INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Nigeria : des villages rasés par l'armée, selon Amnesty

INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

Amnesty International a appelé vendredi à une enquête sur des opérations de l’armée dans le nord-est du Nigeria, où des villages ont été rasés par les militaires en lutte contre les jihadistes, selon l’organisation de défense des droits humains.

Les attaques se sont intensifiées ces derniers mois dans le nord-est du Nigeria où sévissent les jihadistes de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP), branche du groupe nigérian Boko Haram affiliée au groupe Etat islamique (EI), en particulier autour de la route de Maiduguri, capitale de l’Etat de Borno.

Sur la base d’interviews de 12 villageois et l’analyse de données satellite, Amnesty a affirmé que l’armée nigériane avait rasé trois villages sur une route menant à Maiduguri, après en avoir expulsé des centaines d’habitants les 3 et 4 janvier.


De tels actes “sans justification militaire impérieuse devraient faire l’objet d’une enquête pour possibles crimes de guerre”, a déclaré à l’AFP Osai Ojigho, directeur d’Amnesty International pour le Nigeria.

“Ils reproduisent une pratique courante de la part de l’armée nigériane, de brutalités envers la population civile”, a-t-il ajouté.

Des centaines d’habitants de ces villages ont été embarqués de force sur des camions militaires et emmenés dans un camp pour personnes déplacées à Maiduguri, selon Amnesty. Six hommes ont été détenus au secret par l’armée pendant près d’un mois, selon la même source.

L’armée nigériane avait annoncé dans un communiqué relayé par les médias locaux le 5 janvier avoir arrêté six membres présumés de Boko Haram et libéré 461 prisonniers “des griffes de rebelles criminels” lors d’une opération dans ces villages.

Le 9 février, au moins 30 civils ont été tués, la plupart brûlés vifs, au cours d’une attaque imputée aux jihadistes, au niveau du village d’Auno, le long d’une route menant à Maiduguri.

Des organisations nigérianes et internationales accusent régulièrement le Nigeria de violations des droits de l’homme dans sa lutte contre Boko Haram dans le nord-est du pays.

Selon l’ONU, ce conflit qui dure depuis 10 ans a fait plus de 36.000 morts et deux millions de déplacés. Il s’est propagé au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins.

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

 

Amnesty International on Friday called for an investigation into military operations in northeast Nigeria, where villages have been razed to the ground by soldiers fighting the jihadists, according to the human rights organization.

Attacks have intensified in recent months in northeastern Nigeria, where the Islamic State jihadists in West Africa (ISWAP), a branch of the Nigerian group Boko Haram affiliated with the Islamic State group (IS), are rife. especially around the road to Maiduguri, capital of the state of Borno.

Based on interviews with 12 villagers and analysis of satellite data, Amnesty said the Nigerian army razed three villages to a road leading to Maiduguri, after evicting hundreds of residents on January 3 and 4 .


Such acts "without compelling military justification should be investigated for possible war crimes," Osai Ojigho, Amnesty International director for Nigeria, told AFP.

"They reproduce a common practice on the part of the Nigerian army, of brutality towards the civilian population," he added.

Hundreds of residents of these villages were forcibly loaded onto military trucks and taken to an IDP camp in Maiduguri, according to Amnesty. Six men were held incommunicado by the military for almost a month, the source said.

The Nigerian military announced in a press release relayed to local media on January 5 that it had arrested six suspected members of Boko Haram and released 461 prisoners “from the clutches of criminal rebels” during an operation in these villages.

At least 30 civilians were killed on February 9, most of them burnt alive, in an attack allegedly carried out by jihadists in the village of Auno, along a road to Maiduguri.

Nigerian and international organizations routinely accuse Nigeria of human rights abuses in its fight against Boko Haram in the northeast of the country.

According to the UN, the 10-year-long conflict has left more than 36,000 people dead and two million displaced. It has spread to neighboring Niger, Chad and Cameroon.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article