INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Des réfugiés paient pour être détenus en Libye

INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

INB1

La Libye devient de plus en plus invivable pour les réfugiés africains dont certains sont obligés de payer pour leur détention, selon Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés.

C’est l’un des symboles les plus révélateurs du désespoir des réfugiés dans une Libye ravagée par la guerre. Selon le Haut Commissariat de l’ONU pour Réfugiés (HCR), beaucoup d’entre eux sont obligés de payer pour être accueillis dans des centres de détention pour échapper aux difficiles conditions auxquelles ils font face quotidiennement.

« Parfois, ils se sentent mieux protégés dans les centres de détention qu‘à l’extérieur. Parce que hors de ces centres, certains sont la cible de trafiquants d‘êtres humains, sont kidnappés et subissent des extorsions, des actes de torture. Donc, certaines personnes ne se sentent pas en sécurité dans de nombreux centres urbains en Libye. Certains préfèrent alors être détenus, même si les conditions ne sont pas bonnes dans ces centres de détention, d’autres tentent de corrompre pour entrer dans le centre de détention dans l’espoir que le HCR les réinstalle. », explique le représentant spécial du Haut Commissariat aux réfugiés pour la Méditerranée, Vincent Cochetel.

Ils se sentent mieux protégés dans les centres de détention qu'à l'extérieur.

Le HCR manque de ressources
Mais le HCR ne peut satisfaire tout le monde. L’organisme manque de moyens alors que les réfugiés sont de plus en plus nombreux. Pour faire face à cette situation, le représentant spécial du HCR pour la Méditerranée préconise la prise en charge en amont des réfugiés dans leurs pays d’origine. « Nos programmes manquent de ressources, d’environ 35 % dans ces pays. Toutefois, si nous pouvions répondre à leurs besoins, principalement dans les domaines de l‘éducation, de la formation professionnelle, du placement dans ces pays, ces personnes, beaucoup de ces réfugiés ne ressentiraient pas l’envie d’aller en Libye et d’essayer d’avoir un avenir meilleur en passant essentiellement par la Libye. », pense Vincent Cochetel.

Une Libye devenue invivable pour des dizaines de milliers de réfugiés et de migrants. Le HCR en dénombre plus de 5 000 détenus dans 19 centres de détention officiels, dont certains contrôlés par des groupes armés.

 

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

 

Libya is becoming increasingly unbearable for African refugees, some of whom are forced to pay for their detention, according to the UN High Commissioner for Refugees.

It is one of the most telling symbols of the desperation of refugees in a war-ravaged Libya. According to the Office of the United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR), many of them are forced to pay to be accommodated in detention centers to escape the difficult conditions they face daily.

"Sometimes they feel better protected in detention centers than outside. Because outside these centers, some are targeted by human traffickers, kidnapped and subjected to extortion and torture. So, some people do not feel safe in many urban centers in Libya. Some prefer to be detained, although conditions are not good in these detention centers, others try to bribe to enter the detention center in the hope that UNHCR will reinstate them. Explains the special representative of the Office of the High Commissioner for Refugees for the Mediterranean, Vincent Cochetel.

They feel better protected in detention centers than outside.

UNHCR lacks resources
But UNHCR can not please everyone. The organization lacks resources as refugees become more numerous. To deal with this situation, UNHCR's Special Representative for the Mediterranean advocates upstream refugee care in their countries of origin. "Our programs are under-resourced, about 35% in these countries.

However, if we could meet their needs, mainly in the areas of education, vocational training, placement in these countries, these people, many of these refugees would not feel the urge to go to Libya and trying to have a better future by essentially going through Libya. Vincent Cochetel thinks.

Libya has become unlivable for tens of thousands of refugees and migrants. UNHCR has more than 5,000 detainees in 19 official detention centers, some of them controlled by armed groups.

​​​​​​

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article