Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Les choses s'effondrent pour la famille dos Santos d'Angola

INB1
INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

INB1

Le président angolais, Joao Lourenco, qui a pris ses fonctions en 2017, s'est systématiquement lancé dans une mission de démantèlement d'un réseau de parrainage soutenu par son prédécesseur José Eduardo dos Santos.

Pendant le règne de dos Santos de 38 ans à partir de 1979, sa progéniture a occupé des postes de responsabilité dans le gouvernement et dans des secteurs lucratifs allant des banques, des télécommunications et des médias au pétrole.

Aujourd’hui, les forces de l’ordre répriment la famille très en vue de l’ancien président angolais, accusé de piller les revenus de la vaste richesse pétrolière du pays.

Dans cet article, nous soulignons la purge de l'administration dos Santos ainsi que des entreprises publiques, ciblant les proches qui ont profité du népotisme.

Isabel: «la femme la plus riche d’Afrique»
Surnommée avec mépris «la princesse» par les Angolais, cette femme de 46 ans est la fille aînée de dos Santos et le visage public de l'empire familial.

Surnommée la femme la plus riche d'Afrique par le magazine américain Forbes avec une fortune estimée à 2,2 milliards de dollars, Isabel dos Santos dirigeait la compagnie pétrolière nationale Sonangol mais a été expulsée par le successeur de son père peu de temps après son arrivée au pouvoir.

Le mois dernier, un tribunal angolais a ordonné un gel de ses comptes bancaires et de ses avoirs.

Isabel dos Santos et son mari congolais, Sindika Dokolo, sont soupçonnés d'avoir détourné un milliard de dollars des entreprises publiques Sonangol (pétrole) et Sodiam (diamants).

Elle a nié tout acte répréhensible, qualifiant les accusations de «mensonges», de «fausses nouvelles» et de «motivations politiques».

Isabel a amassé des milliards et détient des participations dans Banco de Formento Angola, la première banque privée du pays, le distributeur de boissons Sodiba et le producteur de matériaux de construction Cimangola.

Cette semaine, Isabel a déclaré qu'elle ferait tout pour défendre et servir son pays, y compris une éventuelle candidature à la présidence.

LIRE LA SUITE: La femme la plus riche d'Afrique pourrait briguer la présidence angolaise
Jose Filomeno: le fils inculpé
Jose Filomeno dos Santos, 41 ans, également connu sous le nom de «Zenu», est devenu le premier membre du clan dos Santos à être poursuivi.

Actuellement en procès avec trois autres personnes, dont l'ancien gouverneur de la banque centrale, Valter Filipe da Silva, il est accusé d'avoir volé 1,5 milliard de dollars au fonds souverain d'Angola de 5 milliards de dollars qu'il dirigeait depuis 2013, lorsque son père était au pouvoir.

Filomeno dos Santos a été licencié du poste de gestionnaire de fonds en 2017 par le président Lourenco.

Il a ensuite été placé en détention provisoire en septembre 2018 et libéré six mois plus tard dans l'attente de son procès, qui s'est ouvert le mois dernier dans la capitale Luanda.

Il encourt une peine d'emprisonnement maximale de 12 ans s'il est reconnu coupable. Il a nié toutes les accusations de blanchiment d'argent et de détournement de fonds.

Tchize: le magnat des médias
Figure influente des médias angolais, Welwitschia, 42 ans, est la deuxième fille et la demi-sœur d'Isabelle de dos Santos.

Populairement connue sous le nom de «Tchize», elle contrôlait l’une des principales agences multimédias et publicitaires angolaises.

Tout comme la plupart de la famille dos Santos, Welwitschia dos Santos a déménagé à l'étranger, réclamant des menaces des services secrets angolais.

Elle a récemment été suspendue du Parlement, où elle siégeait depuis 2008, après que les législateurs ont voté que son absence prolongée équivalait à un enrichissement injuste.

Ana Paula: la femme d'affaires
L’ancienne hôtesse de l’air a été la première dame de l’Angola pendant 26 ans à partir de 1991. Elle et l’ex-président ont trois enfants ensemble.

La femme d'affaires détient une participation dans un certain nombre d'entreprises à Luanda, dont une compagnie aérienne privée.

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

 

Angola’s president Joao Lourenco who took office in 2017 has systematically embarked on a mission to take down a patronage network that was championed by his predecessor Jose Eduardo dos Santos.

During dos Santos’ 38-year rule from 1979, his offspring occupied top positions in the government and in lucrative sectors ranging from banking, telecoms and media to oil.

Today, law enforcement agencies are cracking down on the high profile family of former Angolan president, accused of plundering revenues from the country’s vast oil wealth.

In this article, we highlight the purge of the dos Santos administration as well as public companies, targeting relatives who have benefitted from nepotism.

Isabel: ‘Africa’s richest woman’
Scornfully dubbed ‘the princess’ by Angolans, the 46-year-old is dos Santos’s eldest daughter and the public face of the family empire.

Dubbed Africa’s richest woman by US magazine Forbes with a fortune estimated at $2.2 billion, Isabel dos Santos headed national oil company Sonangol but was forced out by her father’s successor shortly after he came to power.

Last month, an Angolan court ordered a freeze on her bank accounts and assets.

Isabel dos Santos and her Congolese husband, Sindika Dokolo, are suspected of having embezzled a billion dollars from the public firms Sonangol (oil) and Sodiam (diamonds).

She has denied any wrongdoing, calling the accusations “lies,” “fake news” and “politically motivated.”

Isabel has amassed billions and owns stakes in Banco de Formento Angola, the country’s leading private bank, drinks distributor Sodiba and construction material producer Cimangola.

This week, Isabel said she would do everything to defend and serve her country, including a possible run for presidency.

READ MORE: Africa’s richest woman could run for Angola presidency
Jose Filomeno: the indicted son
Jose Filomeno dos Santos, 41, also known as “Zenu” has become the first member of the dos Santos clan to be prosecuted.

Currently on trial with three others including former central bank governor Valter Filipe da Silva, he is accused of allegedly stealing $1.5 billion from Angola’s $5 billion sovereign wealth fund which he headed from 2013 when his father was in power.

Filomeno dos Santos was fired from the fund manager post in 2017 by President Lourenco.

He was later placed in pre-trial detention in September 2018 and was released six months later pending his trial, which opened last month in the capital Luanda.

He faces a maximum prison sentence of 12 years, if convicted. He has denied all charges of money laundering and embezzlement.

Tchize: the media magnate
An influential figure in the Angolan media, 42-year-old Welwitschia is dos Santos’s second daughter and half-sister of Isabel.

Popularly known as ‘Tchize’, she has controlled one of Angola’s leading multimedia and advertising agencies.

Much like most of the dos Santos family, Welwitschia dos Santos has moved abroad, claiming threats from the Angola secret service.

She was recently suspended from parliament, where she served from 2008, after lawmakers voted that her extended absence amounted to unjust enrichment.

Ana Paula: the businesswoman wife
The former air hostess was Angola’s first lady for 26 years from 1991. She and the ex-president have three children together.

The businesswoman owns a stake in a number of companies in Luanda, including a private airline.

​​​​​​

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article