Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

ANGOLA : Zenú dit pas d'argent pour payer un avocat

INB1
INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

INB1

L'ancien président du Fonds souverain angolais, José Filomeno de Sousa dos Santos, a déclaré qu'il n'avait aucun moyen financier de payer les honoraires de l'équipe juridique "Legis Veritas" qui le défendait depuis mars 2018, dans l'affaire 002/18 le cas de la fraude de 500 millions de dollars des coffres de la Banque nationale d’Angola.

En septembre 2018, Filomeno dos Santos a été maintenu en détention jusqu'en mars de cette année. Lors de son placement à Liberdade, José Filomeno dos Santos a contacté ses avocats pour les informer de leur prétendue indisponibilité financière pour couvrir les honoraires établis entre les parties. Zenu, prédisposé à ne payer que 10% des montants, en trois versements en monnaie nationale Kwanza, contrairement à ce qui avait été initialement prévu, qui serait en dollars américains. Ennuyées par le non-respect de leur part, l’équipe d’avocats de Legis Veritas a décidé de n’accepter aucun paiement de la même manière pour tenter de rompre leur relation.

Sans entrer dans les détails, l'un des avocats de Legis Veritas, Benja Satula, a récemment confirmé au "Jornal Econômico" du Portugal qu'il avait cessé de défendre Zenú dos Santos il y a environ 30 jours.

«J’étais avocat pour José Filomeno dos Santos - c’était en fait l’une des décisions les plus compliquées que notre cabinet d’avocats - Legis Veritas - avait à prendre à l’époque. Quand on nous a demandé, nous avons alors compris que nous devions accepter le parrainage. Le pays commençait à se réorganiser et nous avions un besoin urgent - à qui nous travaillions pour lutter contre la criminalité économique et financière - de pouvoir offrir ce parrainage. Mais pour le moment, nous ne représentons plus José Filomeno dos Santos. », A-t-il confirmé.

Selon Satula, «nous avons vécu des moments de travail très intenses depuis le moment où José Filomeno a été fait accusé jusqu'au retour à la liberté. Après cela, nous avons réexaminé la situation lorsque Jose Filomeno a été rétabli dans la liberté et avons estimé que le travail était fait de notre côté. Objectivement, nous ne pourrions plus continuer à le parrainer.

Le mois dernier, la Cour suprême avait annoncé le report du procès de Jose Filomeno dos Santos et de l'ancien gouverneur de la Banque nationale d'Angola (BNA), Valter Filipe da Silva, pour indisponibilité de la défense, Filipe da Silva était “ participe, en tant qu’avocat constitué, au procès qui se déroule devant la Cour suprême militaire, et une nouvelle date devrait être fixée en temps utile ».

De son côté, Zenú dos Santos - qui prétend ne pas avoir de moyens financiers - a écrit à la Cour suprême pour lui dire qu'il avait révoqué le pouvoir donné au cabinet d'avocats Legis Veritas et avait demandé à la Cour de le nommer défenseur officieux. Par conséquent, le 16 octobre, la Cour suprême, par l'intermédiaire de son bureau 049/300 / CC / TS / 2019, a demandé à l'Ordre des avocats angolais de fournir un avocat pouvant faire office de défenseur officieux du demandeur.

Selon le Club-K, la décision de José Filomeno dos Santos de défaire ses avocats a été encouragée après avoir appris que la Cour suprême avait retiré presque tous les crimes dont il était victime, ne laissant que le détournement de fonds. Selon des explications, Zenú est conscient qu'il sera acquitté dans cette affaire et n'ira au tribunal que pour accomplir les formalités.

Selon les explications fournies, le délit de détournement de fonds se produit lorsqu'une personne est nommée à un poste dans l'État et abuse de cette confiance en induisant en erreur les fonds publics. José Filomeno n'a jamais été employé ni candidat pour quelque fonction que ce soit de la BNA. Il ne peut donc être déclaré coupable de détournement de fonds, comme ils l'ont dit au Club-K.

Thème connexe

Zenú en route pour deux milliards de dollars

 

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

 

The former president of the Angolan Sovereign Fund, José Filomeno de Sousa dos Santos, has declared that he has no financial means to pay the fees of the "Legis Veritas" legal team that had been defending him since March 2018, in case 002/18 concerning case of the US $ 500 million fraud of the National Bank of Angola coffers.

In September 2018, Filomeno dos Santos was held in custody until March this year. When placed in Liberdade, José Filomeno dos Santos contacted his lawyers for information to inform them about an alleged financial unavailability to cover the fees established between the parties. Zenu, predisposed to pay only 10% of the amounts, in three installments in national currency Kwanza, contrary to the initially expected that would be in US dollars. Annoyed by the non-compliance on their part, the team of lawyers at Legis Veritas decided not to accept any payment of the same trying to break their relationship.

Without going into detail, one of the attorneys at Legis Veritas, Benja Satula recently confirmed to Portugal's "Jornal Econômico" that he stopped defending Zenú dos Santos about 30 days ago.

“I was a lawyer for José Filomeno dos Santos - indeed it was one of the most complicated decisions our law firm - Legis Veritas - had to make at the time. When we were asked, we understood at the time that we should accept sponsorship. The country was beginning to reorganize and there was some need for us - who we have been working on to combat economic and financial crime - to be able to offer this sponsorship. But at this moment we no longer represent José Filomeno dos Santos. ”, He confirmed.

According to Satula “From the moment José Filomeno was made a defendant, until the time when he was restored to freedom, we had very intense moments of work. After this we reconsidered the situation when Jose Filomeno was restored to freedom and felt that the work was done on our part. Objectively we could no longer continue to sponsor him. ”

Last month, the Supreme Court had announced the postponement of the trial of Jose Filomeno dos Santos, and former Governor of the National Bank of Angola (BNA), Valter Filipe da Silva, for unavailability of defense, Filipe da Silva was “ is participating, as a constituted lawyer, in the trial taking place at the Supreme Military Court, and a new date should be designated in due course ”.

On the other hand, Zenú dos Santos - who claims to be without financial means - wrote to the Supreme Court making known that he revoked the power of attorney given to the law firm “Legis Veritas” and in the same letter requested that the Court appoint him an unofficial defender. Therefore, on 16 October, the Supreme Court, through its office 049/300 / CC / TS / 2019, requested the Angolan Bar Association to provide a lawyer who can serve as an unofficial defender to the plaintiff.

According to Club-K, José Filomeno dos Santos's decision to undo his lawyers was encouraged after hearing that the Supreme Court withdrew almost all the crimes against him leaving only the embezzlement. According to explanations, Zenú is aware that he will be acquitted in this case and will go to court only to complete formalities.

According to explanations, the crime of embezzlement happens when someone is appointed to a position in the state, and abuses that trust by misleading public funds. José Filomeno has never been an employee or nominee for any function of the BNA so he cannot be convicted of embezzlement, as they told Club-K.

Related Theme

Zenú on its way to two billion dollars

​​​​​​

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article