INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Nouvelles arrestations de militants politiques en Egypte

INB1
INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

INB1

Deux militants politiques connus pour avoir participé à la révolte populaire de 2011 ont été arrêtés dimanche, dans le sillage de centaines d’interpellations ces dernières semaines, ont indiqué des organisations de défense des droits humains.

Esraa Abdel-Fattah, 41 ans, a été arrêtée dimanche soir dans la rue par des policiers en civil qui l’ont emmenée en voiture.

Mohamed Salah, un proche de la militante, a posté sur sa page Facebook samedi soir un message racontant la scène, qui a eu lieu vers 19H30 (17H30 GMT), selon lui.

M. Salah a été emmené lui aussi dans une voiture, séparément, a-t-il assuré. “Ils m’ont relâché au bout d’une heure sur l’autoroute après m’avoir bandé les yeux et battu”, a-t-il écrit.

Esraa Abdel-Fattah, une blogueuse et journaliste, est connue pour avoir été l’une des fondatrices du “Mouvement du 6 avril” en 2008, à l’origine de la mobilisation de millions d’Egyptiens lors de la révolte de 2011 ayant provoqué la chute d’Hosni Moubarak.

La Commission égyptienne pour les droits et la liberté, une ONG locale, a confirmé dès samedi soir sur les réseaux sociaux qu’elle ignorait où se trouvait la militante.

Abdallah Said, un autre militant politique, du parti Pain et Liberté, a aussi été arrêté dimanche matin à son domicile, selon une note de ce petit parti d’opposition postée sur les réseaux sociaux.

3.000 personnes arrêtées
Sollicitées par l’AFP, les autorités égyptiennes n’avaient pas encore donné de réponse dimanche en fin de matinée.

Selon plusieurs organisations de défense des droits humains, environ 3.000 personnes ont été arrêtées ces trois dernières semaines dont des intellectuels, des militants politiques, des avocats et des journalistes.

Les ONG estiment que ce coup de filet est le plus vaste depuis l’arrivée au pouvoir de M. Sissi en 2014. 

Si certains détenus ont été remis en liberté, les figures de la dissidence les plus emblématiques restent en prison. 

Des manifestations —rares en Egypte car interdites en vertu d’une loi adoptée en 2013— ont eu lieu à travers le pays, principalement les 20 et 27 septembre.

Les manifestants répondaient à l’appel de Mohamed Aly, un homme d’affaires en exil qui accuse le président de corruption.

La semaine dernière, le président du Parlement Ali Abdel-Aal a affirmé qu’il n’y avait “pas un seul prisonnier politique dans les prisons égyptiennes”.

Le Premier ministre Mostafa Madbouly a félicité la police pour son travail lors des manifestations de septembre.

 

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

 

Two political activists known to have participated in the 2011 popular uprising were arrested on Sunday following hundreds of arrests in recent weeks, human rights organizations said.

Esraa Abdel-Fattah, 41, was arrested Sunday night in the street by plainclothes policemen who took her by car.

Mohamed Salah, a close activist, posted on his Facebook page Saturday evening a message telling the scene, which took place around 19H30 (17H30 GMT), according to him.

Mr. Salah was also taken in a car, separately, he assured. "They released me after an hour on the highway after blindfolding me and beat me," he wrote.

Esraa Abdel-Fattah, a blogger and journalist, is known to have been one of the founders of the "Movement of April 6" in 2008, at the origin of the mobilization of millions of Egyptians during the revolt of 2011 that provoked the fall of Hosni Mubarak.

The Egyptian Commission for Rights and Freedom, a local NGO, confirmed Saturday night on social networks that it did not know where the activist was.

Abdallah Said, another political activist from the Pain and Freedom party, was also arrested Sunday morning at his home, according to a note from this small opposition party posted on social networks.

3,000 people arrested
Solicited by AFP, the Egyptian authorities had not yet responded Sunday late morning.

According to several human rights organizations, around 3,000 people have been arrested in the past three weeks, including intellectuals, political activists, lawyers and journalists.

NGOs say this has been the biggest since Sissi came to power in 2014.

If some detainees have been released, the most emblematic dissent figures remain in prison.

Demonstrations - rare in Egypt as banned under a law passed in 2013 - took place across the country, mainly on 20 and 27 September.

The protesters responded to the call of Mohamed Aly, an exiled businessman who accuses the president of corruption.

Last week, Parliament Speaker Ali Abdel-Aal said there was "not a single political prisoner in Egyptian jails".

Prime Minister Mostafa Madbouly congratulated the police for their work during the September protests.

​​​​​​

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article