INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

McLaren fait confiance à l'adolescent Norris pour relever les défis et aider à faire équipe avec la grille de F1

INB1
INB1

INB1

Lorsque Lando Norris entrera sur la grille du Grand Prix d'Australie la saison prochaine, il deviendra, à 19 ans, le plus jeune pilote britannique à disputer la Formule 1. C’est une perspective suffisamment décourageante et qui s’accompagne d’un niveau de pression, d’attentes et de surveillance qui pèserait sur les conducteurs les plus expérimentés. Norris prendra le volant d’une McLaren alors que l’équipe essaiera de mettre une saison désastreuse derrière eux et commencera le processus de retour à la tête de la grille.

Après avoir connu une année pitoyable avec une voiture fondamentalement défectueuse et leur sixième sans victoire, cela s’est avéré trop difficile pour Fernando Alonso, qui a mis son temps à perdre dans sa carrière en F1. Chez McLaren, il ne fait absolument aucun doute à quel point cela a été douloureux, a admis le directeur général de l’équipe, Zak Brown. "La saison a évidemment été difficile", a-t-il déclaré. «Nous sommes tous heureux que ce soit fini. Nous n'en reviendrons pas avec de bons souvenirs. ”


Zar Brown, l'espoir de McLaren, est sur la voie de la reprise après des années de vaches maigres
 Lire la suite
Parallèlement au départ d’Alonso, l’équipe a également remplacé le Belge Stoffel Vandoorne pour une nouvelle formation l’année prochaine. L’expérimenté Carlos Sainz a rejoint Norris. Le pilote britannique a un beau pedigree, avec des victoires au championnat en Coupe d'Europe de Formule Renault 2.0, l'Eurocup Formula 2.0 et au premier essai en Formule 3. Cette saison, il était deuxième en F2 de son compatriote George Russell, qui pilotera pour Williams la saison prochaine.

Plus tôt cette année, même si la F1 restait un espoir pour l’avenir, il était déjà plus que conscient de la tâche qui pourrait l’attendre chez McLaren. Les victoires, s’ils venaient, disait-il, seraient d'autant plus douces pour tout le dur travail que lui et son équipe auraient à faire pour les remporter. L'attitude est admirable mais il n'a pas encore affronté le chaudron qui sera McLaren.

Vandoorne avait beaucoup de talent et de promesses, mais deux ans passés dans une voiture peu compétitive aux côtés d'Alonso, il s'est éjecté sommairement de la F1 et a dû reconstruire sa réputation. Pour Norris, ce sera un baptême du feu aussi intense que de monter dans une voiture capable de gagner des courses. McLaren dit qu'il est un atout dont ils doivent prendre soin.

"La Formule 1 peut être un environnement assez cruel", a déclaré Brown. «Si vous regardez Charles Leclerc, il y avait un commentaire après les deux ou trois premières courses pour savoir s'il devait encore être en F1 et maintenant il a signé pour Ferrari. Donc, avec Lando, nous devons gérer les attentes, pas après que trois courses ont été jugées, ce que nous sommes prompts à faire en tant que sport. Lando est clairement extrêmement talentueux. Nous devons le nourrir et gérer les attentes tant à l'interne qu'à l'externe et lui donner l'équipement nécessaire pour montrer son talent. »

Norris n'est pas à court de confiance. Il a déjà déclaré que son objectif était de battre Sainz à chaque session. Une tâche difficile contre un pilote très bien noté avec 81 départs et qui entame sa cinquième saison. Associer Sainz serait un exploit, le battre serait une déclaration similaire à celle que Lewis Hamilton a faite lors de sa remarquable saison recrue contre Alonso à McLaren.

The Recap: une sélection de notre meilleur contenu sportif de la semaine écoulée.
McLaren doit d’abord leur fournir une voiture compétitive et Brown est certainement confiant, mais ne se fait pas d’illusion quant au poids qui les attend.

«C’est un environnement très stressant et la première chose à faire par tous est de vous comparer à votre coéquipier», a déclaré Brown. «Ce sera le premier test et nous voulons ensuite voir Lando se développer. Nous reconnaissons qu'il fera des erreurs de recrue, il sera sur des pistes qu'il n'a jamais connues auparavant. C’est une chose de faire partie d’une équipe en reconstruction et de celle qui possède des voitures de calibre professionnel. Nous savons qu'il a une tâche difficile à accomplir et nous allons faire preuve de patience et travailler avec lui.

»

Norris également devra faire preuve de patience et de contrôle. Brown a déclaré qu'il avait présenté un plan quinquennal visant à ramener McLaren à la conquête de victoires et qu'il avait le soutien et l'investissement des actionnaires pour le mener à bien, mais c'est une très longue période en F1, en particulier pour un jeune pilote marque.

Lando Norris: "Grandir à regarder Lewis, McLaren était ma voiture préférée"
 Lire la suite
De retour au Hungaroring en juillet, cependant, Norris affichait déjà une maturité remarquable qui sera essentielle pour le voir bien que ce soit peut-être la saison la plus difficile de sa carrière. «J’ai appris à essayer et à ne pas être autant déprimé quand ça ne va pas», a-t-il déclaré. «Parfois, vous ne pouvez rien y faire. Dans le passé, j'aurais été le contraire, j'aurais été ennuyé. Je suis encore un peu en colère, mais j’ai appris que vous n’aviez pas besoin d’être aussi déprimé. »

Brown refuse d’annoncer où McLaren finira la saison prochaine, insistant seulement pour qu’ils s’améliorent. «Nous avons beaucoup appris cette année et nous deviendrons finalement une meilleure équipe grâce à cela», a-t-il déclaré.

Norris doit espérer qu'ils seront finalement sur une courbe ascendante, mais sa tâche, à venir à Melbourne, ne sera pas moins exigeante, peu importe. Atteindre la F1 était son rêve mais sous un projecteur cruel et impitoyable,

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

 

When Lando Norris takes to the grid for the Australian Grand Prix next season he will, at 19, become the youngest British driver to compete in Formula One. It is a daunting enough prospect and one that is accompanied by a level of pressure, expectation and scrutiny that would weigh heavily on the most experienced drivers. Norris will take to the wheel of a McLaren as the team try to put a disastrous season behind them and begin the process of returning to the front of the grid.

Having endured a woeful year with a car that was fundamentally flawed and their sixth without a win, it proved too much for Fernando Alonso who called time on his F1 career. There is absolutely no doubt at McLaren just how painful it has been as the team’s chief executive officer, Zak Brown, admitted. “This has obviously been a difficult season,” he said. “We’re all glad it’s over. It is not one we will look back on with fond memories.”


Zak Brown hopeful McLaren are on road to recovery after lean years
 Read more
Alongside Alonso’s departure the team also dropped the Belgian Stoffel Vandoorne for a new line-up next year, with the experienced Carlos Sainz joining Norris. The British driver has a fine pedigree, with championship wins in the Formula Renault 2.0 European Cup, the Eurocup Formula 2.0 and at the first attempt in European Formula 3. This season he was second in F2 to his compatriot George Russell, who will drive for Williams next season.

Earlier this year, even when F1 remained just a hope for the future, he was already more than aware of the task that might await him at McLaren. The wins, should they come he said, would be all the sweeter for all the hard work he and the team would need to do to bring them about. The attitude is admirable but he has yet to face the cauldron that will be McLaren.

Vandoorne had great talent and promise but two years alongside Alonso in an uncompetitive car left him summarily ejected from F1 and having to try to rebuild his reputation. For Norris this will be as intense a baptism of fire as climbing into a car capable of wining races. McLaren say he is an asset of which they must take care.

“Formula One can be a pretty cruel environment,” said Brown. “If you look at Charles Leclerc, there was commentary after the first two or three races of whether he should still be in F1 and now he has signed for Ferrari. So with Lando we have to manage expectations, not after three races pass judgment which we as a sport are quick to do. Lando clearly is extremely talented. We need to nurture him and manage expectations internally and externally and give him the equipment to show his talent.”

Norris is not short on confidence. He has already said his goal is to beat Sainz in every session. A tough task against a highly rated driver with 81 starts and entering his fifth season. Matching Sainz would be an achievement, beating him would be a statement similar to the one Lewis Hamilton made in his remarkable rookie season against Alonso at McLaren.

The Recap: a pick of our best sport content in the past week.
McLaren firstly need to provide them both with a competitive car and certainly Brown is confident more is to come but is under no illusion as to the weight on their shoulders.

“It is a high-pressure environment and the first thing everyone does is compare you to your teammate,” Brown said. “That will be the first test and then we want to see Lando develop. We recognise he will make rookie mistakes, he will be at some tracks he has never been to before. It’s one thing to jump into a team that is rebuilding and one that has championship calibre cars. We know he has a difficult task ahead and we are going to be patient and work with him.”

Norris, too, is going to have to display patience and control. Brown said he has presented a five-year plan to return McLaren to winning ways and that he has the backing and investment of shareholders to see it through, but that is an awfully long time in F1, especially for a young driver looking to make his mark.

Lando Norris: ‘Growing up watching Lewis, McLaren was my favourite car’
 Read more
Back in July at the Hungaroring, however, Norris was already displaying a remarkable maturity that will be key in seeing him though what may be the most difficult season of his career. “I’ve learned to try and not be down as much when it goes wrong,” he said. “Sometimes there is nothing you can do about it. In the past I would have been the opposite, I would have been annoyed. I am still a bit up and down but have learned you don’t need to be down so much.”

Brown declines to offer predictions of where McLaren will finish next season, insisting only that they expect to improve. “We learned a lot this year and will ultimately be a better team because of it,” he said.

Norris must hope they will finally be on an upward curve but his task, come Melbourne, will be no less demanding, regardless. Reaching F1 was his dream but under a cruel and unforgiving spotlight, 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article