INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Les réfugiés qui tentent d'entrer en Grèce sont déshabillés et renvoyés en Turquie (photos)

INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

INB1

Les réfugiés qui tentaient d'entrer en Grèce ont été déshabillés en sous-vêtements alors qu'ils ont été forcés de rentrer en Turquie jeudi.

Des photos prises le 5 mars montrent des groupes de migrants rassemblés pour se réchauffer après avoir prétendument tenté de traverser la rivière Evros dans le nord-ouest de la Turquie. Une autre photo montre un réfugié de sexe masculin avec des marques de canne sur le dos.

Plus de 10 000 migrants, principalement de Syrie, d'autres États du Moyen-Orient et d'Afghanistan, se sont rassemblés à la frontière grecque dans l'espoir de se rendre en Europe occidentale. La situation est survenue après que la Turquie a déclaré qu'elle ne respecterait plus un accord de 2016 avec l'Union européenne pour garder des centaines de milliers de migrants sur son sol en échange de l'aide de l'UE.

Il survient après que des responsables turcs auraient tué des migrants grecs et blessé cinq autres mercredi alors qu'ils tentaient de franchir la frontière entre les deux pays.

Le gouvernement grec a fermement démenti ces allégations, les qualifiant de "fausses nouvelles"

Vendredi matin 6 mars, les autorités grecques ont été filmées à l'aide de gaz lacrymogènes et d'un canon à eau pour empêcher des groupes de franchir la frontière, tandis que les autorités turques ont tiré des rafales de l'arme chimique qui peuvent causer des difficultés respiratoires, des irritations cutanées et des douleurs thoraciques, sur le grec sol.

La Turquie a déclaré qu'elle déployait 1 000 policiers des forces spéciales de son côté de la frontière pour empêcher les autorités grecques de repousser les migrants.

Lors d'une visite à Edirne jeudi, le ministre de l'Intérieur, Suleyman Soylu, aurait accusé la Grèce de maltraiter les migrants et les réfugiés, affirmant que la Turquie "ne le permettrait pas".

Dans un communiqué, le Conseil de l'UE - représentant les 27 ministres des Affaires étrangères - a déclaré que le Conseil a exprimé "sa solidarité avec la Grèce" et "rejette fermement l'utilisation par la Turquie de la pression migratoire à des fins politiques".

 

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

Refugees attempting to enter Greece were stripped to their underwear as they were forced back into Turkey on Thursday.

Photos taken on March 5 show groups of migrants huddled together to keep warm after reportedly trying to wade across the Evros River in northwestern Turkey. Another photo shows a male refugee with cane marks on his back.

More than 10,000 migrants mostly from Syria, other Middle Eastern states and Afghanistan, have gathered at the Greek border hoping to get to western Europe. The situation arose after Turkey said it would no longer uphold a 2016 deal with the European Union to keep hundreds of thousands of migrants on its soil in return for EU aid.

It comes after Turkish officials alleged Greek forces killed a migrant and wounded five others on Wednesday as they tried to cross the border between the two countries.

The Greek government has strongly denied allegations, calling them "fake news"

On Friday morning, March 6, Greek authorities were filmed using tear gas and a water cannon to stop groups pushing through the border, while Turkish authorities fired volleys of the chemical weapon which can cause difficulty breathing, skin irritation and chest pain, back onto Greek soil.

Turkey has said it is deploying 1,000 special forces police on its side of the border to prevent Greek authorities from pushing back migrants.

During a visit to Edirne on Thursday, interior minister Suleyman Soylu reportedly accused Greece of mistreating migrants and refugees, saying Turkey "would not allow it."

In a statement, the EU Council – representing the 27 foreign ministers – said the council expressed "its solidarity with Greece" and "strongly rejects Turkey’s use of migratory pressure for political purposes."

 

​​​​​​

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article