Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

RDC : dix membres d'une milice tués en Ituri (armée)

INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

INB1

Dix membres d’un groupe armé accusé du massacre de dizaines de civils en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, ont été tués et leur chef “grièvement blessé” par l’armée congolaise, a-t-on appris jeudi de source militaire.

“L’armée a été attaquée par un convoi des éléments du groupe armé Ngudjolo”, du nom de son chef, dans le territoire  de Djugu en Ituri, a déclaré à l’AFP Jules Ngongo, porte-parole de l’armée dans la région.

“Lors de ce combat, le chef rebelle Ngudjolo a été grièvement blessé et pour le moment nos hommes sur le terrain sont en train de quadriller la zone jusqu‘à ce que nous le retrouvions vivant ou mort”, a-t-il ajouté.

Le bilan est de “10 morts dont sept gardes” du chef rebelle, a-t-il détaillé, ajoutant qu’un militaire avait également été blessé. 

Ngudjolo est le chef du groupe armé Coopérative pour le développement du Congo (Codeco) très actif depuis juin dans le territoire de Djugu.

Cette région du nord de l’Ituri a renoué avec les violences depuis fin 2017. Plus de 700 civils y ont été tués d’un conflit digne d’un “crime contre l’humanité”, selon les Nations Unies.

Dans cette région aurifère et pourvue de pétrole, un conflit communautaire avait fait plusieurs dizaines de milliers de victimes entre 1999 et 2003, jusqu‘à l’intervention d’une force européenne.

Le conflit opposait deux communautés, les Lendu, majoritairement agriculteurs, et les Hema, éleveurs et commerçants.

Le groupe armé Codeco est une milice pro-lendu. Un des enjeux majeurs du conflit actuel est “le contrôle des terres par les  Lendu”, selon un rapport conjoint de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) et du bureau des droits de l’homme, publié en janvier. Les victimes sont principalement des Hema depuis fin 2017.

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

 

 

Ten members of an armed group accused of the massacre of dozens of civilians in Ituri, in the northeast of the Democratic Republic of the Congo, were killed and their leader “seriously injured” by the Congolese army, it was said. learned Thursday from a military source.

"The army was attacked by a convoy of elements of the Ngudjolo armed group", named after its leader, in the territory of Djugu in Ituri, Jules Ngongo, army spokesman for the region.

"During this fight, rebel leader Ngudjolo was seriously injured and for the moment our men on the ground are crisscrossing the area until we find him alive or dead," he added.

The death toll was "10 dead including seven guards" of the rebel leader, he said, adding that a soldier had also been injured.

Ngudjolo is the head of the armed group Coopérative pour le développement du Congo (Codeco), which has been very active since June in the Djugu territory.

This region of northern Ituri has returned to violence since the end of 2017. More than 700 civilians have been killed there in a conflict worthy of a "crime against humanity", according to the United Nations.

In this oil-bearing gold region, a community conflict had claimed tens of thousands of victims between 1999 and 2003, until the intervention of a European force.

The conflict was between two communities, the Lendu, mainly farmers, and the Hema, herders and traders.

The Codeco armed group is a pro-Lendu militia. One of the major issues in the current conflict is "Lendu control of land," according to a joint report by the United Nations Mission in the Congo (Monusco) and the human rights office, published in January. The victims have been mainly Hema since the end of 2017.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article