INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos 📡Evénements 📣Divertissement 🤼‍♂ Mode de vie💡Mode👗Beauté💄Inspiration ⚖ Entretien 📻Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Prix de la personnalité anti-sportive de l'année 2018

INB1

INB1

INB1

Rahman a réussi à faire passer un seul test, huit apparitions à l'ODI et le même nombre de T20 en une année au cours de laquelle il n'y a que deux mois que le batteur bangladais n'a été suspendu d'aucune forme de cricket. Le jour du Nouvel An, il a obtenu une suspension de six mois du jeu national, a été déchu de son contrat central et condamné à une amende de 25 000 $ pour, lors d'un match de première classe de la dernière semaine de 2017, demandant aux arbitres sur le terrain la permission de quittez brièvement le terrain et, après vous être assuré, assaillissez un garçon de 12 ans qui lui avait apparemment «fait du bruit» tout en se cachant derrière un écran (mais pas d'un fonctionnaire aux yeux d'aigle). «Nous avons infligé une lourde peine», a déclaré le vice-président du comité de discipline de BCB, Sheikh Sohel. «C'est sa dernière chance. S'il a une autre occasion de faire preuve d'indiscipline, il sera définitivement suspendu. »Ce n'était pas tout à fait vrai. En été, le compte Facebook de Rahman a menacé d’attaquer physiquement un fan qui critiquait sa forme, après que cette autre tentative d’indiscipline ait eu lieu. Après avoir promis qu'il «ne ferait plus jamais une telle chose» et «avoué beaucoup de choses», il a été condamné à une amende et suspendu à nouveau, cette fois du cricket domestique. "Il a dit que son compte avait été piraté, mais nous avons pris en compte d'autres incidents, dont il a admis la véracité", a déclaré le directeur de BCB, Ismail Haider Mallick, de sorte que le joueur ait au moins fait preuve de l'honnêteté d'élite le cricket aspire à. «S'il y a une répétition, il purgera des suspensions plus longues. Certaines personnes ont raison, d'autres non. "


Inscrivez-vous à The Recap, notre courrier électronique hebdomadaire des choix des éditeurs.
Jan Blokhuijsen, Sven Kramer, Patrick Roest et Koen Verweij
S'il y avait une grosse médaille d'or au sport, vous voudrez certainement l'éloigner de ce lot, un quatuor de patineurs de vitesse néerlandais qui ont pris la scène à Heineken House, diplomatie néerlandaise des Jeux olympiques d'hiver Le siège de l’opération-parti lors du spectacle spectaculaire organisé en février à Pyeongchang a décidé qu’il serait hilarant de jeter le simulacre de médaille géante qu’ils tenaient pour une raison quelconque dans la foule réunie pour saluer leur bronze. Deux admiratrices ont dû être hospitalisées pour soigner leurs blessures. "Heureusement, les choses vont bien pour les deux femmes compte tenu des circonstances, même si cela a été un choc pour elles", a déclaré l'équipe dans un communiqué de presse. "Ils ont dit lors d'une conférence de presse qu'ils s'étaient excusés auprès de moi, mais je n'ai pas reçu d'excuses. Je ne les ai pas vues depuis lors », a déclaré un spectateur blessé. Elle avait admis avoir été invitée à les rencontrer, mais elle avait refusé car elle ne parvenait pas à percevoir un «sentiment de sincérité». Blokhuijsen a suscité de nouvelles controverses lorsque, lors d'une conférence de presse organisée à l'issue de la poursuite par équipe masculine, il a exhorté les Sud-Coréens à «traiter les chiens mieux dans ce pays», suscitant un tel tollé qu'il a non seulement été obligé de s'excuser - mon intention de vous insulter et de insulter votre pays. J'espère que nous pourrons faire de cet endroit un meilleur endroit pour nous deux », mais le chef de mission néerlandais, Jeroen Bijl, a dû rassurer les médias locaux:« Nous respectons la culture, les habitants de la Corée et leur pays ».

Yuya Nagayoshi, Takuya Hashimoto, Takuma Sato et Keita Imamura
L'équipe japonaise de basketball masculine a travaillé presque toute la quasi-totalité des Jeux asiatiques après que quatre d'entre eux aient été renvoyés chez eux pour célébrer une victoire en phase de groupes contre le Qatar avec un voyage dans la capitale du parti de Jakarta, un dîner tardif, puis un hôtel proche. en compagnie d'un groupe de femmes avec qui elles se sont livrées à des «actes inappropriés». C’est loin du comportement exigé par le code de conduite du Comité olympique japonais, qui prévoit que les athlètes ne doivent se comporter que comme des «citoyens modèles». "Je m'excuse profondément pour notre acte négligent qui a déshonoré non seulement les amateurs de basket, mais également tous les Japonais", a déclaré Sato. «Je ressens juste un sentiment de honte», a déclaré Yasuhiro Yamashita, chef de la délégation japonaise. Les châtiments rapides et les excuses les plus sincères contrastaient nettement avec l'équipe de la Coupe du monde à Mexico, dont plusieurs membres ont organisé une fête à la veille de leur départ pour la Russie, à laquelle ils ont invité 30 prostituées sans échapper à la sanction. "Ce sont les risques qui viennent de la liberté", a haussé les épaules, Guillermo Cantú, secrétaire général de la fédération mexicaine. "Il ne s'agit pas de savoir si cela nous plaît ou non, nous devons juste admettre que c'était une journée gratuite pour les joueurs et qu'ils n'ont pas manqué d'entraînements."

Wesley Harms ou Gary Anderson
En décembre dernier, le monde des fléchettes était au centre d'une controverse sur des allégations de toux délibérée. En janvier, le prétendu suspect, Justin Pipe, a déclaré que "mon personnage a été assassiné" et que le tumulte l'avait laissé "sidéré et déchiré" - et depuis lors, le sport est allé si pas en descente puis certainement dans le tube digestif,

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

 

Rahman has managed to squeeze a single Test, eight ODI appearances and the same number of T20s into a year in which there have been only two months when the Bangladeshi batsman was not suspended from any form of cricket. On New Year’s Day he picked up a six-month suspension from the domestic game, was stripped of his central contract and fined $25,000 for, during a first-class game in the last week of 2017, asking the on-field umpires’ permission to briefly leave the field and, having secured it, assaulting a 12-year-old boy who had apparently “made a noise” at him, while hiding behind a sightscreen (though not from an eagle-eyed official). “We have meted out a heavy punishment,” said the BCB disciplinary committee vice-chairman, Sheikh Sohel. “This is his last chance. If he has another brush with indiscipline, he will be permanently suspended.” This was not exactly true. In the summer Rahman’s Facebook account threatened to physically assault a fan who criticised his form, after that other brush with indiscipline had come to pass. After promising that he “would never do such a thing again” and also “admitting to a lot of things” he was fined and suspended afresh, this time from domestic cricket. “He said his account was hacked but we took into account other incidents, some of which he has admitted to be true,” said the BCB director, Ismail Haider Mallick, so the player had at least displayed some of the elite honesty that many in cricket aspire to. “If there is a repeat, he will be serving longer suspensions. Some people get their act straight, some don’t.”


Sign up to The Recap, our weekly email of editors’ picks.
Jan Blokhuijsen, Sven Kramer, Patrick Roest and Koen Verweij
If there was a big gold medal for sporting ne’er-do-wells, you would certainly want to keep it away from this lot, a quartet of Dutch speed-skaters who took to the stage at Heineken House, the Dutch Winter Olympic diplomacy operation-cum-party headquarters during February’s Pyeongchang-based spectacular, and decided it would be hilarious if they tossed the giant mock medal they were for some reason holding into the crowd that had gathered to hail their bronze success. Two female fans required hospital treatment to head wounds. “Fortunately things are going well with both ladies considering the circumstances, even though it was a shock to them,” the team said in a press release. “They said at a press conference that they apologised to me but I didn’t receive an apology. I haven’t seen them since then,” one injured spectator said. She had, she admitted, been invited to meet them but had refused because she failed to discern a “feeling of sincerity”. Blokhuijsen caused further controversy when, in a press conference after the men’s team pursuit, he exhorted people in South Korea to “please treat dogs better in this country”, creating such a furore that not only was he forced to apologise – “It was not my intention to insult you and your country. I hope we can make this a better place for both of us” – but the Dutch chef de mission, Jeroen Bijl, had to reassure local media that “we do respect the culture, people in Korea and the country of Korea”.

Yuya Nagayoshi, Takuya Hashimoto, Takuma Sato and Keita Imamura
Japan’s men’s basketball team laboured through most of the Asian Games short-handed after four of their number were sent home for celebrating a group-stage win over Qatar with a trip to Jakarta’s party capital, a late dinner and then a trip to a nearby hotel in the company of a group of women, with whom they engaged in “inappropriate acts”. This fell some way short of the behaviour demanded by the Japanese Olympic Committee’s code of conduct, which expects athletes to behave as nothing less than “model citizens”. “I deeply apologise for our careless act that has brought disgrace on not only basketball fans but also all of the Japanese people,” said Sato. “I just feel a sense of shame,” said Yasuhiro Yamashita, the head of the Japanese delegation. The swift punishments and wholehearted apologies contrasted markedly with the Mexico World Cup squad, several members of whom threw a party on the eve of their departure for Russia to which they invited 30 prostitutes but escaped sanction. “These are the risks that come from freedom,” shrugged Guillermo Cantú, the general secretary of the Mexico FA. “It’s not about whether we like it or not, we just have to admit that it was a free day for the players and they did not miss any training sessions.”

Wesley Harms or Gary Anderson
Last December the world of darts was embroiled in controversy over allegations of deliberate coughing – in January the alleged cougher, Justin Pipe, said “my character has been assassinated” and the kerfuffle had left him “flabbergasted and heartbroken” – and since then behaviour in the sport has gone if not downhill then certainly down the alimentary canal, 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article