INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Congo : le vélo au service des paysannes de Makoua

INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

Les 17 000 habitants de Makoua, une petite traversée par l‘équateur et la rivière Likouala-Mossaka à 620 kilomètres de Brazzaville ont fait du vélo une tradition.

Les femmes ont particulièrement adopté les bicyclettes pour vaquer à leurs occupations dans cette région majoritairement rurale de la République du Congo.

À Makoua, les premiers coups de pédale remontent très souvent à l’enfance. Marie-Louise Namatara à califourchon sur son vélo confie qu’elle en fait depuis bientôt 50 ans.

Je parcoure 40 kilomètres en aller et retour par jour.

« J’ai commencé à aller à vélo à l’âge de 12 ans. À l’époque je faisais des navettes entre Makoua et notre petit village. Jusqu’aujourd’hui, je conduis toujours. Au commencement, j’étais encore forte et résistante, mais là, j’ai 60 ans et demi, je suis donc du troisième âge. Je ne pédale plus comme avant. »

Le vélo n’est pas un divertissement pour ces femmes. Les frêles engins les aident pour les corvées d’eau, récolter du bois ou aller au champ. Dans ces contrées, la ville, les villages et les champs sont parfois éparpillés sur des dizaines de kilomètres qu’il faut pourtant rejoindre pour vivre, explique Irène Ewongo. Elle revient de son champ situé à Mwanza, à 20 kilomètres de Makoua.

« Donc, je parcoure 40 kilomètres en aller et retour par jour. Je pars de Makoua à 6 heures et j’arrive au champ à 8 heures », fait-elle en souriant, le porte-bagages de sa bicyclette surchargé de sa récolte de bois de chauffe.

À Makoua, les femmes à vélo sont une tradition qui dure depuis plus de 50 ans. Et elle ne semble pas prête de s’arrêter.

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

 

The 17,000 inhabitants of Makoua, a small crossing by the equator and the Likouala-Mossaka river 620 kilometers from Brazzaville, have made cycling a tradition.

Women have particularly adopted bicycles for their occupations in this predominantly rural region of the Republic of Congo.

In Makoua, the first pedal strokes very often go back to childhood. Marie-Louise Namatara straddles her bike says she has been doing it for almost 50 years.

I travel 40 kilometers back and forth per day.

"I started cycling at the age of 12. At the time I was commuting between Makoua and our little village. Until today, I still drive. At the beginning, I was still strong and resistant, but here I am 60 and a half years old, so I am of the third age. I don't pedal like I used to. "

Biking is not entertainment for these women. The frail machines help them with water chores, harvesting wood or going to the field. In these regions, the city, the villages and the fields are sometimes scattered over tens of kilometers which one nevertheless has to reach to live, explains Irene Ewongo. She returns from her field located in Mwanza, 20 kilometers from Makoua.

“So I travel 40 kilometers back and forth per day. I leave Makoua at 6 am and arrive at the field at 8 am, "she smiles, the luggage rack of her bicycle overloaded with her firewood harvest.

In Makoua, women on bikes are a tradition that has lasted for over 50 years. And she doesn't seem ready to stop.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article