Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Cacher à la vue: une grange moderne dans l'East Sussex

INB1
INB1

INB1

Il est presque impossible de trouver la maison de Gina Portman, cachée le long d’une piste de ferme bordée d’arbres, à la lisière d’un village quelque part près de la Manche. Lorsque vous passez enfin devant le grand portail industriel, les roues crissant sur du gravier épais, la vue qui vous fait face n’est pas tout à fait un chalet confortable. Au lieu de cela, un grand bâtiment en bois, aux fenêtres étroites donnant l'impression d'une peau d'oiseau géante, est relié à l'allée par une sorte de pont-levis. Il n’ya pas d’indices sur le caractère et la chaleur de l’autre côté des grandes portes doubles.

 Nous voulions construire quelque chose de moderne et de brutaliste, mais nous n’avions pas le droit de
«Nous voulions construire quelque chose de moderne et de brutaliste, mais nous n’avions pas le droit de le faire», explique Gina, qui vit dans une zone de beauté naturelle exceptionnelle avec son mari Andrew et ses fils Alfred et Edgar. «Notre nouvelle maison devait ressembler à la langue vernaculaire environnante.» Elle a la forme d’une grange et est recouverte de bardeaux de cèdre de haut en bas. Les bâtiments en bois sont courants dans cette partie de l’Est du Sussex, le carrelage étant utilisé sur des structures plus utilitaires. «Les abribus autour d'ici ont des toits de bardeaux de cèdre», explique Gina. «Notre maison est comme un arrêt de bus géant.» En fait, une fois que vous avez franchi le seuil, c’est tout sauf.

 Pièce avec vue: l'arrière de la maison, avec de la lumière entrant par de grandes fenêtres coulissantes.
Facebook Twitter Pinterest Pièce avec vue: l'arrière de la maison, avec de la lumière entrant par de grandes fenêtres coulissantes. Une photographie: Bruce Hemming
De l'autre côté de la maison, la lumière pénètre dans un espace de vie ouvert, entraînant le visiteur dans un couloir étroit. De vastes fenêtres coulissantes sur toute la longueur du bâtiment donnent sur un jardin orienté au sud, qui donne à son tour une vue dégagée sur les moutons au pâturage dans des champs entourés de chênes centenaires.

Tandis que l’aspect ensoleillé réchauffe l’intérieur, le chauffage au sol sous le sol en béton coulé permet d’éviter tout ce qui est étranger, comme des radiateurs. Le stockage est également discrètement caché, derrière des portes discrètes. «Il aurait été difficile de meubler la maison sans beaucoup d'espace de stockage intégré», déclare Gina. "Je voulais acheter des meubles pour en profiter, pas pour le rangement."

Décidant de quitter leur vie à Londres (Gina était créatrice de costumes et styliste publicitaire), elle et Andrew se fixèrent sur Dorset, mais ils ne trouvèrent pas un endroit abordable qui leur plaisait. Enfin, alors que leur fils aîné était sur le point de commencer l’école, ils ont vu une publicité dans le magazine d’une maison à Rye portant le nom séduisant de Fairladies, qu’ils ont acheté. Ils n’étaient jamais allés à Rye et, même si elle était charmante, Gina avait envie de s’installer plus loin dans «le milieu de nulle part», animée par les souvenirs de sa visite à sa grand-mère du Yorkshire Moors. Un jour, elle s'est retrouvée à emprunter une piste sans issue, en suivant un panneau «à vendre». Ce qu’elle a trouvé, c’était un bungalow agricole des années 1950: c’était le coup de foudre - sans la maison.

 Vers le haut, mobile: une échelle en bois dans le salon.
Facebook Twitter Pinterest
 Vers le haut, mobile: une échelle en bois dans le salon. Une photographie: Bruce Hemming
Après plusieurs années de supervision de la nouvelle construction, la famille de Gina a emménagé dans sa maison presque achevée en 2011. Une palette sombre et pâle, presque incolore, a été choisie, permettant aux pièces vintage et modernes de Gina de vivre de façon autonome. Cet équilibre de neutralité et de vitalité se retrouve dans la cuisine et le salon à double hauteur, ainsi que dans les petites pièces séparées par une mezzanine. Un mur confortable avec un poêle à bois et des nattes de jonc sur le sol est fermé par un mur coulissant peint à la chaux «post-moderne mauve» (de Pure & Original), tandis que les chambres et la salle de bain à l'étage sont également accessibles via un portes coulissantes.

Chaque objet est soigneusement examiné dans cette maison familiale, de l’ampoule industrielle au-dessus de l’établi de la cuisine aux coussins qui ressemblent à des peintures abstraites. Vivant près de la ville de Rye, dans les Cinque Ports, l’intérêt de Gina est piqué par les histoires de marins, de pêche et de tempête. Styliste naturelle, elle s'intéresse à la tradition populaire, qu'elle soit utilitaire ou romantique. Des peintures d'épaves de navires s'appuient contre les murs de la salle de bains à l'étage, accompagnées d'une ancienne ancre nouée de taille réelle, tandis que des bouées de pêche géantes flottent dans le vestiaire, au rez-de-chaussée. Une simple main courante de corde borde la cage d'escalier raide.

 Puissance de la douche: la salle de bain, aux lignes épurées et aux couleurs simples.
Facebook Twitter Pinterest
 Puissance de la douche: la salle de bain, aux lignes épurées et aux couleurs simples. Une photographie: Bruce Hemming
Rye et la ville voisine de Hastings regorgent de brocantes, mais Gina est tout aussi intéressée par les nouveautés bien faites. Elle n'aime rien de mieux que de trouver un bûcheron local qui fabrique des planches à pain à l'aide d'un tour tiré par des chevaux dans une clairière. Certains sont alignés dans sa cuisine. Lorsqu'elle est particulièrement frappée par un artisan ou un artiste de talent, elle fait la promotion de leur travail, que ce soit par le biais d'événements organisés à la maison ou lors de foires qu'elle organise à Great Dixter.

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

Gina Portman’s house is almost impossible to find, hidden down a tree-lined farm track, on the edge of a village somewhere near the English Channel. When you finally navigate past the big industrial gate, wheels crunching on thick gravel, the sight before you is not exactly a cosy cottage. Instead, a big wooden building, with narrow windows giving the impression of a giant bird hide, is linked to the driveway by a kind of drawbridge. There are no clues to the character and warmth on the other side of the large double doors.

 We wanted to build something modern and brutalist, but we weren't allowed to
“We wanted to build something modern and brutalist, but we weren’t allowed to,” says Gina, who lives in a designated Area of Outstanding Natural Beauty with her husband Andrew and sons Alfred and Edgar. “Our new house had to look as though it was part of the surrounding vernacular.” It is shaped like a barn and covered, top to bottom, with cedar shingle. Wooden buildings are common in this part of East Sussex, with tiling used on more utilitarian structures. “The bus shelters around here have peaked roofs with cedar shingles,” explains Gina. “Our house is like a giant bus stop.” In fact, once you have crossed the threshold, it is anything but.

 Room with a view: the back of the house, with light pouring in through vast sliding windows.


Facebook Twitter Pinterest  Room with a view: the back of the house, with light pouring in through vast sliding windows. Photograph: Bruce Hemming
From the other side of the house, light pours into an open living space, drawing the visitor through a narrow front corridor. Vast sliding windows running the length of the building overlook a south-facing garden, which in turn gives on to an open view of grazing sheep in fields bounded by ancient oaks. While the sunny aspect warms the interior, underfloor heating beneath the poured-concrete floor dispenses with the need for anything extraneous, such as radiators. Storage is also discreetly hidden, behind unobtrusive doors. “The house would have been harder to furnish without a lot of in-built storage space,” says Gina. “I wanted to buy furniture to enjoy, not for the purpose of storage.”

On deciding to leave behind their London life (Gina was a costume designer and advertising stylist), she and Andrew fixed on Dorset but they couldn’t find anywhere affordable that they liked. Finally, with their elder son about to start school, they saw a magazine advertisement for a house in Rye with the beguiling name of Fairladies, which they bought. They had never been to Rye before and lovely though it was, Gina was keen to move further into “the middle of nowhere”, fuelled by memories of visiting her granny on the Yorkshire Moors. One day, she found herself cycling up a dead-end track, following a “for sale” sign. What she found was a 1950s farm bungalow: it was love at first sight – minus the house.

 Upwardly mobile: a wooden ladder in the living area.
Facebook Twitter Pinterest
 Upwardly mobile: a wooden ladder in the living area. Photograph: Bruce Hemming
After several years of overseeing the new build, Gina’s family moved into their almost-finished house in 2011. A dark and pale, almost colourless, palette was chosen, allowing Gina’s vintage and modern pieces to have a life of their own. This balance of neutrality and vitality runs through the double-height kitchen and sitting room, as well as the smaller rooms divided by a mezzanine floor. A cosy snug with a wood-burning stove and rush matting on the floor is closed off by a sliding wall painted in “post-modern mauve” lime paint (from Pure & Original), while the bedrooms and bathroom upstairs are also accessed via streamlined sliding doors.

Every object is carefully considered in this family house, from the industrial lightbulb above the kitchen workbench to cushions that resemble abstract paintings. Living near the Cinque Ports town of Rye, Gina’s interest is piqued by stories of sailors, fishing and stormy weather. A natural stylist, she is interested in folk tradition, whether utilitarian or romantic. Paintings of shipwrecks lean against the walls of the upstairs bathroom, along with a life-size antique knotted anchor, while giant woven fishing buoys loll in the boot room downstairs. A simple handrail of rope lines the steep stairwell.

 Shower power: the bathroom, with typically clean lines and plain colours.
Facebook Twitter Pinterest
 Shower power: the bathroom, with typically clean lines and plain colours. Photograph: Bruce Hemming
Rye and nearby Hastings are bursting with junk shops, but Gina is just as interested in new things that are well-made. She likes nothing better than to find a local woodsman who makes bread boards using a horse-drawn lathe in a forest clearing. Some are lined up in her kitchen. When she is particularly struck by a talented craftsperson or artist, she promotes their work, either through events at the house, or at fairs she organises at Great Dixter,

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article