Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Grande – Bretagne: Theresa May préoccupée par un nouvel rejet de l’accord sur le Brexit

INB1
INB1
INB1

INB1

A quatre jours d’un vote crucial de son Parlement sur le Brexit, la première ministre britannique, Theresa May, a averti, vendredi 8 mars, que la sortie de l’Union européenne pourrait ne jamais avoir lieu, si les députés rejettent l’accord qu’elle cherche à conclure avec les Européens. Le 15 janvier, les députés britanniques avaient massivement rejeté l’accord destiné à organiser une sortie ordonnée, par 432 voix contre 202. Depuis, Mme May a engagé des négociations avec l’UE, qui reste inflexible et refuse de renégocier l’accord.

S’adressant aux parlementaires lors d’un discours dans une entreprise de fabrication d’éoliennes à Grimsby, dans le nord-est de l’Angleterre, elle a expliqué : « La semaine prochaine, les députés vont être face à un choix crucial à Westminster : soutenir l’accord sur le Brexit ou le rejeter. Soutenez-le et le Royaume-Uni quittera l’Union européenne. Rejetez-le, et personne ne sait ce qu’il va arriver. Nous pourrions ne pas quitter l’UE avant plusieurs mois, nous pourrions partir sans toutes les protections que garantit l’accord. Nous pourrions ne jamais quitter l’UE.»


 
Londres demande plus d’effort à l’Europe
Le Premier ministre a plaidé aussi en faveur d’un « effort supplémentaire » pour parvenir à un accord satisfaisant. Elle a adressé un message à l’UE en ces termes : « C’est le moment d’agir. Nous avons travaillé dur ensemble au cours des dernières années pour aboutir à un accord. 

Nous avons juste besoin d’un effort supplémentaire pour répondre aux dernières inquiétudes très spécifiques de notre Parlement ». Le ministre britannique des affaires étrangères, Jeremy Hunt, a prévenu, de son côté, que les générations futures jugeraient que l’UE avait eu tort en cas d’échec des discussions. « C’est un moment de changement dans les relations entre le Royaume-Uni et l’UE et l’histoire jugera très mal les deux parties si nous nous trompons », a-t-il déclaré vendredi matin sur la BBC Radio 4. « Nous voulons rester les meilleurs amis de l’UE. Cela signifie qu’il faut faire adopter cet accord d’une manière qui n’empoisonne pas nos relations pendant de nombreuses années à venir. »

A Bruxelles, le négociateur en chef de l’UE sur le Brexit, Michel Barnier, a peu goûté les déclarations des dirigeants britanniques. Selon lui,  « L’UE reste unie, nous ne sommes pas intéressés par le jeu des accusations, ce qui nous intéresse, c’est le résultat, et nous continuons à travailler ».

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

 

At four days of a crucial vote of her Parliament on Brexit, the British Prime Minister, Theresa May, warned, Friday, March 8, that the exit of the European Union could never take place, if the deputies reject the agreement that it seeks to conclude with the Europeans. On January 15, British MPs overwhelmingly rejected the agreement to organize an orderly exit, by 432 votes against 202. Since then, Ms. May has begun negotiations with the EU, which remains inflexible and refuses to renegotiate the agreement.

Speaking to parliamentarians during a speech at a windmill company in Grimsby, in north-east England, she explained: "Next week, MPs will face a crucial Westminster: support the Brexit agreement or reject it. Support him and the United Kingdom will leave the European Union. Reject it, and no one knows what will happen. We could not leave the EU for several months, we could leave without all the protections guaranteed by the agreement. We could never leave the EU. "


 
London demands more effort from Europe
The Prime Minister also called for an "additional effort" to reach a satisfactory agreement. She sent a message to the EU saying: "It's time to act. We have worked hard together over the past years to reach an agreement.

We just need an extra effort to respond to the last very specific concerns of our Parliament. " British Foreign Minister Jeremy Hunt has warned that future generations will find the EU wrong if the talks fail. "This is a moment of change in relations between the UK and the EU and history will judge very badly both parties if we are wrong," he said Friday morning on BBC Radio 4. "We want to remain the best friends of the EU. That means adopting this agreement in a way that does not poison our relations for many years to come. "

In Brussels, the EU's chief negotiator on Brexit, Michel Barnier, has tasted little of the statements of the British leaders. According to him, "The EU remains united, we are not interested in the game of accusations, what interests us is the result, and we continue to work".

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article