INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

RDC : le général tombé en disgrâce est mort par "pendaison" (président)

INB1
INB1
INB1

INB1

INB1

Le général congolais sous sanction de l’Union européenne (UE) décédé brutalement il y a une semaine, juste après sa mise à l‘écart, est mort par “pendaison”, selon des “éléments” de l’enquête cités par le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi.

Chef d‘état-major adjoint chargé du renseignement militaire, Delphin Kahimbi, 50 ans, est mort le 28 février chez lui à Kinshasa. Il est décédé d’une “crise cardiaque”, selon les déclarations de sa femme à la presse.

“Le président de la République a informé les membres du conseil des ministres qu’il avait décidé de diligenter une enquête indépendante à l’initiative de la Monusco (Mission des Nations unies au Congo)”, lit-on dans le compte-rendu du conseil des ministres diffusé samedi.

“Cependant, d’après les éléments en sa possession, il s’avère qu’il s’agit d’une pendaison”, ajoute le compte-rendu du conseil qui s’est tenu vendredi.

Le président souhaite “que toutes ces enquêtes se terminent rapidement afin de soulager la famille éplorée”.

Nommé à l‘époque de l’ancien président Joseph Kabila, M. Kahimbi était l’un des douze officiels congolais toujours sous sanctions européennes pour atteintes aux droits de l’homme dans les dernières années de l’ancien régime (2015-2018).

Dans la semaine ayant précédé sa mort, il avait été suspendu de ses fonctions et entendu par le Conseil national de sécurité (CNS), selon des sources concordantes.

Resté en place après l’investiture du nouveau président en janvier 2019, il était accusé d’avoir mis en place “un système d‘écoute des autorités”, a déclaré une source militaire à l’AFP.

Juste avant sa mort, les États-Unis – soutien affiché du nouveau président Tshisekedi – avaient publiquement salué sa destitution.

Ancienne figure de l’opposition, M. Tshisekedi gouverne la RDC en coalition avec son prédécesseur Kabila, dont les partisans sont majoritaires au Parlement et les autres institutions du pays.

Plusieurs personnalités très influentes à l‘époque du président Kabila ont cependant été mises à l‘écart.

 

 

 

( ENGLISH )

 

 

 

 

 

Congolese general under sanction of the European Union (EU) died brutally a week ago, just after being sidelined, died by “hanging”, according to “elements” of the investigation quoted by the president from the Democratic Republic of the Congo Félix Tshisekedi.

Delphin Kahimbi, 50, deputy chief of military intelligence, died on February 28 at his home in Kinshasa. He died of a "heart attack", his wife said in press reports.

"The President of the Republic informed the members of the Council of Ministers that he had decided to launch an independent investigation on the initiative of Monusco (United Nations Mission in the Congo)", we read in the report of the Council of Ministers broadcast on Saturday.

"However, according to the information in its possession, it turns out that it is a hanging," added the report of the council which was held on Friday.

The president hopes that "all these investigations will end quickly in order to relieve the grieving family".

Appointed at the time of former President Joseph Kabila, Mr. Kahimbi was one of the twelve Congolese officials still under European sanctions for human rights abuses in the last years of the old regime (2015-2018) .

In the week before his death, he had been suspended from his duties and heard by the National Security Council (CNS), according to concordant sources.

Remained in place after the inauguration of the new president in January 2019, he was accused of having set up "a system of listening to the authorities," a military source told the AFP.

Just before his death, the United States - open support for the new President Tshisekedi - had publicly welcomed his dismissal.

A former opposition figure, Tshisekedi governs the DRC in coalition with his predecessor Kabila, whose supporters are the majority in Parliament and other institutions in the country.

Several very influential personalities at the time of President Kabila were, however, sidelined.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article