Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Zimbabwe : l'épouse du vice-président écrouée pour avoir tenté de l'assassiner

INB1
INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

L‘épouse de l’actuel vice-président du Zimbabwe, Constantino Chiwenga, déjà poursuivie pour fraude et blanchiment d’argent, a été placée en détention provisoire lundi, accusée cette fois d’avoir tenté de supprimer son mari.

Convoquée lundi devant un tribunal de la capitale, Harare, Marry Mubaiwa, 38 ans, s’est vue signifier à l’audience une inculpation pour tentative d’assassinat et a été écrouée jusqu‘à une prochaine comparution le 30 décembre.

Mme Mubaiwa n’a pas été interrogée par le juge Crispen Mberewere sur les accusations dont elle fait l’objet. Son avocat a annoncé qu’il allait demander sa remise en liberté.

Selon l’acte d’accusation rendu public lundi, Marry Mubaiwa, une ancienne mannequin, est accusée d’avoir retiré une perfusion du bras du général Chiwenga, à l‘époque hospitalisé à Pretoria, la capitale sud-africaine.

“Le 8 juillet 2019, l’accusée est venue à l’hôpital avec l’intention de nuire sérieusement au plaignant”, détaille le document.

“Une fois seule avec le plaignant, l’accusée a illégalement débranché la perfusion du plaignant (qui) s’est mis à saigner abondamment”, poursuit l’accusation, “l’accusée a alors sorti le plaignant de son lit, l’a pris par la main et l’a sorti de sa chambre, avant d‘être interceptée par la sécurité”.

Marry Mubaiwa, qui vit aujourd’hui séparée de son époux, avait alors réussi à s’enfuir de l’hôpital. Agé de 63 ans, M. Chiwenga est rentré le mois dernier dans son pays après un séjour médical de quatre mois en Chine.

Violation du contrôle des changes
Ancien chef d‘État-major de l’armée zimbabwéenne, Constantino Chiwenga est considéré comme l’architecte du coup de force qui a précipité la démission du président Robert Mugabe fin 2017, après trente-sept ans de règne sur le pays.

Son épouse avait été interpellée samedi par la police sur ordre de la Commission anticorruption.

Selon un document de la Commission obtenu par l’AFP, elle est accusée d’avoir transféré en 2018 et 2019 un million de dollars de ses comptes du Zimbabwe vers des banques sud-africaines “en cachant ou en maquillant leur véritable utilisation”, en violation du contrôle des changes.

Ces fonds ont en fait été utilisés pour l’achat en Afrique du Sud, avec des complices, d’une propriété à Pretoria et de deux véhicules tout-terrain de luxe.

M. Chiwenga est considéré comme un proche du président Emmerson Mnangagwa, qui s’est fait fort de relancer l‘économie en pleine déconfiture du pays, en luttant notamment contre la fuite des capitaux et l‘évasion fiscale.

 

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

 

The wife of the current vice-president of Zimbabwe, Constantino Chiwenga, who has already been prosecuted for fraud and money laundering, was placed in pre-trial detention on Monday, accused this time of having attempted to kill her husband.

Harry, 38-year-old Harare, summoned to court in the capital city on Monday, was charged with an attempted murder charge and was jailed until a future court appearance on December 30.

Ms. Mubaiwa was not questioned by judge Crispen Mberewere on the charges against her. His lawyer announced that he was going to ask for his release.

According to the indictment released on Monday, former model Marry Mubaiwa is accused of removing an infusion from General Chiwenga's arm, who was hospitalized in Pretoria, the capital of South Africa.

"On July 8, 2019, the accused came to the hospital with the intention of seriously harming the complainant," said the document.

“Once alone with the complainant, the accused illegally disconnected the complainant's infusion (which) started to bleed profusely,” continued the prosecution, “the accused then took the complainant out of his bed, the took by the hand and took him out of his room, before being intercepted by security ”.

Marry Mubaiwa, who now lives apart from her husband, managed to escape from the hospital. Aged 63, Mr. Chiwenga returned to his country last month after a four-month medical stay in China.

Violation of exchange controls
A former chief of staff of the Zimbabwean army, Constantino Chiwenga is considered the architect of the coup that precipitated the resignation of President Robert Mugabe in late 2017, after thirty-seven years of reign over the country.

His wife was arrested by police on Saturday on the orders of the Anti-Corruption Commission.

According to a Commission document obtained by AFP, she is accused of having transferred in 2018 and 2019 a million dollars from her accounts in Zimbabwe to South African banks "by hiding or making up their true use", in exchange control violation.

These funds were in fact used for the purchase in South Africa, with accomplices, of a property in Pretoria and two luxury all-terrain vehicles.

Chiwenga is considered close to President Emmerson Mnangagwa, who has made a point of reviving the country's economy in the midst of collapse, notably by fighting capital flight and tax evasion.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article