INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Ghana : des dizaines de magasins d'étrangers fermés de force

INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

INB1

Plusieurs dizaines de magasins tenus par des étrangers, en majorité des Nigérians, ont été fermés de force jeudi à Kumasi, deuxième ville du Ghana, par des commerçants en colère, a rapporté vendredi le président du syndicat ghanéen des commerçants.

“Nos marchés locaux sont envahis par les étrangers”, a déclaré à l’AFP Joseph Obeng, président du GUTA (Ghana Union of Traders Association), qui estime que “beaucoup de commerces, tenus notamment par les Nigérians, ne sont pas en règle”. 

“Nos membres sont agités car cela fait des années que l’on nous dit que les marchés illégaux vont être fermés mais ce n’est toujours pas le cas”, selon M. Obeng.

Au Ghana, les étrangers ne sont pas autorisés à se lancer dans le commerce de détail, mais cette loi est peu appliquée.

Les commerçants de Kumasi (sud) appellent le gouvernement ghanéen à prendre des mesures de rétorsion contre le Nigeria,immense marché de 190 millions d’habitants, car ils estiment être frappés par la fermeture des frontières terrestres du Nigeria.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a en effet décidé en août de fermer toutes les frontières terrestres et d’interdire toute importation ou exportation de produits par la route, pour tenter de relancer son économie et de lutter contre les produits de contrebande. 

Conséquences économiques
Les conséquences économiques de cette mesure ultra-protectionniste, qui va à l’encontre de tous les traités commerciaux en Afrique de l’Ouest, sont ressenties sur tous les marchés de la sous-région.

Cependant, les autorités ghanéennes ont appelé les membres de GUTA à suspendre les blocages et les fermetures de commerces, estimant que ces actions pourraient affecter les relations avec le Nigeria. 

“Leur économie est six fois plus importante que la nôtre, pourquoi aller à l’affrontement avec eux ? (…) Je suis du côté de GUTA, je veux juste que nous prenions notre temps pour trouver une solution”, a réagi à la radio Carlos Ahenkorah, le ministre ghanéen du commerce. 

En juin, plus d’une trentaine de magasins détenus par des Nigérians avaient déjà été fermés à Kumasi par des commerçants qui les accusaient de vendre des produits moins chers.

 

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

 

Dozens of foreign-owned shops, most of them Nigerians, were forcibly closed in Kumasi, Ghana's second-largest city, on Thursday by angry traders, the president of Ghana's trade union said on Friday.

"Our local markets are invaded by foreigners," Joseph Obeng, president of the Ghana Union of Traders Association, told AFP. "Many businesses, especially those owned by Nigerians, are not in good standing. ".

"Our members are agitated because we have been told for years that illegal markets will be closed, but this is still not the case," said Obeng.

In Ghana, foreigners are not allowed to engage in retail trade, but this law is poorly enforced.

Traders in Kumasi (south) are calling on the Ghanaian government to retaliate against Nigeria, a huge market of 190 million people, as they believe they are being hit by the closure of Nigeria's land borders.

Nigerian President Muhammadu Buhari has indeed decided in August to close all land borders and prohibit any import or export of products by road, to try to revive its economy and fight against contraband.

Economic consequences
The economic consequences of this ultra-protectionist measure, which runs counter to all the commercial treaties in West Africa, are felt on all the markets of the sub-region.

However, the Ghanaian authorities have called on GUTA members to suspend blockades and closures of businesses, saying that these actions could affect relations with Nigeria.

"Their economy is six times larger than ours, why go to the confrontation with them? (...) I am on the side of GUTA, I just want us to take our time to find a solution, "reacted to radio Carlos Ahenkorah, the Ghanaian Minister of Commerce.

In June, more than 30 stores owned by Nigerians had already been closed in Kumasi by traders who accused them of selling cheaper products.

​​​​​​

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article