INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

440 paires de chaussures pour femmes accrochées au mur d’Istanbul pour souligner le problème de la violence domestique en Turquie

INB1
INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

INB1

Dans certaines régions de la Turquie, lorsque quelqu'un décède, il est de coutume de laisser ses chaussures au mur devant son domicile.

L'artiste Vahit Tuna a adopté cette pratique et l'a développée. Chaque paire de chaussures de son installation représente une femme qui a été tuée par son mari en Turquie l'année dernière.

Tuna a choisi de fixer les chaussures au mur plutôt que d'afficher son travail à l'intérieur dans le but d'attirer l'attention des passants ainsi que des amateurs d'art. L'œuvre parlante a pour but de mettre en évidence le nombre de victimes de violence domestique dans le pays.

Les chaussures sont placées sur deux murs d’installation artistique qui font partie de Yanköşe, une plateforme artistique à but non lucratif située dans le quartier de Kabataş à Istanbul, dans le quartier de Beyoğlu.


Le site Web de Yanköşe explique que ses murs «ouvrent un espace d’expression aux artistes qui produisent de l’art inattendu, expérimental et contemporain» (traduit).

Selon Hurriyet Daily News, Tuna a parlé du projet Yanköşe et de son installation dans les médias locaux.

Il a dit:

Voici le projet Yanköşe. Chaque année, un artiste utilise ces deux murs pour exposer ses œuvres. Et cette fois, je voulais exposer une œuvre ici.

Il y a 440 paires de chaussures ici. Ces 440 chaussures de femmes sont égales au nombre de femmes tuées en 2018 en Turquie.

Ce projet permet… de sensibiliser les gens au meurtre de femmes et de concrétiser ce problème sous la forme d'une sculpture ou d'un monument.


L'artiste a ajouté que les chaussures resteraient sur les murs pendant six mois. Il aurait choisi des talons hauts noirs pour représenter l'indépendance et le défi.

Le nombre de femmes tuées par leurs maris en 2018 provient de la plateforme We Will Stop Femicide, qui recense chaque année les décès dus à la violence domestique.

La plateforme We Will Stop Femicide explique:

Les femmes, de toutes les régions et de toutes les couches sociales de la Turquie, veulent travailler, avoir accès à l’éducation, divorcer ou rompre avec leur partenaire si elles ne sont pas heureuses, pour ne pas être obligées de faire des choses qu’elles ne souhaitent pas propres décisions sur leur vie.

Plutôt que de reconnaître cette réalité sociale et de comprendre les femmes, les hommes réagissent [avec] la quête de leurs droits par la violence et leur imposent des obstacles. L'absence de politiques efficaces garantissant l'égalité de vie et les droits des femmes encourage également les hommes enclins à la violence.

Selon les chiffres de l’organisation, le nombre de décès est en augmentation, alors que le nombre de femmes tuées a augmenté de 31 entre 2017 et 2018. À la fin de cette année, les données de 2019 indiqueront si le nombre de victimes a encore augmenté.

 

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

 

In some parts of Turkey, when someone passes away it’s customary to leave their shoes on the wall outside their home.

Artist Vahit Tuna took this practice and expanded upon it. Each pair of shoes in his installation represents a woman who was killed by her husband in Turkey last year.

Tuna opted to fix the shoes to the wall rather than displaying his work inside in an effort to catch the attention of passersby as well as art enthusiasts. The telling artwork aims to highlight the sheer number of domestic violence victims in the country.

The shoes are displayed on two art installation walls which are part of Yanköşe, a not-for-profit art platform in Istanbul’s Kabataş neighbourhood in the Beyoğlu district.

The Yanköşe website explains its walls ‘open a space for expression to artists who produce unexpected, experimental, contemporary art’ (translated).

According to Hurriyet Daily News, Tuna spoke about the Yanköşe project and his installation to local media.

He said:

Here is Yanköşe project. One artist each year uses these two walls to exhibit their art works. And this time, I wanted to exhibit a work here.

There are 440 pairs of shoes here. These 440 women shoes are equal to the number of women killed in 2018 in Turkey.

What this project does is… raises awareness regarding women murders and also materialises this issue like a sculpture or monument.

The artist added the shoes would remain on the walls for six months. He reportedly chose black high heels to represent independence and defiance.

The number of women killed by their husbands in 2018 comes from the We Will Stop Femicide Platform, which tallies up domestic violence fatalities each year.

The We Will Stop Femicide Platform explains:

Women, from all regions and social segments of Turkey, want to work, have access to education, get a divorce or break up with their partners if they are not happy, not to be forced to do things they do not want to and make their own decisions about their lives.

Rather than acknowledging this social reality and understanding women, men are responding [to] women’s quest for rights with violence and putting obstacles in their way. The lack of efficient policies that secure equal existence and rights of women is also encouraging men who are prone to violence.

According to the organisation’s figures, deaths are on the rise as the number of women killed increased by 31 from 2017 to 2018. At the end of this year, data from 2019 will tell if the victim toll has risen even further.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article