INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos 📡Evénements 📣Divertissement 🤼‍♂ Mode de vie💡Mode👗Beauté💄Inspiration ⚖ Entretien 📻Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Michelle Obama et Chimamanda Adichie discutent de l'autobiographie de l'ancienne première dame américaine

INB1
INB1

INB1

Elle a abordé des sujets allant de ses parents à son ascension pour devenir la première dame des États-Unis d'Amérique. Elle a également rappelé que la reine avait qualifié le protocole royal de "déchets" lorsque les Obama ont visité le château de Windsor.

Mme Obama a expliqué comment sa mère "nous avait encouragés à faire entendre notre voix" et comment ses parents avaient veillé à ce qu'ils n'essayent pas d'éteindre sa lumière de la manière dont on sait que les parents ont affaire à leurs filles.

Mme Obama a ajouté:

Une des choses que mes parents croyaient était que ma voix était pertinente et que mes opinions étaient significatives et que ma colère et ma frustration étaient réelles.

Mes parents ont vu cette flamme en moi. Au lieu de faire ce que nous faisons souvent aux filles qui sont courageuses, c’est-à-dire essayer d’éteindre cette flamme pour l’étouffer parce que nous craignons qu’elles ne soient pas comme une dame ou si elles ont de l’autorité. Ils ont trouvé un moyen de garder cette flamme allumée.

Pour que cette flamme soit allumée chez une fille, vous devez laisser cette flamme parler en conséquence et apprendre à vous en servir.

En parlant de sa famille, Mme Obama a évoqué son éducation ouvrière, les difficultés du mariage et même le fait qu'elle voulait parfois "pousser Barack par la fenêtre". Elle a parlé de son père, Fraser C. Robinson, et de la façon dont il avait beaucoup sacrifié pour s'assurer qu'ils avaient tout ce dont ils avaient besoin.

Michelle Obama et Chimamanda Adichie discutent de l'ancienne première dame américaine

Michelle Obama a également déclaré ressentir encore le "syndrome de l'imposteur", ajoutant qu'elle "ne disparaît jamais".

Quand on lui a demandé comment elle était perçue comme un "symbole d'espoir", Mme Obama a déclaré au public:

J'ai encore un petit syndrome d'imposteur, il ne s'en va jamais, que vous m'écoutez réellement.

Ça ne s'en va pas, ce sentiment que tu ne devrais pas me prendre aussi au sérieux. Qu'est ce que je sais? Je partage cela avec vous parce que nous avons tous des doutes sur nos capacités, sur notre pouvoir et sur ce qu’est ce pouvoir.

Si je donne de l'espoir aux gens, c'est une responsabilité, je dois donc m'assurer que je suis responsable.

Nous n'avons pas d'autre choix que de nous assurer que nos aînés donnent à nos jeunes une raison d'espérer.

Michelle Obama et Chimamanda Adichie discutent de l'ancienne première dame américaine

Mme Obama a également rappelé qu'elle et la visite du président Barack Obama à la reine. Elle a dit qu'elle paniquait sur la façon d'agir, mais la reine a dit: "Il suffit d'entrer".

Dit-elle:

J'avais tout ce protocole dans la tête et je me disais «Ne descends pas les escaliers et ne touche à personne, quoi que tu fasses».

Et donc la reine dit: "viens, assieds-toi n'importe où" et elle te dit une chose et tu te souviens du protocole et elle dit: "Oh, c'est de la foutaise, il suffit d'entrer".

Mme Obama, dont les mémoires ont battu des records de vente pour devenir le livre le plus vendu paru cette année, 15 jours seulement après sa publication, a raconté son expérience de caricaturation de femmes noires:

La taille de nos hanches, notre style, notre swag, il devient coopté mais nous sommes diabolisés.

Mon conseil aux jeunes femmes en ce sens que vous devez commencer par éliminer ces démons de votre tête. Les questions que je me pose - «Suis-je assez bon? - Cela nous hante, car les messages qui nous sont envoyés depuis que nous sommes petits sont: peut-être que vous ne l'êtes pas, n'atteignez pas trop haut, ne parlez pas trop fort.

 

 

Michelle Obama et Chimamanda Adichie discutent de l'ancienne première dame américaine

L'ancienne Première Dame a déclaré que cela était vrai pour les femmes et les gens de la classe ouvrière, et "profond pour les femmes de couleur", alors que les personnes au pouvoir essayaient de leur faire sentir qu'elles n'appartenaient pas à la population.

Elle a ajouté:

Voici le secret. J'ai assisté à toutes les tables puissantes auxquelles vous pouvez penser, j'ai travaillé pour des organisations à but non lucratif, des fondations, des entreprises, des conseils d'administration, des réunions au sommet, des réunions à l'ONU; ils ne sont pas si intelligents.


Regardez la vidéo ci-dessous.

 

 

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

She tackled topics ranging from her parents to her rise to becoming the First Lady of the United States of America. She also recalled how the Queen had dismissed royal protocol as "rubbish" when the Obamas visited Windsor Castle.

Mrs Obama told how her mother "encouraged  us to let our voices be heard" and how her parents ensured they didn't try to put out her light in the way parents are known to do with their daughters.

Ms Obama added:

One of the things my parents believed was that my voice was relevant and my opinions were meaningful and my anger and frustration was real. 

My parents saw this flame in me. Instead of doing what we often do to girls who are feisty which is try to put that flame out to douse it because we are worried about them not being lady-like or being bossy. They found a way to keep that flame lit. 

To have that flame lit in a girl you need to let that flame speak accordingly and learn how to use it.

While speaking about her family, Ms Obama touched on her working-class upbringing, the difficulties of marriage and even how at times she wanted to "push Barack out a window". She spoke of her father, Fraser C. Robinson, and how he sacrificed a lot to see that they had all they needed.

Michelle Obama and Chimamanda Adichie discuss the former US  first lady

Michelle Obama also said she still feels "imposter syndrome", adding that "it never goes away".

Asked how she feels about being seen as a "symbol of hope", Mrs Obama told the live audience:

I still have a little imposter syndrome, it never goes away, that you're actually listening to me.

It doesn't go away, that feeling that you shouldn't take me that seriously. What do I know? I share that with you because we all have doubts in our abilities, about our power and what that power is.

If I'm giving people hope then that is a responsibility, so I have to make sure that I am accountable.

We don't have any choice but to make sure we elders are giving our young people a reason to hope.

Michelle Obama and Chimamanda Adichie discuss the former US  first lady

Ms Obama also recalled her and President Barack Obama's visit to meet the Queen. She said she was panicking about how to act but the Queen said: "Just get in".

She said:

I had all this protocol buzzing in my head and I was like 'don't trip down the stairs and don't touch anybody, whatever you do'.

And so the Queen says 'just get in, sit wherever' and she's telling you one thing and you're remembering protocol and she says 'Oh it's all rubbish, just get in'.

Ms Obama, whose memoir broke sales records to become the best-selling book released this year, just 15 days after being published, described her experience of black women being caricatured, saying:

The size of our hips, our style, our swag, it becomes co-opted but then we are demonised.

My advice to young women in that you have to start by getting those demons out of your head. The questions I ask myself - 'am I good enough?' - that haunts us, because the messages that are sent from the time we are little is: maybe you are not, don't reach too high, don't talk too loud.

Michelle Obama and Chimamanda Adichie discuss the former US  first lady

The former first lady said this was true for women and working-class people, and "profound for women of colour", as people in power tried to make them feel they did not "belong".

She added:

Here is the secret. I have been at probably every powerful table that you can think of, I have worked at non-profits, I have been at foundations, I have worked in corporations, served on corporate boards, I have been at G-summits, I have sat in at the UN; they are not that smart.


Watch the video below.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article