Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Cameroun : l'hommage aux victimes de Bafoussam

INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

INB1

Le Premier ministre camerounais a présidé samedi une cérémonie à Bafoussam, dans l’Ouest, en hommage aux 43 personnes mortes dans un éboulement fin octobre et à laquelle le principal opposant a assisté.

La présence du Premier ministre Joseph Dion Ngute, comme une visite qu’il a effectuée auprès des blessés, étaient prévues. Mais c’est la première fois que Maurice Kamto participe à une cérémonie du gouvernement depuis l‘élection présidentielle de 2018, où il était arrivé deuxième.

M. Kamto avait été emprisonné fin janvier avec des centaines de ses partisans après des manifestations pacifiques pour protester contre ve résultat.
Sous les verrous pendant neuf mois, il a été libéré le 5 octobre.

Le parti de M. Kamto avait par ailleurs prévu une marche dans la capitale économique Douala samedi, avant de l’annuler vendredi soir en raison d’une interdiction de manifester.

Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) avait alors dénoncé “une interdiction illégale”, et promis une “reprogrammation de ce meeting à une date ultérieure”.

 

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

 

The Cameroonian Prime Minister presided on Saturday in a ceremony in Bafoussam, in the West, in tribute to the 43 people who died in a landslide in late October and which the main opponent attended.

The presence of Prime Minister Joseph Dion Ngute, as a visit he made to the wounded, were planned. But it is the first time that Maurice Kamto participates in a ceremony of the government since the 2018 presidential election, where he had arrived second.

Kamto was jailed in late January with hundreds of his supporters after peaceful demonstrations to protest the result.
Under lock and key for nine months, he was released on October 5th.

Kamto's party also planned a march in the economic capital Douala Saturday, before canceling it Friday night due to a ban on demonstrations.

The Movement for the Renaissance of Cameroon (MRC) then denounced "an illegal ban", and promised a "reprogramming of this meeting at a later date".

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article