Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Unitel nie l'existence d'une dette envers Isabel dos Santos mais admet les dividendes impayés

INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

INB1

Lisbonne - Unitel a démenti ce jeudi l'existence d'une prétendue dette envers Vidatel, d'Isabel dos Santos, qui accuse l'opérateur de télécommunications de ne pas avoir restitué un prêt qu'il a obtenu de la société en 2016, mais reconnaît avoir des dividendes pour Payer.

Source: Lusa / JN

"Il n'y a pas de contrat d'approvisionnement pour l'actionnaire Vidatel avec Unitel", indique la société de télécommunications dans un communiqué envoyé à Lusa, niant que la société d'Isabel dos Santos ait garanti un prêt à la société.

Le document intervient après que, lundi, la femme d'affaires angolaise ait garanti qu'Unitel SA "avait des dettes envers Vidatel Ltd dont l'existence est due à des raisons uniquement imputables" à l'opérateur de télécommunications.

En cause, affirme-t-il, est l'absence de remboursement, en 2016, du prêt qu'Unitel a obtenu de Vidatel, une dette qui "est dûment enregistrée dans les comptes vérifiés d'Unitel, certifiée par un auditeur externe, et reconnue et approuvée par l'Assemblée générale de actionnaires depuis plusieurs années ".

Vidatel ajoute qu '"il passera en vertu de la loi et du pacte d'actionnaires conclu par les différents actionnaires d'Unitel, pour effectuer cette clarification" avec l'opérateur lui-même.

Cependant, dans la déclaration d'Unitel, la société rejette "tout contrat de fourniture pour l'actionnaire Vidatel" et note que le rapport de gestion et les comptes de l'exercice 2019 "ont été audités et approuvés lors d'une assemblée générale tenue le 27 Juillet 2020 ".

Unitel reconnaît cependant qu'elle a des dividendes à verser aux actionnaires, dont Vidatel, mais affirme que les raisons pour ne pas transférer ces montants lui sont étrangères.

"Comme dûment enregistré" dans les comptes approuvés cette semaine, la société disposait, au 31 décembre 2019, "d'un solde de dividendes et d'intérêts associés à payer aux actionnaires d'un montant total de 622 908 millions de kwanzas [952,3 millions euros au taux de change actuel], dont Vidatel doit payer 89.164.341.798 kwanzas [136 millions d'euros au taux de change actuel] ", indique la société angolaise

La note précise également que "les raisons du non-transfert desdits dividendes et intérêts à Vidatel ne sont pas liées à Unitel", rappelant également les restrictions résultant de l'ordre d'arrestation présent dans une ordonnance rendue par le tribunal provincial de Luanda en décembre 2019.

Le conseil d'administration d'Unitel, qui a pris ses fonctions en mai 2019, déclare qu '"il a travaillé pour garantir que les actionnaires sont traités de manière égale devant la loi" et qu' "il a fourni toutes les informations pertinentes à ses actionnaires".

Unitel ajoute également que dans les comptes approuvés le 27 juillet, elle a enregistré qu'elle avait une "créance équivalente à 405 millions de dollars [342 millions d'euros] d'Unitel Internacional Holdings BV., Une société sans participation d'Unitel et détenue par l'ingénieur Isabel dos Santos ".

Selon l'entreprise, ce chiffre se réfère aux "prêts accordés par Unitel dans les années 2012 et 2013".

"Ces sommes n'ont pas encore été payées et l'actuel conseil d'administration d'Unitel a agi de manière à demander le paiement des intérêts et du principal de ces contrats", souligne la note.

Jusqu'en janvier de cette année, Unitel était contrôlée par quatre actionnaires, chacun avec 25%: PT Ventures (détenue par la société brésilienne Oi), la société pétrolière d'État Sonangol, Vidatel (par Isabel dos Santos) et Geni (de général Leopoldino "Dino" Fragoso do Nascimento).

Le 26 janvier, Sonangol a racheté PT Ventures en totalité, pour 1 milliard de dollars (900 millions d'euros), devenant ainsi le premier actionnaire de l'opérateur angolais.

En décembre de l'année dernière à Luanda, le tribunal de Luanda a décrété la saisie préventive des comptes et participations par Isabel dos Santos, son mari Sindika Dokolo et son manager Mário Filipe Moreira Leite da Silva, ancien président du conseil d'administration de Banco de Fomento de Angola (BFA).

Parmi les sociétés qui ont fait l'objet de la saisie des participations, Unitel est incluse.

AGOSTINHO PV DOS SANTOS

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article