INTERNATIONAL NEWS BLOG

Infos📡 Evénements📣 Divertissement🤼‍♂ Argent💶 Relation👨‍👨‍👧‍👦 Beaute💄 Inspiration⚖ Sante🩺 Opinion🗣

 INTERNATIONAL NEWS BLOG

Une femme de chambre condamnée à quatre ans de prison pour avoir nourri le bébé de son employeur avec de l'urine et l'avoir infectée de syphilis

INB1
INB1
INB1
INB1
INB1
INB1

INB1

Aide ménagère ougandaise, Vicky Abiria a été condamnée pour avoir nourri le bébé de son patron avec son urine.

Abiria a été condamnée à quatre ans d'emprisonnement par le tribunal de division de Kira le vendredi 11 décembre.

Hope Chica, la mère du bébé, a déclaré à la police qu’elle s’était méfiée après avoir remarqué qu’Abira avait gardé le biberon rempli d’urine dans sa chambre.

Lors de l'interrogatoire, elle a avoué qu'elle donnait son urine à l'enfant.

«J'ai trouvé le biberon de mon bébé plein d'urine et quand je lui ai demandé, elle a avoué qu'elle nourrissait mon bébé avec son urine», a-t-elle dit.

Chica a ajouté que: «Lorsque j'ai emmené ma fille à l'hôpital, les médecins ont découvert que mon bébé avait la syphilis. J'essaie maintenant de soigner mon enfant et de m'assurer qu'elle ne présente pas d'autres complications. »

Elle a ajouté qu'elle voyait toujours ce genre d'actes sur les médias sociaux et à la télévision et ne pensait pas vraiment qu'ils étaient vrais.

«J'ai toujours entendu dire que la maison aide à faire ce genre de choses, maintenant que cela est arrivé à mon enfant, j'ai même peur des femmes de chambre. Je ne veux jamais en embaucher une. J'ai toujours bien traité cette fille mais je ne le fais pas. sachez pourquoi elle a décidé de faire une telle chose », dit-elle.

Le porte-parole de la police métropolitaine de Kampala (KMP), Patrick Onyango, avait confirmé jeudi 10 décembre qu'ils avaient arrêté Abira et l'avaient accusée de propager des maladies dangereuses après que des tests sur l'enfant aient prouvé qu'il avait été infecté par une infection des voies urinaires.

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article