Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

#Brexit = l'Europe du Sud est confrontée en raison de son adhésion mal avisée à l'euro,

INB1

INB1

On me pose beaucoup de questions à ce sujet, à la fois en ligne et dans la vie réelle, alors j’ai pensé qu’il serait peut-être thérapeutique que je rassemble mes pensées sur ce sujet vexé. J'avoue que je me suis mis au diapason récemment, en raison d'une incapacité totale d'influencer les événements, et admettrai volontiers que je ne suis pas sûr de ce que je ferais, si ce choix était le mien, alors ceci devrait être lu, avec ça avertissement à l'esprit.

Mais ... je me demande si tout ce fiasco se passera bien?


Il est maintenant clair pour la plupart des parties impliquées que l’UE a massivement exagéré sa main, en particulier en procédant à l’armement de la frontière irlandaise. À cet égard, j’ai le sentiment qu’ils ont été encouragés par le fait de regarder de petites foules devant le Parlement, agitant le drapeau de l’Union européenne, et par leurs nombreuses interactions personnelles avec des hommes politiques britanniques Europhiles. Ils ont pris les deux groupes pour être beaucoup plus représentatif de l'opinion publique qu'ils ne le sont réellement.

Ils ne parlent pas pour autant de personnes que Juncker pense ...
Ils ne parlent pas pour autant de personnes que Juncker pense ...
Même les sections les plus partisanes de la presse Remainer semblent à présent penser que l'UE aura maintenant compris que la stratégie Barnier / Juncker a quelque peu échoué et que le Royaume-Uni - à son crédit - ne sera pas entièrement bluffé dans le mauvais sens. deal game of poker - donc l'UE fera plus de concessions pour faire avancer les choses.


Le fait que, parallèlement à cela, l'économie allemande entre dans une récession technique et que Macron soit confronté à la prochaine Révolution française signifie que les dirigeants de l'UE sont peut-être davantage motivés, sur le plan commercial, à dépasser leurs principes au nom de la croissance économique mutuelle. Ensuite, il y a le fait que, malgré toutes les prévisions du Project Fear, l’économie britannique reste en croissance, bien que faible. Cela sans s'attaquer aux problèmes persistants auxquels l'Europe du Sud est confrontée en raison de son adhésion mal avisée à l'euro, ni des dégâts économiques considérables que la position du gouvernement irlandais pourrait potentiellement causer à son économie.

L'idée de l'imminence des élections européennes en mai et la farce potentielle du Royaume-Uni, qui pourrait peut-être ajouter 50 à 60 Nigel Farages de plus, constituent également un encouragement précieux pour les aider à trouver une solution pour nous éloigner plus rapidement.

La livre sterling a beaucoup souffert de tout cela - mais c’est la beauté absolue d’une monnaie flottante - c’est un amortisseur qui équilibre l’économie et favorise les exportations britanniques pendant que tout cela frappe le fan.

Parfois, il faut du temps pour amener les gens autour.

Ensuite, au niveau national, vous avez un dirigeant aussi universellement ridicule que Corbyn essayant de se soustraire au gouvernement (et franchement, il n’est pas un reste), ce qui, comme les événements l’ont prouvé, n’est guère probable. Quelqu'un un peu plus modéré et grand public serait une vraie menace.

Vu de loin, il pourrait s'agir d'un ensemble de circonstances très chanceuses. Le roi Arthur surveille peut-être Albion après tout ...


C'était toujours une illusion totale de penser que faire vivre ce pays serait simple, propre et sans risques et souffrances considérables.

May s'est-elle quelque peu sacrifiée pour gagner du temps et faire en sorte que tout cela se réalise mieux? Le long jeu pour surmonter les obstacles? Effectivement, cela pourrait être ainsi.

Si tel est le cas et que nous obtenons un accord nettement meilleur qui protège l’économie tout en nous apportant plus de liberté et de certitude - alors peut-être qu’après coup on se souviendra plus tendrement de elle.

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

I am getting a lot of questions about this, both online and in real life, so I thought it might be therapeutic for me to gather my thoughts about this vexed subject. I do confess that I've been tuning out recently, due to a complete inability to influence events, and will readily admit that I'm regularly unsure what I would do, if that choice were mine, so this should be read, with that caveat in mind.

But... I am wondering if this whole fiasco might actually be going OK?


It is now clear to most involved parties that the EU, has massively overplayed its hand, especially by weaponising the Irish border. In this, I feel they've been encouraged by watching small crowds outside Parliament, waving the EU flag, and by their many personal interactions with Europhile British politicians. They have taken both of these groups to be far more representative of public opinion than they actually are.

They don't speak for as many people as Juncker thinks...
They don't speak for as many people as Juncker thinks...
Even the most partisan sections of the Remainer press now seem to be of the opinion that the EU will now have seen that the Barnier / Juncker strategy has failed somewhat, and the UK - to its credit - won’t be entirely bluffed in the bad deal game of poker - so the EU will make more concessions to move things forward.


The fact that whilst this is happening, the German economy has gone into technical recession, and Macron faces the next French Revolution, means that there is perhaps more commercial motivation for the EU leaders to look past their principles in the name of mutual economic growth. Then there's the fact that, despite all of the predictions of Project Fear, the British economy remains in growth, albeit sluggish growth. That's without getting into the ongoing problems that southern Europe faces as a consequence of its ill-advised membership of the euro, or the massive economic damage that the Irish government's stance has the potential to do to the Irish economy.

The thought of looming EU elections in May, and the potential farce of the UK sending perhaps 50 - 60 more Nigel Farages into the mix, also provides a helpful nudge in the direction of them finding a solution to move us away more quickly.

The pound has taken a big hit through all of this - but that’s the absolute beauty of a floating currency - it’s a shock absorber that provides balance to the economy and promotes British exports whilst all this has been hitting the fan.

Sometimes it takes time to bring people round.

Then domestically, you have a leader as universally derided as Corbyn trying to pull the rug from under the government (and frankly he's not a Remainer himself) - which, as events have proven, is highly unlikely to happen. Someone a bit more moderate and mainstream would be a real threat.

Looked at from a distance this might actually be a very fortunate set of circumstances. King Arthur is perhaps keeping watch over Albion after all...


It was always a total illusion to think that getting the country through anything like this would be clean and easy and without considerable risk and pain.

Has May somewhat sacrificed herself to buy time for all of this to play out and allow for a better deal? The long game to overcome the odds? Effectively that might be how it ends up.

If so and we get a visibly better deal that protects the economy whilst giving us more freedom and certainty - then perhaps in hindsight she will be remembered more fondly.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article