INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Piste de maman contre piste de carrière Et le record de fécondité aux États-Unis

INB1

INB1

Aux États-Unis, le taux de fécondité - mesurant le nombre de femmes par femme - a fortement diminué entre 1960 et les années 1970 et ne s’est jamais redressé. Selon les statistiques de la Banque mondiale, il y avait 3,65 naissances par femme aux États-Unis en 1960 et en 1980, elles n'étaient plus que 1,84, soit une baisse d'environ 1/2. Et ça ne s'est jamais rétabli. En 2016, il n'y avait que 1,8 naissances par femme.

Aux États-Unis, les femmes ont moins de la moitié du nombre d’enfants qu’elles avaient en 1960.

Est-ce une coïncidence si le taux de fécondité a chuté de 1960 à 1980 et n’a jamais repris?

Ou bien le mouvement de «libération des femmes» qui a imprégné cette même période a-t-il contribué de manière significative au déclin?

Pour ajouter un commentaire important au mélange, il convient de noter que la première pilule contraceptive pour femme a été approuvée en 1960. Je ne doute pas que ce soit le * mécanisme * qui a conduit à la baisse du taux de natalité. Mais cette question ne concerne pas le mécanisme mais la motivation. POURQUOI les femmes ont-elles choisi d’avoir moins d’enfants, et non comment elles l’ont fait.

Il se trouve que quelques autres phénomènes pertinents se sont produits dans la même période dans les années 60 et 70. Il y avait le mouvement de «libération des femmes» et il y avait aussi un énorme changement dans la main-d'œuvre lorsque les femmes ont appris que le but de la libération était qu'elles n'avaient plus la responsabilité principale d'élever les enfants et de s'occuper des tâches ménagères. , comme ils l’avaient toujours fait auparavant, mais devaient aussi aller au travail - un devoir auquel on n’attendait auparavant que les hommes.

Cela me frappe de penser qu'appeler cette "libération" est une blague cruelle. Si je n’étais pas si opposé aux théories du complot, je pourrais fort bien penser que c’est en fait des hommes qui ont formulé le mouvement de libération des femmes. En tant qu'homme, cela semble presque trop beau pour être vrai. Maintenant, elle va faire son travail ET le mien?! Où est-ce que je l'inscris?!

À la lumière de cela, n’est-il pas étonnant que les femmes aient choisi d’avoir moins d’enfants? Comment peut-on s'attendre à ce que vous deveniez le principal responsable des enfants, le principal soutien du ménage et ALSA au travail? Même avec moins d'enfants, cela semble une tâche impossible. Les hommes ressemblent à des bandits après la libération des femmes. Lancez vos pieds sur la table basse et allumez le jeu! Ne vous inquiétez pas, elle s’occupera de junior et fera en sorte que le pop-corn et la bière arrivent aussi!

L’effet secondaire malheureux et dangereux, qui ne profite ni aux Américains ni aux femmes, est toutefois que le taux de natalité est trop bas pour soutenir la population, maintenir la vigueur de l’économie et maintenir la sécurité et la compétitivité de l’Amérique. En d’autres termes, c’est un risque pour la sécurité nationale.

Une solution potentielle à ce problème consiste à admettre davantage d'immigrés pour remplacer les enfants disparus. Mais pas n'importe quels immigrants. Nous avons besoin d’immigrants qualifiés capables de contribuer à l’économie et de ne pas les épuiser. Et nous avons besoin d'immigrants fortunés qui peuvent utiliser leur capital pour investir dans des projets américains, créer des emplois aux États-Unis et maintenir l'Amérique à l'avant-garde de l'innovation.

L'Amérique est le pays le plus accueillant au monde pour les immigrants, avec de plus en plus d'immigrants chaque année que toute autre nation.

Cependant, notre système d'immigration est à l'envers. Ce que nous obtenons, ce ne sont pas les personnes qualifiées et riches, mais les personnes non qualifiées et pauvres. Au lieu de placer les travailleurs qualifiés et les plus riches au premier rang des frontières de l’immigration, nous favorisons ceux qui n’ont aucune compétence à apporter et qui deviennent dépendants de nos contribuables et des pupilles de l’État. Cela crée encore plus de pression sur notre économie et aggrave le problème.

Je voulais écrire plus mais je n'avais plus de temps. Alors, que devons-nous faire pour résoudre le problème du faible taux de natalité?

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

The fertility rate in the United States – measuring births per woman – fell sharply from 1960 through the 1970s and never recovered. According to World Bank statistics, in 1960 there were 3.65 births per woman in the United States and by 1980 there were only 1.84 births per woman, a decline of about 1/2. And it never recovered. In 2016 there were only 1.8 births per woman.

Women in the United States are having less than half the number of children they did in 1960.

Is it a coincidence that the fertility rate took a nosedive between 1960 and 1980 and never recovered?

Or did the “women’s liberation” movement that permeated that exact same time frame, contribute significantly to the decline?

To add an important comment to the mix it must be noted that the first birth control pill for women was approved in 1960. I have no doubt that this is the *mechanism* that led to the lower birth rates. But this question is not about mechanism but motivation. WHY did women choose to have fewer children, not how did they accomplish it.

It so happens that a couple of other relevant phenomena occurred in that same time frame in the 60s and 70s. There was the “womens’ liberation” movement, and there was also a massive change in the workforce as women learned that the meaning of being liberated was that they now not only had the primary responsibility of raising the children and taking care of the household chores, as they always had before, but also had to go to work – a duty previously expected only of men.

It sort of strikes me that calling this “liberation” is a bit of a cruel joke. If I wasn’t so adverse to conspiracy theories I might well suspect that it was actually men who formulated the womens’ liberation movement. As a man it seems almost too good to be true. Now she’s going to do her job AND mine?! Where do I sign her up?!

In light of this, is it any wonder that women chose to have fewer children? How can you be expected to be the primary caregiver for the children, the primary maintainer of the household and ALSO go to work? Even with fewer children, this seems an impossible assignment. Men made out like bandits after womens’ liberation. Kick your feet up on the coffee table and turn on the game! Don’t worry she’ll take care of junior and keep the popcorn and beer coming too!

The unfortunate and dangerous side effect though, that is good for neither American man nor woman, is that the current birth rate is too low to sustain the population, keep the economy strong and keep America safe or competitive. In other words it’s a national security risk.

One potential solution to this problem is to admit more immigrants to replace the missing children. But not just any immigrants. We need skilled immigrants who can contribute to the economy not be a drain on it. And we need wealthy immigrants who can use their capital to invest in American ventures, create US jobs and keep America in the innovative lead.

America is the most immigrant friendly country in the world by far admitting more immigrants every year than any other nation.

However, our immigration system is upside down. What we are getting is not the skilled and wealthy, but the unskilled and poor. Instead of moving the skilled and wealthy to the front of the immigration line we are favoring those with no skills to contribute who become dependent on our taxpayers and wards of the state. That creates even more strain on our economy and makes the problem even worse.

I wanted to write more but ran out of time. So, what are we to do to fix the low birth rate problem?

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article