Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Soudan : manifestations réprimées à Khartoum et au Darfour

INB1

Les forces anti-émeute soudanaises ont tiré des gaz lacrymogènes dimanche pour disperser des manifestations antigouvernementales à Khartoum et au Darfour (ouest), région où des rassemblements ont eu lieu pour la première fois depuis le début de ce mouvement de contestation du pouvoir.

Les organisateurs ont appelé à de nouvelles manifestations pour “une semaine du soulèvement”.

“La révolution est le choix du peuple”, ont scandé les protestataires dans les rues du quartier de Bahari, dans la capitale soudanaise, avant que la police n’intervienne pour réprimer la manifestation, ont indiqué des témoins.

Beaucoup de femmes étaient descendues dans la rue pour protester en sifflant et tapant dans leurs mains. Elles s‘étaient munies de masques pour se protéger des gaz lacrymogènes, selon des témoins.

Des manifestants ont brandi le drapeau soudanais et des banderoles sur lesquelles était écrit “paix, justice, liberté”, un des slogans du mouvement qui a éclaté le 19 décembre, après la décision du gouvernement de tripler le prix du pain.

Dans un pays en plein marasme économique, les manifestations se sont rapidement transformées en une contestation du président Omar el-Béchir, qui dirige le Soudan d’une main de fer depuis un coup d’Etat en 1989.

Vingt-quatre personnes sont mortes depuis le début du mouvement, selon un bilan officiel. Les ONG Human Rights Watch et Amnesty International parlent elles d’au moins 40 morts.

Infrastructures détruites
Vendredi, l’Union européenne a affirmé que les forces de sécurité soudanaises avaient parfois utilisé des “balles réelles” pour réprimer les rassemblements.

Des témoins ont affirmé avoir vu la police poursuivre les manifestants dans les rues de Khartoum dimanche. “C’est le jeu du chat et de la souris”, a confié l’un d’entre eux.

Des habitants de Bahari ont fait entrer chez eux des manifestants cherchant à se protéger des tirs de gaz lacrymogènes et leur ont offert des jus de fruits, a raconté un témoin.

Plus tard dans la journée, l’Association des professionnels soudanais, qui organise les manifestations, a affirmé que des “munitions réelles” avaient été utilisées lors du rassemblement à Bahari, sans préciser l’origine des tirs.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent la police arrêter des manifestants, mais leur authenticité n’a pas pu être vérifiée.

Après la fin des manifestations, plusieurs rues de Khartoum sont restées bloquées, jonchées des pierres et de pneus brûlés par les protestataires, selon un témoin qui a ajouté que la police anti-émeute restait déployée sur la zone, notamment avec des véhicules équipés de mitraillettes.

Dimanche, des rassemblements ont eu lieu pour la première fois depuis le 19 décembre au Darfour.

La police a dispersé les manifestants à coups de gaz lacrymogènes à Al-Facher, capitale de l’Etat du Darfour-Nord, et à Niyala, capitale de l’Etat du Darfour-Sud, d’après des témoins. Leur nombre était pour l’heure difficile à évaluer.

Vaste comme la France, cette région de l’ouest est secouée depuis 2003 par un conflit opposant les forces soudanaises à des rebelles issus de minorités ethniques et s’estimant marginalisés par le pouvoir central.

Le conflit au Darfour a fait plus de 300.000 morts et 2,5 millions de déplacés, selon l’ONU. Le président soudanais est sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour répondre d’accusations de génocide et crimes de guerre dans cette région.

Des manifestations ont également eu lieu dans la ville de Madani (centre) ainsi que dans des villages de la province agricole et pauvre de Gadaref, dans l’est du Soudan.

Secoué par la crise économique
Environ 1.000 personnes ont été arrêtées dans différentes localités du Soudan en trois semaines de manifestations, selon des groupes de défense des droits humains, notamment des militants, des leaders de l’opposition et des journalistes.

L’UE a appelé vendredi les autorités à libérer tous les opposants détenus “arbitrairement”.
La Grande-Bretagne, la Norvège, les Etats-Unis et le Canada ont prévenu que les actions de Khartoum “auront un impact” sur leurs relations.

Pour ses détracteurs, le régime est responsable de la crise économique, pour sa mauvaise gestion et pour avoir consacré le gros du budget aux forces de sécurité face aux conflits qui ont éclaté ces dernières années dans plusieurs provinces.

M. Béchir continue d’attribuer à Washington la responsabilité des maux économiques, pointant l’embargo imposé en 1997 par les Etats-Unis pour le soutien présumé de Khartoum à des groupes islamistes, même s’il a été levé en 2017.

Amputé des trois-quarts de ses réserves de pétrole depuis l’indépendance du Soudan du Sud en 2011, le pays est confronté à une inflation de près de 70 % par an. Plusieurs villes souffrent de pénuries de pain et de carburant.

 

 

( ENGLISH ) <<>>

 

 

Sudanese anti-riot forces fired tear gas on Sunday to disperse anti-government demonstrations in Khartoum and western Darfur, where rallies were held for the first time since the start of the power struggle.

The organizers have called for new protests for "a week of uprising".

"The revolution is the choice of the people," protesters chanted in the streets of the Bahari district of the Sudanese capital, before the police intervened to quell the protest, witnesses said.

Many women took to the streets to protest by whistling and clapping their hands. They used masks to protect themselves from tear gas, witnesses said.

Protesters raised the Sudanese flag and banners on which was written "peace, justice, freedom", one of the slogans of the movement that broke out on December 19, after the government's decision to triple the price of bread.

In a country in the midst of economic turmoil, the protests quickly turned into a protest by President Omar al-Bashir, who has ruled Sudan with an iron fist since a coup in 1989.

Twenty-four people have died since the beginning of the movement, according to an official report. The NGOs Human Rights Watch and Amnesty International are talking about at least 40 dead.

Infrastructures destroyed
On Friday, the European Union said that Sudanese security forces sometimes used "live ammunition" to suppress rallies.

Witnesses said they saw the police sue protesters in the streets of Khartoum on Sunday. "It's the game of the cat and the mouse," said one of them.

Bahari residents brought home protesters trying to protect themselves from tear gas and offered them fruit juice, a witness said.

Later in the day, the Sudanese Professionals' Association, which organizes the protests, claimed that "live ammunition" had been used at the rally in Bahari, without specifying the origin of the shooting.

Social media videos show police arrest demonstrators, but their authenticity could not be verified.

After the end of the demonstrations, several streets in Khartoum were blocked, littered with stones and tires burned by protesters, according to a witness who added that the riot police remained deployed on the area, including vehicles equipped with machine guns. .

On Sunday, rallies were held for the first time since 19 December in Darfur.

Police dispersed protesters with tear gas in Al-Facher, capital of North Darfur state, and Niyala, capital of South Darfur state, according to witnesses. Their numbers were difficult to assess at the moment.

As vast as France, this region of the west is shaken since 2003 by a conflict opposing the Sudanese forces to rebels from ethnic minorities and considering themselves marginalized by the central power.

The conflict in Darfur has left more than 300,000 dead and 2.5 million displaced, according to the UN. The Sudanese president is under an arrest warrant from the International Criminal Court (ICC) to face charges of genocide and war crimes in the region.

Demonstrations also took place in the city of Madani (center) as well as in villages in the poor and agricultural province of Gadaref in eastern Sudan.

Shaken by the economic crisis
About 1,000 people were arrested in various locations in Sudan in three weeks of protests, according to human rights groups, including activists, opposition leaders and journalists.

The EU on Friday called on the authorities to release all opposition detainees "arbitrarily".
Britain, Norway, the United States and Canada have warned that Khartoum's actions will "have an impact" on their relations.

For its detractors, the regime is responsible for the economic crisis, for its mismanagement and for spending the bulk of the budget to security forces in the face of the conflicts that have erupted in recent years in several provinces.

Bashir continues to blame Washington for economic evils, pointing to the US embargo imposed in 1997 on Khartoum's alleged support for Islamist groups, even though it was lifted in 2017.

Amputed by three quarters of its oil reserves since the independence of South Sudan in 2011, the country is facing inflation of nearly 70% per year. Many cities suffer from shortages of bread and fuel.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article