INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

RDC : les populations mécontentes après le report de la présidentielle

INB1

Réactions de la population à Kinsahasa en Rdc, suite au report des élections, notamment présidentielle au 30 décembre.

Des élections déja reportées à l’expiration du deuxième et dernier mandat du président Kabila officiellement faute de moyens financiers.

Fin 2017, puis le 23 décembre 2018, et maintenant le 30 décembre: c’est le troisième report de ces élections générales depuis la fin du deuxième et dernier mandat de M. Kabila le 20 décembre 2016, dans le plus grand pays d’Afrique sub-saharienne, connu pour son instabilité et ses richesses minérales.

"Plus de deux ans après l'expiration des délais constitutionnels, aucun report n'est justifiable"

Aujourd’hui encore, les habitants ne cachent pas leur déception.

“Même si aujourd’hui nous donnons à M. Nangaa ou à M. Kabila même 10 ans, je vous dis que Kabila n’arrivera pas à organiser les élections, il est un dictateur.” Déclare courroucé Nestor Basekele, un manifestant.

“On est ici parce qu’on entend des murmures que Corneille Nangaa a reporté les élections. On ne sait plus ce qu’il cherche dans ce pays. Démissionnez et laissez notre pays! On vous a laissé deux ans et vous avez été incapables et vous demandez encore une semaine? On dit non! Parce que ce dimanche on ira tous aux élections.” Ajoute Mousa, partisan de l’Union pour la démocratie et le progrès social.

La Commission électorale nationale indépendante a annoncé le report du scrutin du 23 décembre d’une semaine, évoquant des problèmes techniques.

Cette “première transmission pacifique” du pouvoir en République démocratique du Congo attendra encore au moins une semaine:

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

Reactions of the population in Kinsahasa in DRC, following the postponement of elections, including presidential elections on December 30.

Elections already postponed on the expiry of President Kabila's second and last term officially for lack of financial means.

End of 2017, then December 23, 2018, and now December 30: this is the third postponement of these general elections since the end of the second and last term of Mr. Kabila on December 20, 2016, in the largest country in Africa sub-Saharan, known for its instability and mineral wealth.

"More than two years after the expiry of constitutional deadlines, no postponement is justifiable"

Even today, the inhabitants do not hide their disappointment.

"Even if today we give to Mr. Nangaa or Mr. Kabila even 10 years, I tell you that Kabila will not manage to organize the elections, he is a dictator." Declares wrath Nestor Basekele, a protester.

"We are here because we hear murmurs that Corneille Nangaa postponed the elections. We do not know what he is looking for in this country. Quit and leave our country! You have been left two years and you have been unable and still ask for a week? We say no! Because this Sunday we will all go to the elections. "Adds Mousa, a supporter of the Union for Democracy and Social Progress.

The Independent National Electoral Commission announced the postponement of the December 23rd poll for a week, citing technical problems.

This "first peaceful transmission" of power in the Democratic Republic of Congo will wait at least another week:

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article