INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Scandale au consulat d'Angola à Lisbonne

INB1
INB1

INB1

Lisbonne - Une lettre adressée à la présidence de la République fait état de l'existence d'un climat inapproprié au consulat général d'Angola, à Lisbonne, où le chef de mission consulaire, Narciso do Espírito Santo Júnior, est présenté comme licencié depuis son arrivée. 36 responsables du recrutement locaux "sans critères ni négociations" mais en revanche, comme ils le décrivent, auront admis les personnes citées comme leurs proches.

Selon les souscripteurs de la lettre, le consul général aurait invoqué des raisons d'austérité (manque de fonds) pour le licenciement de responsables. Cependant, les allégations du manque de fonds pour le licenciement ne sont pas convaincantes pour les plaignants, qui décrivent au contraire le recrutement de personnes proches des agents diplomatiques.

Alors que les licenciements étaient en cours de vérification, elle a également été admise en tant que fonction administrative, la jeune Jessica Christopher présentée comme la nièce de la femme du consul. Outre Jessica, une autre nièce consulaire du consul, nommée Lukenia Casimiro (assistante du cabinet), travaille au consulat, à qui de nombreux pouvoirs lui sont attribués.

«Le consul ne respecte personne. Outre le consul, il est attaché administratif, il est financier, c'est tout. Tout cela parce que les ouvriers ont très peur de lui. Lukénia Casimiro joue pratiquement le rôle de consul adjoint, car tout ce qu'elle dit est de l'ordre », lit-on dans la lettre.

Il y a deux jours, un autre responsable administratif a également été admis, Djamila Simão, présentée comme la nièce du consul, générant des plaintes de népotisme présumé au consulat d'Angola à Lisbonne.

Quelques mois plus tard, le consul a engagé Evandro José Julio da Silva, neveu du secrétaire général de MIREX, Agostinho de Carvalho dos Santos Van-Dúnem, pour travailler à cette mission consulaire. En réaction, les employés se sont tournés vers les réseaux sociaux pour protester et le jeune homme a finalement été licencié. En revanche, le 2 septembre, le Consul, par l’ordre 026 / GAB.GC / 2019, a autorisé l’embauche d’Evandro da Silva pour un stage de 30 jours dans le secteur de l’archivage général du consulat.

Les travailleurs estiment que l'embauche d'un «stagiaire» issu du neveu du secrétaire général de MIREX était un stratagème pour l'impliquer. Selon les calculs, il devrait cesser le stage le 2 octobre, ce qui ne s'est pas produit. Le fait qu'il ait rempli des formalités telles que le marquage de présence, l'accès au courrier électronique du consulat et d'autres avantages, fait en sorte que les travailleurs comprennent qu'il n'est pas dans la condition d'un stagiaire mais d'un employé et que des informations seront bientôt signées. contrat de travail pour le rendre efficace.

Lorsque le consul est arrivé en 2016, il avait recruté d'autres travailleurs tels que Jerzy Amaral, Laurinha, deux chauffeurs (Sebastião et Almeida) et Domingas Constantino, frère de l'ancien ministre du Commerce angolais, Fiel Constantino. "Aucun des employés embauchés par le consul quand il est arrivé n'a été licencié et, parallèlement, a préféré verser une indemnité élevée aux travailleurs laissés par son prédécesseur, portant atteinte à l'État", lit-on dans une lettre à laquelle Club-K a eu accès.

Dans la lettre adressée à la présidence de la République, le licenciement de la salariée Maria Agostinho, âgée de 26 ans en tant que travailleuse consulaire, est évoquée avec émotion. Du point de vue des travailleurs, le consul général, au lieu de l'expulser, aurait dû attendre les deux années qui restent pour prendre sa retraite. En raison des précipitations, la fonction serait supprimée, Maria Augustine porta le consulat à la Cour, donnant lieu à un différend entre les parties. Le consulat voulait payer une indemnité de 50 000 euros, mais vous avez engagé des avocats et ils ont exigé davantage. Le consulat est contraint de verser 200 000 euros de dommages et intérêts à Maria Agostinho, également traitée avec affection par «Dona Nocas».

Les responsables ont également indiqué que depuis l'arrivée du nouveau consul, ils avaient adressé une plainte à l'ancien chef du service d'inspection de MIREX, l'ambassadeur António Luís de Sousa de Lima Viegas, mais que son départ prématuré avait finalement endommagé sa situation. "Si l'ambassadeur Lima Viegas n'avait pas été démis de ses fonctions, les représentants du consulat n'auraient pas subi la souffrance et l'injustice de la part du consul Espirito Santos", lit-on dans la lettre.

 

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

 

Lisbon - A letter sent to the Presidency of the Republic, tells of the existence of an inappropriate climate at the Consulate General of Angola, in Lisbon, where the consular head of mission, Narciso do Espirito Santo Júnior is presented as having fired since his arrival 36 local recruitment officials “without criteria or negotiations” but on the other hand, as they describe will have admitted people cited as their relatives.

According to the letter's subscribers, the Consul General allegedly invoked austerity reasons (lack of funds) for the dismissals of officials. However, the complainants are not convinced by the allegations of lack of funds for their dismissal, as they describe, on the contrary, there has been recruitment of people close to the diplomatic officials.

While the redundancies were verified, she was also admitted as an administrative officer, the young Jessica Christopher presented as the niece of the Consul's wife. In addition to Jessica, another consular niece of the consul, named Lukenia Casimiro (cabinet assistant), works at the consulate, to whom many powers are attributed to her.

“The Consul respects no one. Besides consul, he is administrative attaché, he is financial, that is all. All because the workers are scared to death of him. Lukénia Casimiro practically plays the role of Deputy Consul, because all she says is order, ”reads the letter.

Two days ago, another administrative official was also admitted, Djamila Simão also presented as Consul's niece, generating complaints of alleged nepotism at the Angolan Consulate in Lisbon.

A few months, the consul hired Evandro José Júlio da Silva, nephew of MIREX Secretary General Agostinho de Carvalho dos Santos Van-Dúnem to work on this consular mission. In reaction, employees turned to social networks to protest and the young man was eventually fired. On the other hand, on September 2, the Consul - through Order 026 / GAB.GC / 2019 - authorized the hiring of Evandro da Silva to attend a 30-day internship in the consulate's general archiving sector.

Workers believe that hiring a “trainee” from MIREX's Secretary-General's nephew was a ploy to get him involved. According to calculations, it should cease the internship on October 2, which did not happen. The fact that he has completed formalities such as attendance marking, access to the consulate's e-mail, and other advantages, the workers understand that he is not in the condition of an intern but an employee and information will be signed shortly. employment contract to make it effective.

When the consul arrived in 2016, he had recruited other workers such as Jerzy Amaral, Laurinha, two drivers (Sebastião and Almeida) and Domingas Constantino, brother of former Angolan trade minister, Fiel Constantino. "None of the staff the consul hired when he arrived was fired, and at the same time preferred to pay high compensation to workers left by his predecessor harming the state," reads the letter that Club-K had access.

In the letter sent to the Presidency of the Republic, the dismissal of the employee Maria Agostinho, who is 26 years old as a consular worker, is mentioned with commotion. From the workers' point of view, the Consul General, instead of expelling her, should have waited for the 2 years left to retire. Due to the precipitation, the function would be removed, Maria Augustine took the consulate to the Court giving rise to a dispute between the parties. The consulate wanted to pay 50,000 euros in compensation, but you hired lawyers and they demanded more. The consulate is being forced to pay 200,000 euros in damages to Maria Agostinho, also affectionately treated by “Dona Nocas”.

The officials also say that since the arrival of the new consul they have sent their complaints to the former MIREX Inspection Chief, Ambassador António Luís de Sousa de Lima Viegas, but his premature departure has ultimately damaged his state of affairs. “If Ambassador Lima Viegas had not been removed, the consulate officials would not have been facing suffering and injustice on the part of the Consul Espirito Santos,” reads the letter.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article