le sait, est la non-excuse standard. Il a poursuivi en disant: "Les personnes qui me suivent depuis 20 ans savent à quel point je suis respectueux, en particulier avec les femmes."

Ce «surtout» est un peu un tell. Pourquoi voudriez-vous être plus respectueux envers les femmes qu'avec les hommes, à moins que vous ne pensiez qu'il y avait quelque chose de différent sur eux? Il y avait une interview classique de Tom Cruise où la star parlait de la manière dont il respectait réellement les femmes. Lorsque l'interviewer lui a demandé ce qu'il respectait particulièrement à leur sujet, il a répondu: «Elles sentent bon. Ils ont l'air jolie. Je les aime. Je fais."

Inscrivez-vous à The Recap, notre courrier électronique hebdomadaire des choix des éditeurs.
Yup, "je respecte tout particulièrement les femmes" est un proche parent de "j'aime les femmes" - cette déclaration générale bizarre embrassée par des hommes qui préfèrent homogénéiser tous ceux qui partagent le même pronom. Les gars, comment pouvez-vous aimer le classement entier «femmes»? Les charges de femmes sont épouvantables, tout comme les charges d'hommes. Si vous célébrez Google en disant "J'aime les femmes", vous obtiendrez toujours une interview de Mel Gibson quelques années après qu'il ait appelé une "flic femme" "sugartits", ou une interview de Chris Brown datant de quelques mois après son arrestation pour avoir battu sa femme. alors petite amie, Rihanna. Ou une interview de Silvio Berlusconi de pratiquement n'importe quel moment. Conseil pro: les mecs du public qui disent: "J'aime les femmes" sont toujours mauvais ou, plus généralement, l'ont déjà fait.

Quant aux organisateurs, ils ont laissé entendre que le premier Ballon d’Or Féminin avait été franchi. Mais avec la controverse sur le sexisme qui éclate au moment même de la présentation, le véritable point à retenir est peut-être le temps qu'il reste à parcourir.

 Le Ballon d'Or d'Ada Hegerberg remporte le combat et l'égalité pour le football - profil vidéo
Un autre Spoty de la peine
Comme prévu, le palmarès annuel de la personnalité sportive de l'année a repris, une tradition aussi sacrée que la rangée des championnats de la Premier League de novembre et tout aussi émouvante des raisons pour lesquelles les joueurs anglais n'ont pas visité un mémorial de la Première Guerre mondiale un jeu dans les 100 miles de celui-ci.

Tyson Fury, qui a joué pour la dernière fois en 2015, a fait un retour incroyable dans la rangée de Spoty, lorsque 130 000 personnes ont signé une pétition exigeant qu'il soit rayé de la liste des candidats. Cette année, le type d’indignation opposé est en train d’être travaillé,

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

Enormous commiserations to French DJ Martin Solveig, the latest person to be filmed doing something in public that apparently doesn’t reflect who he is. The this-is-not-who-I-am defence gets a lot of run-outs these days, as cameraphones catch non-racist people being racist on buses, non-homophobic people screaming abuse at gay people outside a nightclub, or any of the other variants that increasingly adorn the age. The point is: this is not who they are.

Very occasionally, the person saying the thing is saying it on a stage, in front of a large audience and multiple television cameras, and is deploying remarks they have worked out in advance. But this, too, is not who those people are.

The 100 best female footballers in the world 2018
 Read more
By way of a recap, let’s journey to Monday night’s Ballon d’Or award ceremony in Paris. As presenter, Solveig was on stage when Lyon’s and Norway’s Ada Hegerberg won the inaugural women’s Ballon d’Or. (Luka Modric picked up the men’s award, while Kylian Mbappé was honoured with a new under-21s prize, the Kopa Trophy.) Alas, no sooner had Hegerberg picked up the trophy than Solveig asked her if she could twerk. When she replied “no” and turned away from the podium, Solveig was shown laughing.

I would say that he engaged in this skit for reasons best known to himself – except it seems Martin doesn’t actually know the reasons why he did this. Indeed, they are not even dimly grasped by him.

The aforementioned reasons did appear known to Mbappé, who was shown in a cutaway shot wearing an expression we’ll call straight-to-GIF. And they were certainly known to Andy Murray, who promptly took to social media to declare: “Another example of the ridiculous sexism that still exists in sport. Why do women still have to put up with that shit? ... And to everyone who thinks people are overreacting and it was just a joke… It wasn’t. I’ve been involved in sport my whole life and the level of sexism is unreal.”

 Solveig apologised “to anyone who may have been offended”, which as everyone knows is the boilerplate non-apology
For her part, Hegerberg got through it graciously, though wearing the unmistakable expression of a woman realising that it is somehow going to be on her to manage the situation in a way that causes as few ripples as possible. It won’t have been pleasant having to do this even at one of the very highest points of her professional career so far, but it certainly won’t have been unfamiliar. Not making dickheads feel like dickheads is one of the earliest ingrained lessons.

As for Solveig, he has apologised “to anyone who may have been offended”, which as everyone knows is the boilerplate non-apology. He went on to say: “People who have followed me for 20 years know how respectful I am especially with women.”

That “especially” is a bit of a tell. Why would you be any more respectful with women than with men, unless you thought there was something patronisably different about them? There was a classic Tom Cruise interview where the star was banging on about how he really respected women, and when the interviewer asked him what in particular he respected about them, he replied: “They smell good. They look pretty. I love them. I do.”

Sign up to The Recap, our weekly email of editors’ picks.
Yup, “I especially respect women” is a close relative of “I love women” – that weirdo blanket statement embraced by men who prefer to homogenise everyone who shares the same pronoun. Guys, how can you love the entire classification “women”? Loads of women are horrendous, same as loads of men are. If you Google celebrities saying “I love women”, you always get some Mel Gibson interview from a couple of years after he called a female cop “sugartits”, or a Chris Brown interview from a few months after he was arrested for beating up his then-girlfriend, Rihanna. Or a Silvio Berlusconi interview from basically any time. Pro tip: guys in or out of the public eye who say: “I love women,” always turn out bad, or, more usually, have already done so.

As for the organisers, they suggested a landmark had been reached with the first ever Ballon d’Or Féminin. But with a sexism controversy breaking out at the very moment of presentation, perhaps the real takeout is how far there is left to go.

 Ada Hegerberg's Ballon d'Or triumph and fight for equality in football – video profile
Another Spoty of bother
As predicted, the annual Sports Personality of the Year award row has rolled round again – a tradition as sacred as November’s Premier League poppy row, and as moving as the rows about why England players didn’t visit a first world war memorial when they had a game within 100 miles of it.

Making an incredible comeback to the Spoty row is Tyson Fury, who last starred in one in 2015, when 130,000 signed a petition demanding he be removed from the shortlist. This year, the opposite sort of outrage is being worked up, 

​​​​​​​

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article