Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Comment la marque de mode de Samuel Ross, A-Cold-Wall *, défie la définition

INB1
INB1

INB1

INB1

alm n’est pas la façon dont vous décririez le studio d’un créateur de mode à l’époque des défilés. Les préparatifs immédiats de la fashion week impliquent des ajustements de dernière minute, des moulages de modèles, l'ajout de détails finaux aux vêtements et le traitement de la conception des défilés, de la musique, des cheveux et du maquillage.
Mais avec seulement trois jours avant le défilé de A-Cold-Wall * dans l'édition masculine de la London Fashion Week, le siège de la marque était ... calme. Des moulages de modèles étaient en cours et l'équipe travaillait tranquillement.
Samuel Ross, fondateur et directeur créatif de la marque, âgé de 27 ans, a ouvert notre interview en insistant sur le fait que tout était sous contrôle.


"(Avant) nos trois ou quatre premiers spectacles, il y avait un pandémonium. Il y avait une anarchie. Il y avait de la douleur. Il y avait des larmes, de la sueur, du sang, tout cela. (Mais) à ce stade, nous construisons cette approche vraiment holistique de la les liens d’équipe et nous pouvons compter les uns sur les autres (...) il y a une énergie très détendue et concentrée ", at-il déclaré.
Des mannequins dans les coulisses du récent spectacle de la marque à Londres.
Des mannequins dans les coulisses du récent spectacle de la marque à Londres. Crédit: Jason Lloyd Evans
Le studio, comme celui de nombreuses marques jeunes, est plutôt banal. C'est un espace fonctionnel avec peu de fioritures, qui rappelle davantage un atelier de design qu'un showroom de mode sur papier glacé. Le bâtiment lui-même est encastré dans un échafaudage, visible à travers les fenêtres qui descendent sur les côtés du studio.


Mais cela semble être un endroit parfait pour Ross, étant donné que beaucoup de ses vêtements semblent être presque conçus, construits de manière soudée. Ses créations sont fonctionnelles et utilitaires, mais ne manquent pas de détails conceptuels: fermetures à glissière, formes sculpturales, découpes dans des endroits improbables et poches après poches. La plupart des matériaux sont robustes (laine écossaise épaisse) ou délicats (acétate transparent joliment formé et nylon transparent que vous pourriez imaginer en train d'essuyer.)
Étiqueter l'étiquette
Les jeunes designers sont souvent catalogués quand ils commencent. Les RP et les spécialistes du marketing élaborent des récits faciles à comprendre pour les consommateurs, qui répètent ensuite le message.
Tout comme les acteurs émergents, ce qui rend un designer célèbre peut être ce qu’ils passent leur carrière à essayer de passer à autre chose.
Richard Quinn: le designer en herbe qui a attiré la reine à la fashion week
A-Cold-Wall * est souvent considérée comme une marque de streetwear et l’éducation de la classe ouvrière de Ross est fréquemment citée. Les médias adorent raconter comment un jeune Ross avait l'habitude de simuler fausse mode à des amis dans le bloc de logements sociaux dans lequel il avait été élevé.


Un coup d'oeil de la piste.
Un coup d'oeil de la piste. Crédit: Jason Lloyd Evans
Mais bien que le designer ait été élevé dans un environnement ouvrier et que son travail comporte certainement des éléments de streetwear (pensez à des survêtements sur mesure et de nombreux vêtements d'extérieur), de telles descriptions semblent réductrices.
"Il y a évidemment une nuance de classisme en jeu, entre classe et race et le mot" streetwear "... Je pense qu'il est assez court pour que ce mot soit simplement appliqué à une pléthore de travaux dans lesquels j'exerce," m'a dit.
Un coup d'oeil de la piste.
Un coup d'oeil de la piste. Crédit: Jason Lloyd Evans
Né à Brixton, dans le sud de Londres, Ross a passé la plus grande partie de son enfance et de sa vie d'adulte dans les Midlands, en Angleterre. Ses parents sont à la fois créatifs et éduqués - son père est un spécialiste du vitrail qui a étudié les beaux-arts à Central Saint Martins et sa mère est un peintre à l'huile qui donne des conférences en psychologie. Il attribue à ses parents le fait de le "sculpter" en quelqu'un qui travaille dans les domaines de l'art et du design.
Ross était créatif dès le début: il se souvient d'avoir vendu un tableau ou un croquis à un ami de son club de jeunesse à l'âge de 7 ans environ. Il a ensuite étudié le graphisme et l'illustration contemporaine à l'université. Il a commencé sa carrière professionnelle dans les produits et le graphisme. conception, travaillant pour une pratique dans le Leicestershire. Mais il était agité.


Craig Green: Le designer révolutionne le look des hommes
"Ce n'est pas que je n'étais pas heureux. Ce n'était tout simplement pas suffisant", a-t-il déclaré. "J'ai eu cette idée de grandeur que j'ai été vendue et présentée à l'université, comme le sont la plupart des étudiants. Et, vous savez, la réalité banale d'être junior à l'extérieur de Londres, travaillant dans une zone industrielle, ne m'a tout simplement pas révélé réalisation Je sais que j’ai été capable (d’atteindre) par le travail. "
Dans son plan suivant, Ross expérimente diverses formes d’expression créative, allant de la musique au street art. Il a contacté Virgil Abloh (maintenant directeur de la création de la mode masculine chez Louis Vuitton), qui lui a proposé un travail d'assistant pour son label Off-White. Cela a ramené Ross à Londres et a contribué à le propulser là où il se trouve aujourd'hui.
Un coup d'oeil de la piste.


Un coup d'oeil de la piste. Crédit: Jason Lloyd Evans
À la fin de l’année dernière, il a remporté le prix Emerging Menswear Designer aux Fashion Awards de Londres et ses vêtements sont maintenant disponibles dans des magasins prestigieux tels que Barneys, Selfridges et Dover Street Market.
Tandis que Ross comprend comment - et pourquoi - il a été catalogué, il espère évoluer au-delà des récits qui lui sont imputés.

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

alm is not how you'd typically describe a fashion designer's studio in the days before a runway show. The immediate lead-up to fashion week involves last-minute fittings, model castings, adding final details to garments and dealing with matters of runway design, music, hair and makeup.
But with only three days until A-Cold-Wall*'s show at the men's edition of London Fashion Week, the label's headquarters were... calm. Model castings were underway and the team was quietly working.
Samuel Ross, the brand's 27-year-old founder and creative director, opened our interview by insisting that things were as under control as they seemed.
"(Before) our first three or four shows, there was pandemonium. There was anarchy. There was pain. There were tears, sweat, blood, all of that. (But) at this point we're building this really holistic approach to team bonding and we're able to rely upon one another ... there's a very relaxed and concentrated energy," he said.


Models backstage at the brand's recent show in London.
Models backstage at the brand's recent show in London. Credit: Jason Lloyd Evans
The studio, like that of many a young brand, is rather unremarkable. It's a functional space with few frills, more reminiscent of a design workshop than a glossy fashion showroom. The building itself is encased in scaffolding, which is visible through windows running down the sides of the studio.
But it feels like a perfect location for Ross, given that many of his clothes appear to be almost engineered, welded -- constructed. His designs are functional and utilitarian, though not lacking in conceptual detail: There are zips, sculptural shapes, cutouts in unlikely places and pockets upon pockets. Many of the materials are hardy (thick Scottish wool) or playfully sensible (beautifully shaped clear acetate and transparent nylon you could imagine wiping down.)
Labeling the label
Young designers are often pigeonholed when they're starting out. PRs and marketers craft narratives that are easy for consumers to understand -- then they push the message on repeat.
Much like emerging actors, the thing that makes a designer famous can end up being what they spend their career trying to move on from.
Richard Quinn: The budding designer who lured the Queen to fashion week
A-Cold-Wall* is often labeled a streetwear brand, and Ross' working-class upbringing is frequently cited. The media love to recount how a young Ross used to flip fake fashion to friends around the social housing block he was brought up in.


A look from the runway.
A look from the runway. Credit: Jason Lloyd Evans
But while the designer was raised in a working-class environment, and there are certainly elements of streetwear in his work (think tailored tracksuits and lots of outerwear), such descriptions feel reductive.
"There's a tinge of classism obviously at play, between class and race and the word 'streetwear' ... I think that it's quite short-handed for that word to be simply applied to a plethora of work that I operate in," he said.
A look from the runway.
A look from the runway. Credit: Jason Lloyd Evans
Born in Brixton, south London, Ross spent most of his childhood and early adult life in England's Midlands region. His parents are both creative and educated -- his father is a stained-glass specialist who studied fine art at Central Saint Martins and his mother is an oil painter who lectures in psychology. He credits his parents for "sculpting" him into someone who works in art and design.
Ross was creative from the start: He recalls selling a painting or sketch to a friend from his youth club at the age of about 7. He went on to study graphic design and contemporary illustration at university, and began his professional career in product and graphic design, working for a practice in Leicestershire. But he was restless.
Craig Green: The designer revolutionizing the way men look
"It's not that I wasn't happy. It just wasn't enough," he said. "I had this idea of grandeur that I was sold and pitched at university, as most students are. And, you know, the banal realities of being a junior outside of London, working on an industrial estate, just didn't give me the fulfillment I know I was able to (achieve) through work."


Plotting his next move, Ross experimented with various forms of creative expression, from music to street art. He got in touch with Virgil Abloh (now, the creative director of menswear at Louis Vuitton), who offered him assistant work at his label Off-White. This brought Ross back to London and helped propel him to where he finds himself today.
A look from the runway.
A look from the runway. Credit: Jason Lloyd Evans
At the end of last year, he won Emerging Menswear Designer at the Fashion Awards in London, and his clothes are now stocked at prestigious outlets like Barneys, Selfridges and Dover Street Market.
While Ross understands how -- and why -- he has been pigeonholed, he hopes to evolve beyond the narratives thrust upon him.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article